Coopération n°47 22 nov 2016
Coopération n°47 22 nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de 22 nov 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 41,7 Mo

  • Dans ce numéro : bon pour la mémoire, entrez dans la danse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
ZOOM MÉMOIRE  : AVEC DE L’EXERCICE, ON PEUT RETARDER SA DÉTÉRIORATION Performance de la mémoire Petite réserve cognitive Grande réserve cognitivelll cours de Pro Senectute puis, s’améliorant sans perdre une once de plaisir, sont restés à l’école de danse. Il a alors créé un cours pour seniors. Pour ces couples passionnés, ce rendez-vous du mercredi après-midi est une activité physique mais également sociale. On se retrouve, on bavarde. En Suisse romande aussi, les cours de danse et autres thés dansants proposés par Pro Senectute remportent un franc succès. « Nous avons surtout des participantes âgées entre 60 et 85 ans. En 2015, 8000 personnes ont suivi nos cours de danse. C’est un mouvement doux qui peut être exécuté plus longtemps que par exemple la gymnastique », indique Judith Bucher, responsable médias de Pro Senectute Suisse. « La danse joue un rôle important dans notre campagne pour la prévention des chutes. Elle entraîne l’équilibre, l’endurance, la mémoire, l’orientation ainsi que la force musculaire. » La mémoire, ça s’entraîne La danse permet aussi de se rencontrer et de passer un bon moment entre amis ou en couple. Cet aspect social joue un rôle important dans la prévention de la démence, relève Irene Bopp-Kistler. En 16 Coopération N°47 du 22 novembre 2016 Seuil de la démence Temps Source « demenz. », Irene Bopp-Kistler ; infographie Caroline Koella 66 Mouvement et musique stimulent la mémoire 99 Irene Bopp-Kistler (60 ans), médecin-cheffe de la clinique de la mémoire à l’hôpital Waid de Zurich. rencontrant des amis, en étant actif et en pratiquant une activité concrète, on entraîne sa mémoire sans le savoir. Il s’agit d’un élément aussi utile dans la prévention qu’un mode de vie actif et sain. C’est ce que l’étude dite « des nonnes » a démontré  : elle a permis d’observer dans les coupes de cerveaux de moniales décédées des modifications graves typiques d’Alzheimer, bien que les sœurs aient eu toute leur tête jusqu’au bout. « Elles parvenaient à compenser cela par un mode de vie actif, sans même suivre d’entraînement ciblé », souligne la doctoresse. Une étude finlandaise corrobore cette idée, ayant démontré que l’association d’une alimentation appropriée, d’une activité physique, d’un entraînement de la mémoire et d’un contrôle médical des vaisseaux pouvait augmenter de plus de 25% la performance cérébrale. Selon la spécialiste, la combinaison des différents éléments compte car l’entraînement de la mémoire ne donne des résultats que dans la mesure où on le poursuit  : « Dès que l’on arrête l’exercice, son effet prend fin. » Oublier un mot arrive à tout le monde, rassure Irene Bopp-Kistler. « Et on sait combien c’est agaçant. » C’est encore pire lorsqu’on nous le fait remarquer. Or, les personnes atteintes de démence vivent cela en permanence. Il est donc préférable de faire avec elles des choses qu’elles connaissent. D’où l’intérêt de la danse, mais également de la musicothérapie, de l’art-thérapie ou du théâtre. « Ces activités peuvent quasiment être considérées comme un moyen secondaire de prévention  : car elles permettent d’éviter que la personne atteinte devienne dépressive ou cesse de parler. » l Infos sur les cours de danse de Pro Senectute  : ⊲ www.cooperation.ch/danse
Photos Lucian Hunziker, DR Coordination du mouvement et écoute de la musique  : la danse représente une bonne prophylaxie contre la démence. DÉMENCE  : DES SYMPTÔMES TRÈS DIFFÉRENTS Comment remarque-t-on qu’une personne est atteinte de démence ? Les symptômes sont très différents selon le type de démence. Elles ont en commun d’avoir un impact dans les activités quotidiennes  : capacité à gérer ses finances ou à préparer les repas. Dans certaines démences les patients présenteront des difficultés à se souvenir de ce qu’ils ont fait récemment, dans d’autres ils auront plus de peine à se souvenir d’événements anciens. Parfois, c’est le sens des mots qui manquera. On peut se poser la question d’une démence lorsqu’une personne présente un changement insidieux et progressif par rapport à son fonctionnement antérieur. Que doit-on faire si on commence à perdre la mémoire ? Quels traitements sont proposés au Centre de la mémoire du CHUV ? L’impression de perdre la mémoire est très subjective d’une personne à l’autre  : certains se feront du souci rapidement, d’autres ont tendance à relativiser. Dès qu’on commence à perdre la mémoire, il est important d’en parler avec son médecin traitant, qui peut émettre un jugement ou aiguiller vers des Centres Mémoire. Ils permettent de répondre à un souci, d’éventuellement poser un diagnostic et de rassurer. Une prise en charge, médicamenteuse ou non est proposée. Les interventions non médicamenteuses visent à maintenir le patient autonome le plus longtemps possible pour augmenter sa qualité de vie et celle de ses proches. Utilisez-vous la danse comme outil thérapeutique ? Si oui, de quelle manière ? Non, mais nous recommandons toutefois de l’activité physique en musique, via la rythmique pour seniors selon la méthode Jaques- Dalcroze. Cette activité est prometteuse  : elle permet aux patients de faire de l’exercice physique tout en utilisant plusieurs systèmes de mémoire, tout cela en musique. Cette stimulation physique et cognitive (mémoire, langage, etc.) s’associe à une stimulation sociale. La combinaison des trois a un effet bénéfique sur le vieillissement du cerveau. BWE ⊲ www.centrememoire.ch Docteure Andrea Guevara Brioschi, neuropsychologue FSP au Centre Leenaards de la mémoire du CHUV, à Lausanne. Coopération N°47 du 22 novembre 2016 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 1Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 2-3Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 4-5Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 6-7Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 8-9Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 10-11Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 12-13Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 14-15Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 16-17Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 18-19Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 20-21Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 22-23Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 24-25Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 26-27Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 28-29Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 30-31Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 32-33Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 34-35Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 36-37Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 38-39Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 40-41Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 42-43Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 44-45Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 46-47Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 48-49Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 50-51Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 52-53Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 54-55Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 56-57Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 58-59Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 60-61Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 62-63Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 64-65Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 66-67Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 68-69Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 70-71Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 72-73Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 74-75Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 76-77Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 78-79Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 80-81Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 82-83Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 84-85Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 86-87Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 88-89Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 90-91Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 92-93Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 94-95Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 96-97Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 98-99Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 100-101Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 102-103Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 104-105Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 106-107Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 108-109Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 110-111Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 112-113Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 114-115Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 116-117Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 118-119Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 120-121Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 122-123Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 124-125Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 126-127Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 128-129Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 130-131Coopération numéro 47 22 nov 2016 Page 132