Coopération n°45 8 nov 2016
Coopération n°45 8 nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de 8 nov 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 140

  • Taille du fichier PDF : 53,0 Mo

  • Dans ce numéro : l'avenir des espèces menacées, le panda en exemple.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 112 - 113  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
112 113
Nos best-sellers. Baileys Irish Cream 17%, 70 cl gZe. ORIGINAL 15e:e.k- - LIC kkkk AMUI VodkaAbsolut 40%, 70 cl Dans la limitedes stocksdisponibles. Produits en vente chez Coop. Coop ne vend pas d’alcool aux jeunes de moins de 18 ans. Whiskey Jack Daniel’s Tennessee 40%, 70 cl t'UR. WIIISKEY 1 70c1 40% VBI. di enLum pen acrrara art. J.111171{. 1>AMEL DiSTILLEIrr I. 1r."0-9[1rFernlhE3FEE ; à:172.2 os/, 12.95 16.95 23.95
Photo Eric Ryan Anderson/DR passe dans le monde aujourd’hui ? Ma stratégie dans la vie est d’être optimiste, et elle n’a jamais changé. Je pense que c’est la meilleure attitude à adopter. Mais il devient de plus en plus difficile de rester optimiste, je l’avoue. Mais pensez-vous que la situation s’est vraiment empirée par rapport à dix ou vingt ans, ou est-ce juste une question de perspective ? On peut voir les choses de deux manières différentes. Nous recevons plus d’informations aujourd’hui parce que nous sommes immédiatement connectés au monde entier et aux médias. On est au courant de tout ce qui se passe dans le monde alors qu’avant des milliers de gens pouvait mourir sans qu’on l’apprenne. Peut-être qu’il y a en fait moins de violence dans le monde maintenant et que nous sommes plus civilisés. Peut-être que des aberrations comme la guerre en Syrie représentent un pas en arrière avant que le progrès ne reprenne son cours. Ça, c’est ma réponse optimiste. Ma réponse pessimiste, c’est que le monde est foutu ! Je ne sais pas trop quoi faire à part chanter des chansons. Où vous sentez-vous chez vous ? Je me sens chez moi là où se trouvent ma femme et mes enfants. Et cela semble être Une icône de la pop New York depuis environ une décennie. Mais j’ai beaucoup vécu ici. Je suis toujours citoyen britannique, même si j’ai voté pour le maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne. Je pense Le chanteur et musicien Sting  : il a été instituteur, il est aussi acteur. Avec plus de 100 millions d’albums vendus en solo et avec son groupe The Police depuis ses débuts en 1977, Sting (65 ans) est une icône de la pop britannique. Après plusieurs disques expérimentaux, il revient avec « 57th & 9th » (Universal Music, sortie le 11 novembre). Un album pop-rock très réussi dont le titre renvoie au carrefour de la 57 e Rue et de la 9 e Avenue à New York que le musicien traversait tous les jours pour aller au studio. C’est à Manhattan que l’auteur de « Englishman in New York » vit depuis des années avec sa femme, Trudie Styler, et leurs quatre enfants. www.sting.com INTERVIEW que le Brexit est une erreur. Cela dit, j’aime notre monarchie constitutionnelle. Notre reine n’a aucun pouvoir, aucun talent particulier. Elle est juste un symbole, un filet de sauvetage constitutionnel qui empêche le gouvernement de devenir trop puissant. Je pense qu’elle est assez humble. Vous ruminez sur la mort et l’immortalité dans « 50’000 » … Je chante ce titre de mon point de vue  : une rock star qui a déjà vécu la majorité de sa vie et qui voit ses collègues mourir. Ils ont été nombreux à disparaître cette année et cela m’a fait sérieusement prendre conscience de ma mortalité. Vous est-il arrivé de mettre en garde des collègues à haut risque contre les dangers qu’ils encouraient ? J’ai collaboré étroitement avec des gens qui étaient à haut risque de par leur consommation d’alcool, de drogues ou leur style de vie en général. Nous avons discuté de ces problèmes d’addiction, des choses qui te foutent en l’air. C’est mon job en tant que leader d’un groupe. Mais je n’étais pas en mesure d’appeler Prince pour lui dire d’arrêter de prendre ces médicaments. C’est tragique. Tu sais, c’est un métier à haut risque. Avez-vous pu éviter ces tentations et ces dangers liés à votre métier ? Non, je n’ai pas été à l’abri de tous ces dangers mais fort heureusement, je n’ai pas une personnalité addictive. Cela dit, je suis accro au boulot. Je sublime mes obsessions dans mon travail. Coopération N°45 du 8 novembre 2016 113



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 1Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 2-3Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 4-5Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 6-7Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 8-9Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 10-11Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 12-13Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 14-15Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 16-17Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 18-19Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 20-21Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 22-23Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 24-25Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 26-27Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 28-29Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 30-31Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 32-33Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 34-35Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 36-37Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 38-39Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 40-41Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 42-43Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 44-45Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 46-47Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 48-49Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 50-51Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 52-53Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 54-55Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 56-57Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 58-59Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 60-61Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 62-63Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 64-65Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 66-67Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 68-69Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 70-71Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 72-73Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 74-75Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 76-77Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 78-79Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 80-81Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 82-83Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 84-85Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 86-87Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 88-89Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 90-91Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 92-93Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 94-95Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 96-97Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 98-99Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 100-101Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 102-103Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 104-105Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 106-107Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 108-109Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 110-111Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 112-113Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 114-115Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 116-117Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 118-119Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 120-121Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 122-123Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 124-125Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 126-127Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 128-129Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 130-131Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 132-133Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 134-135Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 136-137Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 138-139Coopération numéro 45 8 nov 2016 Page 140