Coopération n°44 1er nov 2016
Coopération n°44 1er nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de 1er nov 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 156

  • Taille du fichier PDF : 53,8 Mo

  • Dans ce numéro : avec Laurianne Sallin, miss Suisse, en avant les bons plans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 126 - 127  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
126 127
LES GENS Le DJ à l’œuvre L’HOMME ORCHESTRE QUI RÊVE DE LAS VEGAS Il est DJ, mais il a aussi les casquettes de producteur, prof, employé des CFF et papa. Ça fait beaucoup. Pourtant le jeune homme assure et ne paraît même pas stressé. Rencontre avec Djerem, Jérémy Party de son vrai nom. Vous auriez pu garder votre patronyme, particulièrement adapté à un DJ, au lieu de prendre un pseudo ! C’est ce que je voulais faire, mais, étonnamment, les professionnels du monde de la nuit me disaient que « Party » ce n’était pas terrible et ils ne croyaient même pas que c’était mon vrai nom ! Du coup, j’ai choisi Djerem. Comment êtes-vous devenu DJ ? J’ai toujours aimé la musique électronique. Pour financer mes études, j’ai travaillé dans une discothèque lausannoise et ça m’a donné envie de 126 Coopération N°44 du 1er novembre 2016 me mettre aux platines. J’ai acheté le matériel nécessaire, j’ai appris à m’en servir, je me suis beaucoup entraîné. Puis, j’ai mixé dans des petits bars, ça a bien marché. Et je me suis retrouvé dans des clubs et des festivals. On dit souvent que les DJ ne font qu’appuyer sur « play » lorsqu’ils mixent. Vrai ou faux ? Certaines stars de l’électro ont des sets préenregistrés, car, étant chaque soir dans un pays différent, elles peuvent se permettre de passer les mêmes morceaux. Mais moi, quand je mixe en Suisse, j’improvise en fonction du public, ♦ Interview DJ Djerem est de toutes les partys les plus prisées. Un hyperactif super organisé qui met le feu aux platines et qui a l’Amérique pour horizon. Rencontre. MYRIAM GENIER de l’heure ; je dois toujours m’adapter. Il faut aussi avoir une bonne culture musicale, et connaître les nouveautés. Ce métier, c’est du travail. Bien sûr, le côté technique peut être maîtrisé assez vite, car le matériel d’aujourd’hui est très sophistiqué. Mais être DJ, ce n’est pas que passer des disques  : on doit aussi composer nos propres morceaux si l’on ne veut pas rester au niveau local. Depuis plusieurs années, je consacre une grande partie de mon temps à produire des maquettes dans mon studio. Ce n’est pas facile d’arriver à un bon résultat. N En été, je fais du wakeboard et en hiver du ski. C’est important d’avoir la formeN Cette année, vous sortez deux titres sur de célèbres labels néerlandais de musique électro. Une consécration ? Oui ! Une agence maltaise distribue mes productions. C’est grâce à elle que j’ai eu ces chances. Mon but est de continuer sur cette lancée et d’aller toujours plus haut. Votre rêve, c’est d’être le nouveau David Guetta ? Je fais ce métier par passion. Je suis très content de ce que j’ai accompli jusqu’à présent, mais si j’arrivais à avoir une grande notoriété, effectivement ce serait génial. Je rêve de jouer régulièrement à Las Vegas, à Ibiza ou au célèbre festival de musique électronique Tomorrowland, en Belgique. Pour que cela se réalise, il faudrait que je produise un hit. C’est ce que j’essaie de faire. Ce n’est pas encore votre cas, mais certains DJ gagnent des
Photo Julien Villard dizaines de millions par an. Certes, ils travaillent dur, mais de telles sommes ne sont-elles pas exagérées ? Non, car des gens les rémunèrent à ces prix-là, tout en arrivant à en tirer un bénéfice. C’est l’offre et la demande. Mais je ne sais pas si ce phénomène va durer. Vous avez créé en 2009 votre école, la Swiss DJ School. Vos élèves espèrent devenir des stars ? Depuis que j’ai commencé, j’ai eu plus de 250 élèves, de tous âges, hommes et femmes. Certains viennent juste apprendre à passer des disques pour s’amuser avec Le talent enDJhéritage  : Djerem dans la comédienne le quartierSarah du Flon, Biasini à Lausanne, (39 ans) poursuit où il mixe lasouvent. longue tradition Il sera au artistique MAD le 12 denovembre. sa famille. des amis. D’autres veulent en faire leur métier, mais ils n’étudient pas en espérant gagner de l’argent facilement. Si l’on veut devenir riche, il ne faut pas faire de la musique ! Seulement une dizaine de DJ dans le monde sont multimillionnaires. Ce métier n’est pas évident, il y a pas mal de concurrence et il faut souvent être au bon endroit au bon moment pour que ça marche. Vous jouez d’un instrument ? Quand j’étais enfant, mes parents voulaient que j’en apprenne un, mais j’avais refusé, cela ne m’intéressait pas à l’époque. J’ai Coopération N°44 du 1er novembre 2016 127



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 1Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 2-3Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 4-5Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 6-7Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 8-9Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 10-11Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 12-13Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 14-15Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 16-17Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 18-19Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 20-21Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 22-23Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 24-25Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 26-27Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 28-29Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 30-31Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 32-33Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 34-35Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 36-37Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 38-39Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 40-41Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 42-43Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 44-45Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 46-47Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 48-49Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 50-51Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 52-53Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 54-55Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 56-57Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 58-59Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 60-61Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 62-63Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 64-65Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 66-67Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 68-69Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 70-71Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 72-73Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 74-75Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 76-77Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 78-79Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 80-81Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 82-83Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 84-85Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 86-87Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 88-89Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 90-91Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 92-93Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 94-95Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 96-97Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 98-99Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 100-101Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 102-103Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 104-105Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 106-107Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 108-109Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 110-111Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 112-113Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 114-115Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 116-117Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 118-119Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 120-121Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 122-123Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 124-125Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 126-127Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 128-129Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 130-131Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 132-133Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 134-135Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 136-137Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 138-139Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 140-141Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 142-143Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 144-145Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 146-147Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 148-149Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 150-151Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 152-153Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 154-155Coopération numéro 44 1er nov 2016 Page 156