Coopération n°41 11 oct 2016
Coopération n°41 11 oct 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°41 de 11 oct 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 159

  • Taille du fichier PDF : 54,2 Mo

  • Dans ce numéro : la vie d'expat en Suisse avec la famille Chugh.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
DES PAROLES AUX ACTES Tendres poulets ♦ Exigeance En Suisse, la production de poulets pour Coop et Bell est soumise à la réglementation très stricte du programme SST. Cela vaut aussi pour les gallinacés importés de Slovénie. THOMAS COMPAGNO Affirmer que Marjan Slodnjak, paysan slovène de 49 ans, appelle ses poulets de chair par leurs prénoms serait exagéré. Ces derniers se montrent d’ailleurs plutôt méfiants et se mettent à courir dans tous les sens quand leur propriétaire essaie d’en attraper un pour la photo. Cequi n’empêche pas ce producteur travaillant pour Coop et Bell d’être attaché à sesy. volailles. L’élevage de Marjan Slodnjak compte 12 000 têtes et respecte les directives strictes de Coop, fondées sur le programme « Systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux » (SST). Des normes qui vont plus loin que les directives de l’Union européenne en matière d’élevage. Elles sont même plus strictes que la loi fédérale sur la protection des animaux. VOLAILLE  : CONSOMMATION EN HAUSSE 8,3 8,5 1991 14 kg 12 kg 10 kg 9,3 8 kg 2 3 4 5 6 7 8 9,3 9 2000 9,5 La consommation de viande de volaille par habitant augmente en Suisse. Sauf dans les années 2005/2006 en raison de la grippe aviaire. 8 Coopération N°41 du 11 octobre 2016 8,3 10,8 1 2 3 4 5 6 7 8 11,3 12,1 9 2010 11 12 13 14 15 Infographie Niki von Almen, Source Aviforum DE L’ESPACE POUR LA VOLAILLE Concrètement, cela signifie notamment que les poulets d’engrais de Marjan Slodnjak bénéficient d’un espace 20 à 30% plus grand que dans un élevage conventionnel. De plus, les poulaillers SST laissent davantage pénétrer la lumière du jour et disposent d’un jardin d’hiver conçu de telle sorte que les volailles peuvent sortir et rentrer à loisir. Ces dernières reçoivent une litière propre tous les deux à trois jours. Mais ces exigences ont un prix  : pour l’éleveur, elles représentent un plus grand investissement, tandis que de leur côté, Coop et Bellachètent la viande à un prix plus élevé. Produits haut de gamme Marjan Slodnjak vit dans les environs de Ptuj, ville située à 20 km au sud-est de Maribor. Il fait partie des éleveurs slovènes qui livrent actuellement à Coop et à Bell de la viande de poulet répondant aux exigences SST. Ils sont plus de vingt et produisent, à eux tous réunis, les trois quarts de la poitrine de poulet étrangère vendue chez Coop. « Les éleveurs slovènes livrent des produits haut de gamme », souligne Christine Mayer, la responsable des achats chez le fournisseur de viande Bell. Marjan Slodnjak a découvert les normes d’élevage SST il y a environ un an et demi. Ce qui l’a surtout convaincu, c’est le nombre réduit d’animaux par rapport à la surface  : « On voit que ça leur fait du bien. Je les trouve plus vifs et de toute évidence en meilleure forme. Et quand mes poulets vont bien, je vais bien moi aussi. » Pas besoin d’être expert pour comprendre que ce producteur accorde de l’importance à ses animaux. Il accepte, par conséquent, le fait de devoir produire moins de poulets pour un revenu équivalent grâce au prix plus élevé de la viande SST. « Au final, j’y gagne aussi financièrement », dit-il. Un avis partagé par Milan Rodošek (46 ans), qui a Photos Rainer Eder
Les volailles de Marjan Slodnjak ont beaucoup de place et ont, en plus, accès à un jardin d’hiver. lui aussi rejoint le programme SST, il y a un an. Cet éleveur y voit également une sécurité pour son activité  : « J’ai une certaine garantie de pouvoir vendre ma volaille dans les prochaines années. » Mais plus que tous les avantages économiques offerts par le programme, les deux producteurs rappellent que leur première motivation est le bien-être des animaux, mieux pris en compte par les exigences SST. Chez nous, le bien-être des poulets ne s’arrête pas aux frontières. Environ 78% de notre viande fraîche de poulet vient de Suisse et répond aux exigences du programme SST (systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux). Nous appliquons les mêmes exigences à la viande fraîche de poulet importée. Cet acte et bien d’autres sur  : www.des-paroles-aux-actes.ch/323 ACTE N°323 Coopération N°41 du 11 octobre 2016 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 1Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 2-3Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 4-5Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 6-7Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 8-9Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 10-11Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 12-13Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 14-15Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 16-17Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 18-19Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 20-21Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 22-23Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 24-25Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 26-27Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 28-29Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 30-31Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 32-33Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 34-35Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 36-37Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 38-39Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 40-41Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 42-43Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 44-45Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 46-47Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 48-49Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 50-51Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 52-53Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 54-55Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 56-57Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 58-59Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 60-61Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 62-63Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 64-65Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 66-67Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 68-69Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 70-71Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 72-73Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 74-75Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 76-77Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 78-79Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 80-81Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 82-83Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 84-85Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 86-87Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 88-89Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 90-91Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 92-93Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 94-95Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 96-97Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 98-99Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 100-101Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 102-103Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 104-105Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 106-107Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 108-109Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 110-111Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 112-113Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 114-115Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 116-117Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 118-119Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 120-121Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 122-123Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 124-125Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 126-127Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 128-129Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 130-131Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 132-133Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 134-135Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 136-137Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 138-139Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 140-141Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 142-143Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 144-145Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 146-147Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 148-149Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 150-151Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 152-153Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 154-155Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 156-157Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 158-159Coopération numéro 41 11 oct 2016 Page 159