Coopération n°38 17 sep 2019
Coopération n°38 17 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de 17 sep 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 23,3 Mo

  • Dans ce numéro : comme des chefs !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
ACTUEL DESPAROLES AUXACTES Des colonies d’abeilles bio Robert Mayr (61 ans) est l’homme qui murmure àl’oreille des abeilles. Il s’est lancé dans l’apiculture pour leplaisir en 1988, avec troiscolonies. Aujourd’hui, il possède plus de 200 ruches et est copropriétaire del’exploitation apicole Imkerei Mayr, àKradolf (TG). « Mon associée et moi vivons de l’apiculture », annonce-t-il avec une certaine fierté. Depuis quatre ans, ils ont adopté les directives strictes deBio Suisse. Une conversion qu’ils doivent àl’origine à une catastrophe:enjuin 2015, de fortes intempéries inondent les caves etréduisent ànéant toute leur production. L’apiculteur songe alors àtout arrêter. Mais les choses se sontpasséesdifféremment  : « La possibilité delivrer dumiel bio àCoop nous amotivés àréinstaller de nouvelles ruches », raconte-t-il. La production de miel bio est soumise àdes exigences élevées  : « La moitié au moins des surfaces se trouvant dans un rayon detrois kilomètres autour d’un rucher doivent être exploitées biologi- quement, nous explique Robert Mayr. En Thurgovie, où l’agriculture conventionnelle est très répandue, iln’est pas évident detrouver debons emplacements. » Fin mai, au plus tard,laplupart des fleurs sontfanées ; il n’yaalors plus grand-chose àbutiner. « C’est pourquoi nous nous rendons avec une partie de noscolonies auxGrisons et au Tessin, où les abeilles trouvent suffisamment de nectar et de pollen durant l’été. » L’organe de contrôle de l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL) vérifie régulièrement les emplacements des ruches et d’autres critères. « Nousdevonsenoutre faireanalyser le miel, le pollen et la cire d’abeille pour s’assurer qu’ils sontexempts de résidus de pesticides. » Le miel est aussi testé afind’y détecter,par exemple,des traces d’antibiotiques, utilisés dans l’agriculture conventionnelle pour luttercontre le feu bactérien. « Mais notre miel a toujours été irréprochable », se félicite l’apiculteur. MKO Du respect aussi pour nos insectes Les insectes sont des auxiliaires précieux pour la biodiversité. Voicivingt ou trente ans encore, il n’était pas rare, après une sortie estivale en auto, devoir son pare-brise recouvert d’une multitude de « dépouilles » d’insectes. Aujourd’hui, plus besoin de nettoyer ces taches. Si c’est plutôt une bonne nouvelle pour nous, ce l’est beaucoup moins pour les insectes, dont la disparition ne cesse de progresser. Or, ces petites bêtes jouent unrôle capitalpourlabiodiversité. Afin de leur donner une voix, les associations Bird- Life Suisse et Insect Respect organisent, les18et19septembreladeuxième Journée suisse des insectes, àAarau (AG). Les présentations se déroulentenallemand et en français. Atravers des exemples concrets –des communes sans pesticides ou des terrains d’entreprise respectueuxdes insectes –ils’agit d’animer àlacoopérationetàla mise surpiedde nouvelles mesures pour la préservation des insectes. L’éthologue britannique Jane Goodall (85 ans) donnera àcette occasion une vidéoconférence. MKO Plus d’infos, programme et inscriptions sous  : www.birdlife.ch 62 Coopération N°38 du 17 septembre 2019
PHOTOS MARKUSLAMPRECHT,SAMUEL BORTOLATO, SHUTTERSTOCK Cultures et forêt en harmonie àMadagascar Quelque 90% de la forêt originelle à Madagascar ontdisparu.Les arbres ont été abattus au profit des rizières et des monocultures, ou bien pour servir de bois de chauffage pour lapopulation croissante. Ainsi, le sol est rapidement épuisé et desséché,poussantles agriculteurs àoccuper des zones protégées telles queleparcnationaldeMasoala. Pour contrer ce développement, Coop et sa filiale Chocolats Halba, ainsi que d’autres partenaires tels que lezoo de Zurich, ontlancé fin 2018 le projet « Madagascar » d’agroforesterie dynamique. Ici, le cacaoest cultivé dans un environnement semblable àlaforêt tropicale, son milieu d’origine. Les producteurs font pousser leur cacao enassociation avec d’autres plantes utiles (bananes, mangues oumanioc) et des essences d’arbres précieuses (comme l’acajou). Les différentesespèces interagissent entreelles  : les planteshautesprotègent celles qui aiment l’ombre ; certaines plantes fournissent àleurs voisines les nutriments indispensables. Dans cet environnement bénéfique, le cacaoyer quant àlui donne davantage defruits et se montreplusrésistantaux maladies et auxintempéries. RobertMayr(61 ans) examine ses ruches à Kradolf (TG). Il s’est converti au bio en 2015, après avoir perdu toute sa production. ACTE N°20 Le Bourgeon rencontre les abeilles En 2013,nous avons été les premiers àlancer un miel de fleurs bio suisse portant le label Bourgeon. Les abeilles doivent parcourir près de 80 000 km pour produire 1kgdemiel. Plus d’infos surcet acte ainsi que sur tous nos autres engagements via ce code QR. www.des-paroles-aux-actes.ch/20 Du cacao malgache cultivé en équilibre avec d’autres plantes utiles. Coopération N°38 du 17 septembre 2019 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 1Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 2-3Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 4-5Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 6-7Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 8-9Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 10-11Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 12-13Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 14-15Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 16-17Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 18-19Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 20-21Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 22-23Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 24-25Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 26-27Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 28-29Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 30-31Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 32-33Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 34-35Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 36-37Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 38-39Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 40-41Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 42-43Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 44-45Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 46-47Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 48-49Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 50-51Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 52-53Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 54-55Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 56-57Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 58-59Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 60-61Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 62-63Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 64-65Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 66-67Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 68-69Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 70-71Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 72-73Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 74-75Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 76-77Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 78-79Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 80-81Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 82-83Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 84-85Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 86-87Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 88-89Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 90-91Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 92-93Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 94-95Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 96-97Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 98-99Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 100-101Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 102-103Coopération numéro 38 17 sep 2019 Page 104