Coopération n°48 29 nov 2016
Coopération n°48 29 nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de 29 nov 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 144

  • Taille du fichier PDF : 49,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'art de recevoir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Plus d’un million de sapins de Noël sont vendus chaque année enSuisse à l’approche des Fêtes. Près de la moitié sont de production indigène. Alexandre Castella (55 ans), pépiniériste à Sommentier (FR), est l’un des plus importants producteurs suisses. Il livre ses sapins à Coop dans toute la Suisse romande sous le label de qualité « Ma région ». 1 DES PAROLES AUX ACTES Rois des forêts SAPINS DE NOËL SUISSES ♦ Plantations Acheter un sapin de Noël suisse chez Coop, c’est la garantie d’avoir un produit de qualité, cultivé de manière respectueuse de l’environnement et qui reste frais plus longtemps. Visite chez un pépiniériste romand. JEAN PINESI En cette fraîche après-midi de novembre, une agréable senteur de résine flotte dans la plantation de sapins de Noël de l’entreprise Alexandre Castella & Fils. « La météo prévoit du froid, ce qui est bon pour les sapins et la résistance des aiguilles », lance Alexandre Castella. La météo, justement, est le grand souci de tous les cultivateurs de sapins de Noël  : « Nous en sommes largement SAPINS DE NOËL VENDUS PAR COOP EN MAJORITÉ DE SUISSE Suisse 77% 8 Coopération N°48 du 29 novembre 2016 23% Autres pays Source Coop Société coopérative ; infographie Caroline Koella tributaires, confirme le producteur fribourgeois. Nous redoutons surtout les retours de gel au printemps et la grêle en été, qui peuvent endommager sérieusement, et même détruire des plantations entières. » Fils d’agriculteur, il a fondé son entreprise il y a 35 ans. Au début, il importait ses arbres de l’étranger. Depuis 2001, il les cultive sur ses propres terres. Ses cultures s’étendent sur 35 hectares répartis sur quatre sites différents. Cela représente en tout quelque 300000 sapins de Noël sur pied, dont environ 30000 sont coupés chaque année. Sa production comprend surtout des Nordmann– le sapin préféré des Suisses – à raison de 90%, ainsi que 10% d’épicéas et de sapins bleus. La grande majorité des sapins de Noël sont coupés entre 6 et 10 ans. Leur hauteur varie alors de 1 m à 2,5m. Parcourir ces plantations ressemble à une balade en forêt. Des sapins de plusieurs mètres de haut y côtoient des plus petits. En bordure des parcelles, entourées de haies, poussent le chêne et le hêtre. « La mixité des essences favorise la biodiversité, souligne le producteur. Des oiseaux viennent nicher dans les arbres parmi lesquels nous apercevons parfois des lièvres ou des renards. » Réduire les herbicides Du point de vue de la biodiversité, les plantations d’Alexandre Castella satisfont déjà aux nouvelles normes strictes de culture que tous les fournisseurs de Coop doivent respecter depuis cette année. Ces directives prescrivent, notamment, une réduction draconienne des herbicides chimiques ainsi qu’un renforcement de la biodiversité en prenant, par exemple, des mesures telles que constituer des tas de pierres sur chaque parcelle. « Nous nous trouvons actuellement dans une phase de transition pour nous permettre de finir d’exploiter les cultures existantes, explique
Alexandre Castella en train d’étiqueter du label « Ma région » un sapin Nordmann, prêt à être coupé. Alexandre Castella. Mais dès 2020, tous les traitements de surface (ndlr  : où l’entier de la parcelle est traité) seront interdits. Nous ne pourrons plus traiter qu’aux pieds des sapins pour éliminer les mauvaises herbes. » Outre des normes écologiques, le label « Ma région » garantit que les sapins de Noël ont été cultivés dans la région où ils sont vendus. Ce qui évite les longs transports – donc réduit les émissions de CO 2 – et permet à l’arbre de rester frais plus longtemps. Photos Charly Rappo, Bilderwerk GmbH Nos sapins de Noël proviennent en priorité de Suisse 77% des sapins que nous proposons proviennent de notre pays. Et parmi ceux-ci, 10% sont certifiés Bio Suisse. Depuis 2014, bon nombre de nos sapins de Noël portent notre label de qualité « Ma région ». Une façon de réduire la durée des transports et donc les émissions de CO 2. Cet acte et bien d’autres sur  : ⊲ www.des-paroles-aux-actes.ch/300 ACTE N°300 Coopération N°48 du 29 novembre 2016 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 1Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 2-3Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 4-5Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 6-7Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 8-9Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 10-11Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 12-13Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 14-15Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 16-17Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 18-19Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 20-21Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 22-23Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 24-25Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 26-27Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 28-29Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 30-31Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 32-33Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 34-35Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 36-37Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 38-39Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 40-41Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 42-43Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 44-45Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 46-47Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 48-49Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 50-51Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 52-53Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 54-55Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 56-57Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 58-59Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 60-61Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 62-63Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 64-65Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 66-67Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 68-69Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 70-71Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 72-73Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 74-75Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 76-77Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 78-79Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 80-81Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 82-83Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 84-85Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 86-87Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 88-89Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 90-91Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 92-93Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 94-95Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 96-97Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 98-99Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 100-101Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 102-103Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 104-105Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 106-107Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 108-109Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 110-111Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 112-113Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 114-115Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 116-117Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 118-119Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 120-121Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 122-123Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 124-125Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 126-127Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 128-129Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 130-131Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 132-133Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 134-135Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 136-137Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 138-139Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 140-141Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 142-143Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 144