Coopération n°38 20 sep 2016
Coopération n°38 20 sep 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de 20 sep 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 46,9 Mo

  • Dans ce numéro : la pomme parfaite, l'objectif des chercheurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
LES GENS Bridget Jones ♦ Interview Renée Zellweger fait son grand retour au cinéma accompagnée cette fois de Patrick Dempsey. Les deux stars se confient. MARIAM SCHAGHAGHI, COLLABORATION  : CHRISTINA MÄNZ Bridget Jones est de retour – et elle est enceinte ! Mais elle nage toujours en pleine confusion car elle ignore qui est le père du bébé  : Patrick Dempsey, le Docteur Mamour de « Grey’s Anatomy », ou Colin Firth alias Mark Darcy, l’éternel amoureux de Bridget… Cette comédie romantique est à savourer au cinéma dès le 5 octobre. Renée, vous incarnez Bridget Jones pour la troisième fois après une longue pause. Pourquoi les gens l’aiment-ils tellement ? Renée  : Je crois que chacun retrouveenelleunpeudesoi. Elle incarne la sincérité – et non pas la vision de ce que nous devrions être, de ce à quoi il faudrait ressembler et de ce que nous sommes censés accomplir. Nous nous reconnaissons même dans ses peurs et ses faiblesses. Mais malgré toutes ses imperfections, elle finit par triompher. 94 Coopération N°38 du 20 septembre 2016 Patrick, est-ce que dans la vraie vie un homme peut tomber amoureux d’une femme comme Bridget ? Patrick  : Chez une femme, on a aussi envie de voir des faiblesses, ce qu’elle a d’humain et d’imparfait. Bridget est sincère et accessible, il est facile de s’identifier à elle. L’imperfection est-elle désormais la nouvelle perfection ? Et la maturité sexy ? Patrick  : Exactement ! Les failles, les aspérités ont quelque chose d’intéressant et de très sexy. Je suis fasciné par la singularité des personnages et je trouve magnifique cette entrée dans l’âge mûr. Pourquoi ne faudrait-il célébrer que la jeunesse ? Il faut N Qui peut résister à une portion supplémentaire de spaghettis ? N LA CÉLÈBRE CÉLIBATAIRE EST ENCEINTE ! accorder aux êtres le droit d’évoluer et de changer. Au fond, qui a envie d’être parfait ? Il faut dire aux filles, dès leur plus jeune âge, qu’elles sont très bien comme elles sont. Idem pour les garçons. Ils ne doivent pas devenir des super-héros ! Patrick, a-t-il été difficile d’être le dernier arrivé dans ce casting et de prendre la place de Hugh Grant ? Patrick  : Je crois qu’au début, nous étions tous nerveux. Mais Renée m’a rassuré  : « Tout va bien, lançons-nous simplement. » Bridget n’a plus de problème de poids. En aviez-vous assez de prendre des kilos ? Renée  : Oh non, pas du tout ! Qui peut résister à une portion supplémentaire de spaghettis ? Certainement pas moi ! Je n’ai jamais pensé que Bridget avait un problème de poids. Elle seule le pensait ! Chacun de nous souhaiterait changer une chose ou l’autre pour correspondre à son propre idéal. Et l’obsession de Bridget, c’était son poids. Vous insistez sur le mot « était ». Pourquoi avoir décidé d’en finir avec le calcul des calories ? Renée  : J’en ai longtemps discuté avec la réalisatrice, Sharon Maguire. Elle tenait à montrer une Bridget qui a évolué. Son mode de vie tout entier a changé  : elle boit beaucoup moins de vodka, mange moins de glace et ne sort plus tous les soirs. Elle est désormais productrice d’une émissionet son emploi du temps est chargé. Ses amis ont de nouvelles obligations ou des enfants, eux aussi. Photo Universal Pictures
Bridget Jones se retrouve à nouveau dans de drôles de situations ! Renée Zellweger avec Patrick Dempsey, qui succède à Hugh Grant. Tout ceci semble très raisonnable. Et plutôt aux antipodes de « notre » Bridget. Renée  : C’est le point essentiel de cet opus  : Bridget n’a jamais abandonné l’idée que quelques kilos en moins lui ouvriraient les portes du succès. Aujourd’hui, sa silhouette est peut-être irréprochable, mais sa vie reste un désordre sans nom  : elle est toujours aussi inquiète et préoccupée, il lui arrive encore des choses invraisemblables, elle doit continuer de lutter pour venir à bout de ses problèmes. Et ce message me plaît beaucoup ! Qu’avez-vous ressenti en portant un faux ventre de femme enceinte pour le film ? Renée  : Je tire mon chapeau à toutes les mères ! Ce truc est vraiment super lourd. Moi au moins, je pouvais enlever ce ballon après une journée de tournage de seize heures et le laisser au vestiaire ! Patrick, cela n’a pas été facile pour vous non plus ! Avec Colin Firth, vous avez dû porter Bridget et son ventre à travers les rues de Londres… Patrick  : En effet ! En une seule prise, nous devions traverser un pont en portant Bridget. Au bout de dix mètres à peine, nous étions déjà essoufflés – et il nous restait encore 200 mètres à parcourir. Et la caméra Coopération N°38 du 20 septembre 2016 95



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 1Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 2-3Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 4-5Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 6-7Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 8-9Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 10-11Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 12-13Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 14-15Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 16-17Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 18-19Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 20-21Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 22-23Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 24-25Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 26-27Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 28-29Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 30-31Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 32-33Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 34-35Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 36-37Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 38-39Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 40-41Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 42-43Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 44-45Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 46-47Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 48-49Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 50-51Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 52-53Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 54-55Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 56-57Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 58-59Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 60-61Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 62-63Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 64-65Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 66-67Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 68-69Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 70-71Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 72-73Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 74-75Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 76-77Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 78-79Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 80-81Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 82-83Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 84-85Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 86-87Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 88-89Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 90-91Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 92-93Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 94-95Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 96-97Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 98-99Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 100-101Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 102-103Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 104-105Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 106-107Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 108-109Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 110-111Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 112-113Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 114-115Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 116-117Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 118-119Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 120-121Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 122-123Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 124-125Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 126-127Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 128-129Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 130-131Coopération numéro 38 20 sep 2016 Page 132