Coopération n°43 25 oct 2016
Coopération n°43 25 oct 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de 25 oct 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 123

  • Taille du fichier PDF : 40,3 Mo

  • Dans ce numéro : changer de métier à 50 ans, nouveau départ.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
La Tessinoise Christine Bucher apprécie de pouvoir exprimer toute son inventivité dans son nouveau métier de graphiste. « Laisser libre cours à ma créativité » ♦ Christine Bucher, graphiste à Vezia (TI) « À 45 ans, je me suis retrouvée en classe aux côtés d’élèves de 18 ans. Pour moi, ça a représenté un vrai défi ! » Aujourd’hui âgée de 50 ans, Christine Bucher raconte son parcours, de son ex-métier d’employée de bureau à son activité de graphiste actuelle. « J’étais parvenue à une étape de ma vie où j’avais besoin de laisser libre cours à ma créativité. Je me suis battue pour y arriver. Et aujourd’hui, c’est le bonheur. » Si Christine a désormais son propre atelier et œuvre aussi pour une imprimerie, cela ne s’est pas fait en un jour. « J’ai travaillé presque dix ans en tant qu’employée de bureau et me suis également occupée de marketing. J’ai toujours ressenti un mélange d’admiration et d’envie pour ceux qui créaient les logos et pouvaient être créatifs. » En 2005, Christine s’est offert un ordinateur. Pour cette femme entreprenante, c’était le signal d’un nouveau départ. « Je passais mes jours et mes nuits devant l’écran, apprenant différents programmes en autodidacte. C’était enivrant. » Christine a trouvé ses premiers clients, auxquels son travail a plu. Grâce au bouche Le monde évolue incroyablement vite et je veux évoluer avec lui Christine Bucher, graphiste 1 à oreille, elle a pu étendre sa clientèle. « Un jour, j’ai reçu un mandat important, assez complexe. Et là j’ai compris que mes compétences ne suffisaient plus. Je me suis adressée à un bureau conseil. On m’a appris que je pouvais suivre une formation continue pour adultes. » Aussitôt dit, aussitôt fait. Parallèlement à son travail, Christine a suivi deux jours par semaine des cours à l’école d’arts visuels de Lugano. « Pour mon fils, né en z 1999, c’était drôle de voir sa maman apprendre, faire ses devoirs. Et moi, je me sentais mise à l’épreuve, je devais être capable de m’adapter  : lors de mon apprentissage, nous avions encore des machines à écrire, tandis que là, je me retrouvais en classe avec de jeunes adultes qui ont grandi avec ordis et smartphones... » La graphiste a finalement terminé sa formation en 2012, après une année difficile mais néanmoins gratifiante. « Mon mari m’a été d’un grand soutien, aussi bien d’un point de vue psychologique que financier. Je suis actuellement une nouvelle formation, pour apprendre à créer des sites web. Le monde évolue incroyablement vite et je veux évoluer avec lui. » PATRICK MANCINI Coopération N°43 du 25 octobre 2016 15
♦ PhilippZinniker, photographe indépendant à Berne La qualité des clichés pris par PhilippZinniker pour Coopération et diverses entreprises est indéniable. On a peine à croire que cet autodidacte a attendu ses 49 ans pour se lancer dans la photographie pro ! Avant sa reconversion, il était physiothérapeute. PhilippZinniker a commencé par un apprentissage d’employé de commerce dans une banque. Devenir photographe n’était donc pas son premier nouveau départ. « La profession d’employé de commerce ne me convenait pas. À la banque, j’avais la sen- bien longtemps. C’est pourquoi il faut faire appel à des professionnels, estime Toni Nadig. Cela permet d’accélérer le processus, car plus la période de chômage est longue, plus elle est difficile à vivre. Le conseiller à l’emploi aide le chômeur à surmonter la détresse psychologique liée au licenciement et à prendre conscience de ses compétences et ses aspirations. Il le conseille pour se présenter et postuler de manière efficace. « Notre rôle n’est pas de leur trouver un nouvel emploi, mais de les préparer à devenir acteurs de leur recherche car c’est là que réside la clé du succès », expose le psychologue zurichois. Définir son profil personnel Certaines entreprises financent les démarches des employés licenciés auprès de conseillers privés en réinsertion. Quand ce n’est pas le cas, c’est le conseiller de l’Office régional de placement (ORP) qui s’en charge. « Ces dernières années, la qualité des consultants et les compétences au sein des ORP se sont nettement améliorées », souligne Toni Nadig. Lui-même organise des ateliers, des cours et des formations pour les demandeurs d’emploi. Dr. Toni Nadig, psychologue du travail Tout d’abord, l’individu définit son profil personnel avec le conseiller  : qu’est-ce que j’attends de mon nouveau travail, comment j’envisage mon avenir, quelles sont mes envies ? Cela n’a souvent rien à voir avec l’idée que l’on s’en faisait il y a trente ans, en début de carrière. Entre autres facteurs, les tâches, les horaires, le lieu de travail et le salaire jouent un rôle essentiel. Pour finir  : que puis-je proposer à mon futur employeur ? 16 Coopération N°43 du 25 octobre 2016 Photos Heiner H. Schmitt, DR « C’était une période difficile » sation d’être enfermé et j’aspirais à travailler davantage avec des gens », explique-t-il. « J’ai donc suivi une formation de physiothérapeute à 24 ans et dirigé mon propre cabinet durant seize ans. » Des journées de travail de douze heures, et ce durant plusieurs années, ont peu à peu émoussé son enthousiasme. « Je n’étais plus satisfait, je me sentais vide. Il fallait que j’entreprenne quelque chose de nouveau. » Il a découvert la photographie au cours d’une formation continue en physiothérapie à New York. « J’ai alors su que je désirais apprendre la profession. Or pendant deux ans,



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 1Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 2-3Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 4-5Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 6-7Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 8-9Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 10-11Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 12-13Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 14-15Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 16-17Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 18-19Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 20-21Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 22-23Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 24-25Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 26-27Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 28-29Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 30-31Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 32-33Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 34-35Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 36-37Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 38-39Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 40-41Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 42-43Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 44-45Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 46-47Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 48-49Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 50-51Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 52-53Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 54-55Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 56-57Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 58-59Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 60-61Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 62-63Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 64-65Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 66-67Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 68-69Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 70-71Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 72-73Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 74-75Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 76-77Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 78-79Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 80-81Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 82-83Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 84-85Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 86-87Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 88-89Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 90-91Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 92-93Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 94-95Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 96-97Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 98-99Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 100-101Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 102-103Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 104-105Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 106-107Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 108-109Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 110-111Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 112-113Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 114-115Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 116-117Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 118-119Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 120-121Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 122-123Coopération numéro 43 25 oct 2016 Page 123