Coopération n°45 8 nov 2016
Coopération n°45 8 nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de 8 nov 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 140

  • Taille du fichier PDF : 53,0 Mo

  • Dans ce numéro : l'avenir des espèces menacées, le panda en exemple.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
1calendrier de l’Avent'au lieu de CHF 17.95 àl’achat de Coca-Cola 6×1,5 l Aussi valable pour 6×1,5 l fflà" es*4114rell0+11.0  : ge 1i + "iree"e e utue.ié  : OU OSeilagq 111.1.611 a a. X "e *r, 5 W. dị, 2016 The Coca-Cola Company. Coca-Cola, Coca-Cola zero, Coca-Cola light, Coke, the Contour Sottie Bottle and the slogan TASTE THE FEELING are trademarks of The Coca-Cola Company. &elfe X Id 6e 11.11 ›.'11:1 Pen) e41 1à eeteagbeiiiis414111 ferii.'L.41's É de I1Fe illuéM D'il Dans la limite des stocks disponibles. pour CHF 12.95 11.70 Coca-Cola, Coca-Cola zero, Coca-Cola light 6×1,5 litres SE 45/16
Photo Darrin Vanselow pu dire au revoir à ma famille ». Il est resté plusieurs mois en Éthiopie avant de réaliser le voyage vers l’Europe avec deux amis, via le Soudan, la Libye, la mer Méditerranée et la Sicile, au péril de sa vie. 600 personnes sur un rafiot Commentaire de Daniel  : « Si je meurs, c’est triste pour ma famille. Moi, ce n’est pas important... » Il précise qu’il ne le referait pas. « C’est très, très dur », témoigne le jeune homme qui a traversé le Sahara en camion  : « On n’avait presque pas à manger ni à boire. Si tu n’arrives pas à payer, tu restes coincé... En Libye, on était 80 personnes dans une pièce. » En mer Méditerranée, il s’est retrouvé sur une embarcation à la dérive avec 600 « Il y a un élan de solidarité » ♦ Accueil Fortes disparités entre les cantons. personnes à bord... « Le bateau était sans moteur pendant un jour et une nuit. Les Italiens sont venus nous chercher. » L’adolescent a déboursé plusieurs milliers de francs aux passeurs pour rejoindre notre pays, une somme conséquente réunie avec l’aide de sa famille. Son périple a duré un mois et demi. Une fois en Suisse, il a tout d’abord été hébergé dans un centre d’accueil en ville de Bâle. « C’était un bunker, il faisait toujours nuit. » Il a ensuite été transféré dans le canton de Neuchâtel, où vit son oncle avec qui il a des contacts réguliers. Si les différences culturelles ne lui posent pas trop de problèmes, Daniel ne goûte pas vraiment le climat  : « En Erythrée, 25°C, c’est froid ! On a de 25 à 40°C. » Le jeune homme adore par contre À Neuchâtel, sur une soixantaine de requérants d’asile mineurs non accompagnés (RMNA), quatorze ont été accueillis par des familles à la suite d’un appel à la population. « C’est remarquable ! Il y a un élan de solidarité », salue Christian Fellrath, chef du Service de protection de l’adulte et de la jeunesse. « Nous recherchons encore quinze familles. Il y a 30% des mineurs placés et nous souhaitons atteindre les 50%. » Cinq mineurs vont être placés et cinq familles sont évaluées. « Elles sont une solution alternative aux centres d’hébergement. Je suis admiratif de leur engagement. » À Genève, sur 221 RMNA, un est accueilli en famille et 32 chez des proches. La plupart habitent en foyers. Idem sur Vaud, où 210 des 260 RMNA y vivent. Les autres logent en appartements ou chez des proches. Cinq enfants de moins de 12 ans vivent dans une famille. Septante adultes sont également placés grâce au projet « Héberger un migrant ». D’autres FAMILLE La famille t’aide et te conseille Daniel Oukbay, jeune réfugié érythréen les fromages du cru  : « Surtout la fondue ! » Il aime le vélo, se baigner dans le lac et cuisiner avec sa famille d’accueil  : « J’aime la cuisine suisse, c’est très différent de l’Érythrée. Nous, on mange des galettes et c’est beaucoup plus épicé ! », se marre Daniel. Un peu trop pour les palais helvétiques... Apprendre un métier en Suisse L’adolescent souhaite apprendre un métier dans son pays d’accueil. Il a déjà réalisé trois stages en entreprise qui se sont bien déroulés. Il espère décrocher une place d’apprentissage l’été prochain, à la fin de sa dernière année de scolarité obligatoire. Ce sera vraisemblablement comme paysagiste, carreleur ou peintre, le métier de son « papa » suisse. familles sont recherchées par l’Établissement vaudois d’accueil des migrants. « Nous avons beaucoup de demandes de migrants. Tout se passe très bien avec les familles », souligne la cheffe de projet Jessica Bollmann. Selon l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés, entre 200 et 300 migrants adultes vivent dans des familles suisses. Coopération N°45 du 8 novembre 2016 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 1Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 2-3Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 4-5Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 6-7Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 8-9Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 10-11Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 12-13Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 14-15Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 16-17Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 18-19Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 20-21Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 22-23Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 24-25Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 26-27Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 28-29Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 30-31Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 32-33Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 34-35Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 36-37Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 38-39Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 40-41Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 42-43Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 44-45Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 46-47Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 48-49Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 50-51Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 52-53Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 54-55Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 56-57Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 58-59Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 60-61Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 62-63Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 64-65Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 66-67Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 68-69Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 70-71Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 72-73Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 74-75Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 76-77Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 78-79Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 80-81Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 82-83Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 84-85Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 86-87Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 88-89Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 90-91Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 92-93Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 94-95Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 96-97Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 98-99Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 100-101Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 102-103Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 104-105Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 106-107Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 108-109Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 110-111Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 112-113Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 114-115Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 116-117Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 118-119Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 120-121Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 122-123Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 124-125Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 126-127Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 128-129Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 130-131Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 132-133Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 134-135Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 136-137Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 138-139Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 140