Coopération n°39 27 sep 2016
Coopération n°39 27 sep 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de 27 sep 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 140

  • Taille du fichier PDF : 45,7 Mo

  • Dans ce numéro : les jeunes et le smartphone, éviter les pièges.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
ANIMAUX Cri du cerf ♦ Faune Les cerfs ont l’un des rituels amoureux les plus singuliers de notre pays. Brame retentissant, mâles dominants, hardes de biches  : bienvenue chez Bambi ! ALAIN WEY La Suisse compte plus de 36 000 cerfs élaphes et chaque année naissent 10 000 à 12 000 faons. Derrière cette belle vigueur se tapit une comédie un poil moins romantique qu’il n’y paraît  : le rauque et retentissant brame du cerf. Ce grand rituel amoureux aux airs de sérénade exalte en fait un véritable jeu de pouvoir. Entre mi-septembre et mi-octobre, les intriguesvont bon train. Un mâle dominant séduit une harde de biches, tandis que des prétendants gravitent autour de ce'àe.L 1,. Gla:..."5'.el,-"i" p 2. -.",I !e. 4 Le rival ne défie le cerf dominant que s’il est de même force. SAISON DES AMOURS 30 Coopération N°39 du 27 septembre 2016 beau monde et s’affairent à terrasser Goliath, si bien sûr ils s’en sentent capables. À force égale, un combat « Les femelles n’étant fécondables que durant un à deux jours, le mâle dominant devra attendre son heure tout en continuant à montrer qu’il est le plus fort, explique Laudo Albrecht, directeur du Centre Pro Natura Aletsch à la Villa Cassel. C’est une période très éprouvante pour lui, car il doit défendre ses'.11e5  : '1 1.211e gt.:. !.. ! "r. il.I,.m.'10 àlr  : 17:- II Sans obstacle naturel, le brame du cerf peut s’entendre à plus d’un kilomètre à la ronde. protégées contre d’autres mâles. » Le cerf dominant ne quitte pas sa harde (« entre 2 et 10 biches, voire même plus ») pendant deux à trois semaines et brame pour éloigner les rivaux. « Les combats sont extrêmement rares. Les deux cerfs Les biches pèsent entre 90 et 100 kg, contre 150 à 200 kg pour les mâles. I Photos Roland Clerc
vont d’abord s’impressionner l’un l’autre. Ce n’est que s’ils pensent être de force égale qu’ils engagent le combat. Et celui-ci peut être très violent, voire parfois entraîner la mort ! » Les cerfs reconnaissent la force de leur adversaire à la fréquence de leur brame. Le dominant garde en général son statut plusieurs années (de 3 à 5 ans) et revient chaque automne vers les mêmes biches. « Après, il y a d’autres cerfs qui ont la force de prendre sa place. Dans la forêt d’Aletsch, par exemple, un cerf est le mâle dominant depuis plus de cinq ans ! » Un roi de la forêt solitaire « Si les brames s’entendent aussi le jour pendant la première période, ses échos retentissent surtout la nuit », révèle Laudo Albrecht. Question de chasse ? Probable, puisque les deux activités ont lieu en W Images du photographe animalier Roland Clerc  : www.cooperation.ch/cerf même temps. C’est dire si le début de l’automne est stressant pour les cerfs. « La chasse n’a pas lieu plus tôt, parce que les jeunes sont encore trop petits (ndlr  : naissance en mai et juin) et pas plus tard, parce qu’il peut déjà y avoir de la neige. » Rien d’étonnant donc que les cerfs dominants soient lessivés après la période du rut. Et comme ils sont toujours aux aguets, leur régime n’est pas des plus copieux. « Ils peuvent perdre jusqu’à 20% de leur masse corporelle. Comme un grand mâle pèse entre 150 et 200 kg, un cerf de 180 kg peut perdre près de 40 kg. » Non, être le roi de la harde n’est pas de tout repos, d’autant qu’il ne vit en société qu’un petit mois par année. Un vrai solitaire. « En hiver, au printemps et en été, il est plus ou moins seul et côtoie très peu d’autres mâles ! » Le revers de la médaille ? l CHUT ! OBSERVER SANS ÊTRE VU Le brame à portée de vue ? Si on peut avoir la chance de l’entendre au loin, difficile et peu conseillé d’observer sans spécialiste les cerfs bramer. D’ailleurs, le mot d’ordre de Laudo Albrecht est de ne surtout pas les déranger. « Le groupe se tient à 300 – 400 mètres des hardes et les scrupte avec des jumelles et des longues-vues. Notre week-end d’observation est complet depuis des mois. » De nombreuses excursions sont organisées en Valais  : notamment à Riederalp (Aletsch), au vallon de Réchy (val d’Anniviers), à Liddes ou encore à Champéry. Coopération N°39 du 27 septembre 2016 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 1Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 2-3Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 4-5Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 6-7Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 8-9Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 10-11Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 12-13Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 14-15Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 16-17Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 18-19Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 20-21Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 22-23Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 24-25Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 26-27Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 28-29Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 30-31Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 32-33Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 34-35Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 36-37Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 38-39Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 40-41Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 42-43Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 44-45Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 46-47Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 48-49Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 50-51Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 52-53Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 54-55Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 56-57Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 58-59Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 60-61Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 62-63Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 64-65Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 66-67Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 68-69Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 70-71Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 72-73Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 74-75Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 76-77Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 78-79Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 80-81Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 82-83Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 84-85Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 86-87Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 88-89Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 90-91Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 92-93Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 94-95Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 96-97Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 98-99Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 100-101Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 102-103Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 104-105Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 106-107Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 108-109Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 110-111Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 112-113Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 114-115Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 116-117Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 118-119Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 120-121Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 122-123Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 124-125Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 126-127Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 128-129Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 130-131Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 132-133Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 134-135Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 136-137Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 138-139Coopération numéro 39 27 sep 2016 Page 140