Coopération n°48 29 nov 2016
Coopération n°48 29 nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de 29 nov 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 144

  • Taille du fichier PDF : 49,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'art de recevoir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
20% surtousles accessoires ycompris lescollants et chaussettesetla maroquinerie **hors bijoux fantaisie, bijoux précieux,lunettesdesoleiletchaussures. Offres valablesjusqu’au 4.12.2016, dans la limite desstocks disponibles. Noncumulable avec d’autresrabaisouavantages. Aarau, Baden, BaselamMarktplatz, BaselPfauen, Bern Marktgasse, Bern Ryfflihof,Biel/Bienne,Chur, Kriens Pilatusmarkt, Luzern,Olten,Schaffhausen,St.Gallen,ThunKyburg,VolketswilVolkiland,Wil,Winterthur,Zug,ZürichBellevue,ZürichOerlikon, ZürichSihlcity, ZürichSt.Annahof,Fribourg,GenèvePlainpalais,GenèveRhôneFusterie,LausanneAuCentre,Lausanne St-François, Meyrin, Neuchâtel, Sion, Lugano www.coop-city.ch Pour moi et pour toi. KW48/16 P citY
Photos Olivier Maire FAMILLE JUBILÉ LE PROGRAMME André Giroud, auteur du théâtre célébrant le jubilé de l’école, explique avec entrain comment bien déclamer un texte. Expos, ateliers et théâtre Une exposition thématique préparée par les élèves est visible jusqu’en février 2017. Anecdotes de profs, d’élèves, évolution de l’enseignement… Du 11 février au 28 mai, le Musée de Bagnes présente « Dans la marge », une exposition sur l’influence sociologique de l’école. La journée officielle aura lieu le 8 avril 2017, avec ateliers animés par les élèves, discours et flonflons. La pièce de théâtre sera montée au mois de mai. ⊲ www.bagnes.ch ⊲ www.museedebagnes.ch « C’étaient des battants » Roland Collombin, William Besse… Vous avez eu des étoiles du ski suisse comme élèves. Étaient-ils dissipés lors des cours ? Non, mais j’ai fait ce qu’il fallait ! (rires) Collombin était peut-être plus dissipé que d’autres. C’est un anarchiste dans le fond. Étaient-ils particulièrement doués ? Il y en avait de meilleurs qu’eux ! Mais c’étaient des battants, tout venait naturellement chez eux. S’ils n’étaient pas forcément les plus doués au niveau de l’athlétisme, en basket ou en volley, ils étaient très forts en ski. villages de la vallée étaient déjà dotés d’écoles primaires, le collège de Bagnes s’adressait lui aux élèves « les plus remarquables de la région ». On leur dispensait les premières années d’études classiques, beaucoup de latin et de catéchisme. Les jeunes hommes pouvaient ensuite terminer leurs études ailleurs, comme à Fribourg par exemple. Des lignées de curés De nombreux écoliers qui fréquentèrent ce collège de Bagnes devinrent curés. Cette « vocation » toucha les garçons de la Ceux qui étaient meilleurs qu’eux, ont-ils aussi fait de la compétition ? Je prétends que 80% des gens pourraient faire de la compétition à haut niveau. Mais beaucoup n’en font jamais, même s’ils ont de grandes dispositions. Qu’est-ce qui les en empêche ? Selon moi, l’école ne sait pas nécessairement amener les jeunes à leur niveau de compétence. Dans tous les domaines, l’être humain reste en dessous de ses capacités. En 1980, vous êtes nommé directeur du collège de Bagnes, région jusque dans les années 1950. Dans les dernières générations, beaucoup sont sortis des ordres. À la vigne de temps en temps « Ça devait être rude », lance Fanny, une élève de 12 ans. « Il y avait des punitions et les élèves étaient obligés d’aller à la messe le dimanche », complète Béatrice. Alexis, lui, parle des anciens qui, après l’école, devaient aider aux champs ou à la vigne  : « J’y vais encore de temps en temps. » « Ils venaient à pied à l’école », conclut Axel. ♦ Interview Daniel Darbellay a enseigné au CO de Bagnes entre 1966 et 2001. Il est devenu le premier directeur laïque de l’établissement en 1980. Prof de gym, il a eu pour élèves des skieurs de renom. le premier qui soit laïque. Qu’est-ce que cela a changé ? Rien. La seule différence, c’est que je ne suis pas curé. Tous mes prédécesseurs l’étaient. Il n’y a donc pas eu de laïcisation ? Les polémiques autour de la catéchèse sont venues plus tard. Il y avait très peu de contestation. Seuls certains élèves ne voulaient pas suivre la catéchèse. Mais c’était très rare. Ce qui ne veut pas dire que tous étaient pratiquants. Les jeunes n’ont pas envie de se singulariser dans une institution où tout le monde suit. GM Daniel Darbellay, ancien prof et directeur au CO de Bagnes Coopération N°48 du 29 novembre 2016 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 1Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 2-3Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 4-5Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 6-7Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 8-9Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 10-11Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 12-13Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 14-15Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 16-17Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 18-19Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 20-21Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 22-23Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 24-25Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 26-27Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 28-29Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 30-31Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 32-33Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 34-35Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 36-37Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 38-39Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 40-41Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 42-43Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 44-45Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 46-47Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 48-49Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 50-51Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 52-53Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 54-55Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 56-57Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 58-59Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 60-61Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 62-63Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 64-65Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 66-67Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 68-69Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 70-71Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 72-73Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 74-75Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 76-77Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 78-79Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 80-81Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 82-83Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 84-85Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 86-87Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 88-89Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 90-91Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 92-93Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 94-95Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 96-97Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 98-99Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 100-101Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 102-103Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 104-105Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 106-107Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 108-109Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 110-111Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 112-113Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 114-115Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 116-117Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 118-119Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 120-121Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 122-123Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 124-125Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 126-127Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 128-129Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 130-131Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 132-133Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 134-135Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 136-137Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 138-139Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 140-141Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 142-143Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 144