Coopération n°47 22 nov 2016
Coopération n°47 22 nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de 22 nov 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 41,7 Mo

  • Dans ce numéro : bon pour la mémoire, entrez dans la danse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
Genève TOURISME Lausanne Bâle Berne Zurich COMMENT Y ALLER En train ou en bus Pour se rendre à Vals en transports en commun, il faut prendre le train jusqu’à Zurich puis un autre jusqu’à Coire (GR). À Coire, changer de train pour Illanz (GR) puis prendre un bus postal pour Vals. Descendre ensuite à Vals Therme. Depuis Coire, les rails traversent des paysages sauvages, des vallées, des cours d'eau, des forêts... (Voir une vidéo sur notre page Facebook dans le courant de la semaine). Depuis Illanz, le bus emprunte des routes étroites et des virages, s'élève entre les montagnes en frôlant des cascades. Si vous préférez y aller en voiture, prudence ! Vals AU FIL DE L’EAU ♦ Joyau Connus dans le monde entier grâce à l’aura de l’architecte suisse Peter Zumthor, les bains de Vals attirent une clientèle internationale. Mais le petit village du fond de la vallée cache bien d’autres trésors. JASMINA SLACANIN Illanz Coire GR Vals 30 km 84 Coopération N°47 du 22 novembre 2016 Après un long trajet depuis la Suisse romande (quatre à six heures selon la région), commencer le séjour par les bains, les célèbres « 7132 Therme » (7132 étant le code postal de Vals), s’avère nécessaire. Pour en profiter, il est indispensable de réserver sa place à l’avance. Car ici, contrairement à d’autres établissements thermaux, le nombre d’entrées est limité afin de garantir un maximum de tranquillité. Mais le silence a un prix  : 80 fr. par adulte, 52 fr. par enfant de 6 à 16 ans. Par contre, si on loge dans l’un des hôtels du village, le tarif d’accès aux bains est de 45 fr. par adulte et 30 fr. par enfant. Bien sûr, pour les clients du luxueux Hôtel 7132 où se trouvent les bains, l’accès est inclus dans le prix. L’empire des sens À la réception, on nous donne une clé pour un casier comprenant un peignoir et un linge de bain. Pour la suite, nous devons nous débrouiller car le mystère fait partie intégrante de cette expérience sensorielle. Place à l’exploration... Un couloir étroit, sombre, tout de pierre vêtu et délimité par des murs sur lesquels coule l’eau, nous mène aux vestiaires. Plus de photos sur  : www.cooperation.ch/vals L’espace chaleureux et silencieux nous engloutit dès les premiers pas. Inutile d’avoir des connaissances pointues en architecture pour apprécier le spectacle. Esthétique moderne et matériaux naturels vivent ici en parfaite symbiose. Des bassins à thème, avec des effets acoustiques, olfactifs (bain de pétales de roses) et visuels distincts, tout en sobriété et harmonie, rendent cette aventure thermale extraordinaire. Les paysages de la vallée font aussi partie intégrante de l’architecture. Immergé dans l’eau chaude (environ 30 °C) du bassin extérieur, on peut admirer les environs à travers d’immenses cadres en pierre caractéristiques de cette construction. La nature sauvage, les forêts, les sommets et les maisons dont les toits sont en pierre (obligation à Vals !) deviennent ainsi de véritables tableaux vivants. Ce moment romantique se partage, d’où un nombre important de couples de tous âges. Il se vit aussi volontiers seul ou en famille. Des touristes suisses et internationaux y affluent en toute saison. Les architectes, les étudiants en architecture mais également tous les amateurs de nature et de bienêtre font ainsi
Photos Martin Mischkulnik, Jasmina Slacanin, DR ; carte Rich Weber Le village de Vals est un alliage entre architecture moderne et ancienne avec le quartzite (roche) comme fil rouge. LES BAINS SIGNÉS PETER ZUMTHOR Un chef d’œuvre architectural En 1996, le Bâlois Peter Zumthor est mandaté par la commune de Vals pour moderniser ses célèbres bains. Il y construit une véritable bijou d’architecture organique  : 60 000 blocs de pierre (quartzite) superposés, de l’eau de source, un éclairage et des sons savamment réfléchis ont su faire la renommée de ces bains qui appartiennent aujourd’hui au milliardaire Remo Stoffel. Malgré des oppositions à ce rachat très médiatisé et une augmentation des prix de l’entrée (passant de 40 à 80 fr.), l’expérience sensorielle reste inégalable. ⊲ www.7132.com Coopération N°47 du 22 novembre 2016 85



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 1Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 2-3Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 4-5Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 6-7Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 8-9Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 10-11Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 12-13Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 14-15Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 16-17Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 18-19Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 20-21Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 22-23Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 24-25Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 26-27Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 28-29Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 30-31Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 32-33Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 34-35Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 36-37Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 38-39Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 40-41Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 42-43Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 44-45Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 46-47Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 48-49Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 50-51Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 52-53Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 54-55Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 56-57Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 58-59Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 60-61Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 62-63Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 64-65Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 66-67Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 68-69Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 70-71Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 72-73Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 74-75Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 76-77Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 78-79Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 80-81Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 82-83Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 84-85Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 86-87Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 88-89Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 90-91Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 92-93Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 94-95Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 96-97Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 98-99Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 100-101Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 102-103Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 104-105Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 106-107Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 108-109Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 110-111Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 112-113Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 114-115Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 116-117Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 118-119Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 120-121Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 122-123Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 124-125Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 126-127Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 128-129Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 130-131Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 132