Coopération n°48 29 nov 2016
Coopération n°48 29 nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de 29 nov 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 144

  • Taille du fichier PDF : 49,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'art de recevoir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
ZOOM COUVERTS BIEN DRESSÉS On place les couverts dans l’ordre d’utilisation, en partant de l’extérieur. On ne met jamais plus de trois couverts de chaque côté de l’assiette. Un beau plateau pour commencer la soirée au mieux ! Afin de gagner du temps, il suffit de miser sur des flûtes, de la charcuterie et du fromage. Les antipastis, de Betty Bossi par exemple, sont aussi très pratiques. ont eu l’idée de cuisiner neuf plats pour neuf invités. Elles admettent que le projet était ambitieux  : « Nous avions visé un peu haut avec le menu et avons finalement dû servir des spätzlis industriels. » 1700 convives en trois ans Malgré ce léger accroc et un peu de stress lors des préparatifs, la tradition des « 9 x 9 », repas en neuf actes donnés le 9 de chaque mois, était née. De telles soirées se sont déroulées jusqu’au printemps dernier. La partie culinaire est revenue à Simone Müller-Staubli (33 ans), l’esthétique à Franziska Bründler (35 ans), spécialiste 16 Coopération N°48 du 29 novembre 2016 en design. Elles ont accueilli quelque 1700 hôtes au total. Une soirée réussie n’est pas le fruit du hasard. Plusieurs facteurs y contribuent, même si tous ne doivent pas nécessairement être réunis. « Des invités bien assortis, un délicieux repas accompagné de bons vins, une ambiance détendue et un hôte chaleureux, sont de bons atouts », affirme Simone Müller-Staubli. Miser sur des invités compatibles Le choix des convives, par exemple, est plus important qu’un repas parfaitement réussi. Parfois, les personnalités ne s’harmonisent tout simplement pas, ce qui nuit à l’ambiance. Disposer au-dessus des couteaux deux verres au minimum, trois au maximum. L’assiette pour poser son morceau de pain se place au-dessus des fourchettes. Il faut donc veiller à ce que les invités soient compatibles entre eux et aient si possible quelque chose en commun, un passe-temps par exemple, le goût de la cuisine ou celui des voyages. Cela permet aussi d’alimenter la discussion. Spontanéité à préserver Lorsqu’on reçoit, on souhaite donner le meilleur de soi-même, tout réussir à la perfection. C’est humain. Mais attention à ne pas réaliser ce souhait au détriment de la spontanéité et de la convivialité. « La soirée sera aussi détendue qu’on l’est soi-même. Si on est stressé, les invités le sentent et ont alors l’impression d’être un fardeau », confirme Franziska Brün- Photos Heiner H. Schmitt ; infographie Jacob Kadrmas
Misons sur la générosité et la chaleur humaine 99 N Simone Müller-Staubli (33 ans), gastronome dler. Les deux expertes conseillent de ne pas prévoir un menu trop compliqué. Un repas à cinq plats est certes tentant, mais avec des recettes trop exigeantes, on ne sait plus où donner de la tête. Or un hôte qui passe la soirée à courir entre la cuisine et la table – ou pire encore, qui ne sort guère de la cuisine – ne contribue pas précisément au bien-être de ses invités. Préparation à l’avance Il vaut mieux opter pour un menu que l’on a déjà réalisé ou un menu à trois plats dont on peut préparer une partie à l’avance. Ce qui ne nous garantit toujours pas que tout se passera idéalement. Indiquer le prénom de chaque invité vers son couvert personnalise la soirée. Dans un plan de table à la française, on installe le couple qui reçoit au centre de la table et les invités les plus importants à ses côtés. Que faire si la soupe est trop liquide ou le steak brûlé ? « Réagir avec humour et charme… » Pour nos deux collègues, qui exercent toutes deux une activité professionnelle, recevoir est un loisir. Elles ont aussi plaisir à être elles-mêmes invitées et s’inspirent alors volontiers des réceptions de leurs hôtes. Quel est leur niveau d’exigence ? Franziska Bründler éclate de rire  : « Nous sommes des invitées toutes simples, pas difficiles pour deux sous. » Des convives comme on aimerait en recevoir souvent ! Quels faux pas éviter avec ses hôtes ? Lire l’interview à la page 19. Coopération N°48 du 29 novembre 2016 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 1Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 2-3Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 4-5Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 6-7Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 8-9Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 10-11Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 12-13Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 14-15Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 16-17Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 18-19Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 20-21Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 22-23Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 24-25Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 26-27Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 28-29Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 30-31Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 32-33Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 34-35Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 36-37Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 38-39Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 40-41Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 42-43Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 44-45Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 46-47Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 48-49Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 50-51Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 52-53Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 54-55Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 56-57Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 58-59Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 60-61Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 62-63Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 64-65Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 66-67Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 68-69Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 70-71Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 72-73Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 74-75Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 76-77Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 78-79Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 80-81Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 82-83Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 84-85Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 86-87Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 88-89Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 90-91Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 92-93Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 94-95Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 96-97Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 98-99Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 100-101Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 102-103Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 104-105Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 106-107Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 108-109Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 110-111Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 112-113Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 114-115Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 116-117Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 118-119Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 120-121Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 122-123Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 124-125Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 126-127Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 128-129Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 130-131Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 132-133Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 134-135Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 136-137Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 138-139Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 140-141Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 142-143Coopération numéro 48 29 nov 2016 Page 144