Coopération n°48 26 nov 2019
Coopération n°48 26 nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de 26 nov 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 120

  • Taille du fichier PDF : 32,2 Mo

  • Dans ce numéro : les bons côtés des jeux vidéo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 114 - 115  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
114 115
Julien-François Zbinden consulte une partition dans sa maison des hauts de Lausanne. Une vie en musique Du haut de ses 102ans, Julien-François Zbinden reparcourt une existence marquée parl’amour de la musique. Le compositeurpublieunnouveau livredesouvenirs. TEXTE EUGENIO D’ALESSIO PHOTO VALENTIN FLAURAUD 114 Coopération N°48 du 26 novembre 2019
Prestance, courtoisie, vivacité d’esprit, regard lucide sur le monde  : tels sont les traits saillants de la personnalitéde Julien-François Zbinden. Agéde102 ans, le musicien et compositeuràlanotoriété mondiale, qui reçoit ses hôtes dans sa maison de Lausanne avec la délicatesse d’un châtelain, observeson cheminement l’humeur sereine. Ilvient de publier un recueildesouvenirs, d’anecdotes etderéflexions, Au prochain Top (Editions de l’Aire), la dernière pierre d’une trilogie autobiographique lancée en 2012. Son regard bleu figé, qui paraît vide d’émotions, trahit une impassibilité quasi monastiquedansl’art d’appréhender lebilan d’une existence vouée àla musique. Cette passion apris, dès le départ, les couleurs du jazz  : « J’ai découvert cette musiquedansles années 1930 en écoutantlaradio.En1934, j’ai assisté, émerveillé, aupremier concert suisse de Louis Armstrong àLausanne. » Mais àquelle source cette ardeur puise-t-elle ? « C’est ineffable. J’aiéprouvé un amour spontané pour le jazz », nous confie le compositeur desavoix œsophagienne, conséquence d’une laryngectomiesubie en 1984. Ainsi en va-t-il pour le piano, fidèle compagnon de vie, dont l’attachement n’est pas lefruit d’un coup de foudre, mais d’une proximité liée aumilieu social  : « A l’époque, nombre defamilles d’aisance moyenne possédaientcet instrument. Dès quemon pèreaacquis un piano,j’aipris des leçons privées. » Parmi les sources d’inspiration qui marquent le parcours du natif de Rolle trônent les musiciens américains EarlHines (1903–1983) et TeddyWilson (1912–1986). Carrière de pianiste itinérant Entre1938 et 1947, Julien-François Zbinden embrasse une carrière depianiste d’orchestres de jazz et de variétés. Artiste nomade, il joue dans les dancings, les hôtels des grandes villes et les stations touristiqueshuppées de Suisse, accompagné de sa doucemoitiéZazielle, qu’il épouse en 1940.LeVaudois évoque cette période avec tendresse  : « J’ai sillonné la Suisse. J’ai adoré ce métier de pianisteitinérant. » En revanche,son esprit se refuse àvagabonder surles territoires delamémoire peuplés d’anecdotesdecette viebohème avec sa femme, décédée en 1995. « C’est trop dur. » Radio-Lausanne (ndlr  : ancêtre dela Radio suisse romande, rebaptisée RTS en 2012) l’accueille àbras ouverts en 1947enqualitéde « pianisteàtoutfaire » et de régisseur musical. Il yréalisera, 35 ans durant, un parcours remarqué en occupant des postes clés tels quechef du servicemusical. « La radiom’a permis d’avoir unlieu d’attache, tandis qu’auparavant j’étais sans domicile fixe, je vivais chez les autres au gré demes déplacements », souligne Julien-François Zbinden. PORTRAIT JULIEN-FRANÇOISZBINDEN Auteur de112 œuvres (opéra, oratorio, symphonies, concertos, musiques chorales, œuvres radiophoniques,musique de scène et de film), le pianiste acessé de composer il yadeuxans.Ases yeux, l’œuvre deJean-Sébastien Bach (1685– 1750) constitue un « sommet indépassable par la maîtrise de la polyphonie autant que par l’invention mélodique ». Mais commentdéfinir la musique ? « Elle n’est pas définissable. Comme tous les arts, elle incarne un besoin de dépassementdesoi. » Depuis 2009, le compositeurs’adonne àl’écriture. Mais la plume ne l’éloigne pas des partitions, dans la mesure où musiqueetécriturerelèvent quasiment du même univers  : « On ne peut pas éviterd’entendreceque l’on écrit. Il yaune qualité sonore delaphrase écrite qui rejoint celle de la phrase musicale. A biendes égards, écritureetmusiqueforment unmême métier. » A102 ans, la perception du temps qui passe diffère, évidemment, de celle quel’onpeutavoir à30ou40ans. « A monâge,leproblème n’estpas tant la mortque la viequi n’en finit plus. Et c’estassez angoissant », juge l’artiste. Et d’ajouter  : « Jesuisnépendant la PremièreGuerre, je me suis mariépendant laSeconde Guerre, j’espère nepas mourir pendantlaTroisième. » ○ MINI-QUESTIONNAIRE 1. Votre mot préféré ? Tendresse. 2. Ya-t-il une vie après la mort ? Dieu seul le sait, et ce n’est même pas sûr. 3. Votre bruit préféré ? Le vent. 4. Votre plat préféré ? Celui que je ne mange pas en solitaire. 5. Un beau souvenir ? La rencontre, àLausanne en 1965, avec le pianiste EarlHines. 6. Une qualité que les autres ont remarquée chez vous ? La précision. 7. Quel est votre plus vilain défaut ? La dispersion. Coopération N°48 du 26 novembre 2019 115



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 1Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 2-3Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 4-5Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 6-7Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 8-9Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 10-11Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 12-13Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 14-15Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 16-17Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 18-19Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 20-21Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 22-23Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 24-25Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 26-27Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 28-29Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 30-31Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 32-33Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 34-35Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 36-37Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 38-39Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 40-41Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 42-43Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 44-45Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 46-47Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 48-49Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 50-51Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 52-53Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 54-55Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 56-57Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 58-59Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 60-61Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 62-63Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 64-65Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 66-67Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 68-69Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 70-71Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 72-73Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 74-75Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 76-77Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 78-79Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 80-81Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 82-83Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 84-85Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 86-87Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 88-89Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 90-91Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 92-93Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 94-95Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 96-97Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 98-99Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 100-101Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 102-103Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 104-105Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 106-107Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 108-109Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 110-111Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 112-113Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 114-115Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 116-117Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 118-119Coopération numéro 48 26 nov 2019 Page 120