Coopération n°47 22 nov 2016
Coopération n°47 22 nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de 22 nov 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 41,7 Mo

  • Dans ce numéro : bon pour la mémoire, entrez dans la danse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Solaire Rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) »  : ce terme quelque peu sibyllin désigne le système grâce auquel la construction et l’exploitation d’une installation photovoltaïque sont devenues rentables. Autrement dit, quiconque produit de l’électricité solaire et l’injecte dans le réseau bénéficie, pendant vingt ans, d’un prix fixe par kilowattheure (kWh) légèrement plus élevé que sur le marché libre. L’argent ainsi octroyé par les pouvoirs publics provient d’une caisse de subvention pour les énergies renouvelables, à laquelle nous contribuons tous à hauteur de 1,3 centime par kWh (1,5 centime dès 2017). La RPC cofinance environ 25 000 installations photovoltaïques aujourd’hui  : « Elle ne peut guère faire plus », dit Christine Clapasson de la division Développement durable chez Coop. Quelque 40 000 requérants attendent qu’une place se libère, mais la liste d’attente est tellement longue que la Confédération n’y ajoute plus personne. Seule la construction de petites installations, sur des maisons individuelles, par exemple, peut encore donner lieu à une aide sous la forme d’un versement ponctuel. Alors, cela sonne-t-il le glas des plus grosses installations photovoltaïques ? Christine Clapasson rétorque  : « Absolument pas. » Pour preuve  : Coop continue d’en construire même sans RPC, utilisant directement le courant produit au lieu de le vendre. C’est un bon calcul si l’on considère que l’entreprise devrait vendre le courant à un prix plus bas que celui auquel elle l’achèterait ensuite. Coop parvient ainsi à réduire ses frais d’électricité tout en soutenant la production d’énergie renouvelable. Du toit aux frigos Sur le toit du Thurmarkt de Weinfelden (TG), l’air est frais ce matin-là. Le thermomètre dépasse à peine 0 °C. Cela ne pose aucun problème pour W DES PAROLES AUX ACTES LE JEU EN VAUT LA CHANDELLE ♦ Énergie Jusqu’à présent, le succès économique des installations photovoltaïques dépendait essentiellement du soutien des pouvoirs publics. Aujourd’hui, Coop investit dans l’énergie solaire même sans cet appui. THOMAS COMPAGNO PANNEAUX SOLAIRES EN SUISSE  : LA SURFACE AUGMENTE SANS CESSE Surface cumulée en m² 1600000 1400000 1200000 1000000 800000 600000 400000 200000 0 2000 2003 2006 2009 2012 2015 8 Coopération N°47 du 22 novembre 2016 Source www.swissolar.ch ; infographie Caroline Koella les cellules photovoltaïques, bien au contraire. Car plus il fait froid, mieux elles fonctionnent. Elles recouvrent une surface équivalente à dix terrains de tennis. Les modules sont inclinés vers le soleil dans un angle de dix degrés environ. « Cette inclinaison augmente leur degré d’efficacité et cela permet à la pluie d’éliminer la poussière », révèle Jan Thalmann, de l’entreprise zurichoise Energiebüro, conceptrice de l’installation qui nécessite uniquement le nettoyage des modules solaires tous les trois ans environ. Peu après 10h, les premiers rayons du soleil percent la couverture nuageuse. Sur son ordinateur, Christine Clapasson voit s’afficher une image des plus satisfaisantes  : la courbe de production actuelle de courant est remontée d’un seul coup. Les panneaux de Weinfelden ont été élaborés à une période où l’on comptait encore sur les subventions de la RPC. Mais la cheffe de projet affirme qu’aujourd’hui, même sans RPC, ils sont avan-
Jan Thalmann, de l’entreprise zurichoise Energiebüro, et Christine Clapasson, de Coop, sur le toit du Thurmarkt, à Weinfelden (TG). tageux. De fait, la majeure partie du courant produit n’est pas vendue, mais consommée par les frigos et l’éclairage du marché qui se trouve en dessous. Sur toute l’énergie solaire produite à Weinfelden, Coop en consomme 95% et vend les 5% restants à une centrale électrique. « Surtout le dimanche, quand le magasin est fermé, les congélateurs recouverts et la lumière éteinte », précise Christine Clapasson. En un an, Coop produit à Weinfelden un tiers du courant utilisé. Photos DR Nous produisons de l’électricité solaire pour plus de 1000 ménages suisses Plus de 25 de nos bâtiments sont équipés d’installations photovoltaïques. Grâce à ces installations, nous produisons chaque année quelque 6,1 millions de kilowattheures d’électricité solaire. De quoi couvrir les besoins en électricité de plus de 1000 ménages suisses. Cet acte et bien d’autres sur  : ⊲ www.des-paroles-aux-actes.ch/169 ACTE N°169 Coopération N°47 du 22 novembre 2016 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 1Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 2-3Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 4-5Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 6-7Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 8-9Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 10-11Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 12-13Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 14-15Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 16-17Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 18-19Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 20-21Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 22-23Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 24-25Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 26-27Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 28-29Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 30-31Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 32-33Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 34-35Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 36-37Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 38-39Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 40-41Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 42-43Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 44-45Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 46-47Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 48-49Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 50-51Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 52-53Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 54-55Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 56-57Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 58-59Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 60-61Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 62-63Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 64-65Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 66-67Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 68-69Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 70-71Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 72-73Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 74-75Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 76-77Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 78-79Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 80-81Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 82-83Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 84-85Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 86-87Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 88-89Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 90-91Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 92-93Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 94-95Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 96-97Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 98-99Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 100-101Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 102-103Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 104-105Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 106-107Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 108-109Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 110-111Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 112-113Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 114-115Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 116-117Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 118-119Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 120-121Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 122-123Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 124-125Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 126-127Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 128-129Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 130-131Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 132