Coopération n°37 13 sep 2016
Coopération n°37 13 sep 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de 13 sep 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 33,6 Mo

  • Dans ce numéro : prévisions, la météo par la nature.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
ZOOM z Il les rédige toujours juste avant la réunion, chaque année au printemps et en automne. Alois Holdener (61 ans) observe les pommes de pins et la forêt. Il est souvent KarlHediger Alois Holdener Martin Holdener Martin Horat KarlReichmuth Peter Suter 100% juste 50% 0% 171 ce 011 Alois Holdener analyse les pommes de pins, alors que Martin Holdener observe les souris. Première neige en montagne vers le 12 octobre 1 Martin Holdener (55 ans), flaireur de temps dehors de par sa profession de monteur de lignes aériennes. Il fait partie des trompe-la-mort qui grimpent en haut des mâts de courant à haute tension et qui assurent le bon fonctionnement des ORACLES DES SPÉCIALISTES  : TAUX DE FIABILITÉ « a oo o 2011 2012 2013 2014 2015 Deux fois par année, les flaireurs de temps donnent leurs pronostics pour les six prochains mois (été/automne ou hiver/printemps). Ici les résultats des derniers cinq ans. 16 Coopération N°37 du 13 septembre 2016 Source www.wetterpropheten.ch ; infographie Niki von Almen ; photos Heiner H. Schmitt lignes. « Le courant est si puissant qu’il n’y a même pas besoin de toucher les câbles ; il y a danger de mort à cinq mètres de distance déjà », affirme-t-il. Quand il travaille là-haut, le courant est bien sûr coupé. « Sinon, l’association des météorologues devrait trouver un nouveau flaireur ! » Flaireur de temps, on le reste toute sa vie. L’année dernière, KarlReichmuth, flaireur de longue date, est décédé. Roman Ulrich (44 ans), le plus jeune de tous, a pris sa relève. Les experts restent sceptiques Stephan Bader, spécialiste du climat chez MétéoSuisse, ne veut porter aucun jugement sur de telles prévisions  : « Pour savoir s’il y a du vrai dans les observations de la nature, il faudrait comprendre l’ensemble des interactions physiques et comparer statistiquement les prévisions aux conditions météorologiques réellement constatées et mesurées. MétéoSuisse ne procède pas à de tels examens et ne peut par conséquent prendre position quant à la fiabilité de ces observations dans la nature. »
Martin Horat ne craint pas les fourmis. De leur comportement, il tire ses prévisions. Ce qui est sûr, c’est que l’expert ne se fierait pas aux dictons paysans. Nikolai Eggenberger, en revanche, ne les considère pas comme fondamentalement faux. L’enseignant de degré supérieur de Buchs (SG) en a même fait son mémoire de maîtrise. Il a cherché à savoir si ces dictons collent vraiment à la réalité. En résumé  : si l’on superpose différents aspects tels que température, précipitations et durée d’ensoleillement, le taux de réussite est plus grand que le hasard. « Mais il en va aussi de la perception personnelle, souligne-t-il, car des mots tels que beau temps signifient pour chacun quelque chose de différent. » Utilisateurs des bulletins météo Des branches telles que l’économie énergétique préfèrent se fier aux prévisions de MétéoSuisse. « Pour le marché de l’énergie, il devient de plus en plus important de prévoir la production et la consommation énergétique, observe Stephan Bader. Il y a un grand intérêt de ce secteur pour des prévisions à long terme. » Idem pour l’agriculture, « bien 66 Doux et ensoleillé jusqu’à la fin du mois99 Martin Horat (72 ans), flaireur de temps que ce soient moins les producteurs que les organisations étatiques ou de grands groupes agroalimentaires qui utilisent ces informations, par exemple pour la prévision des récoltes sur de grandes surfaces. Nous établissons ainsi des prévisions saisonnières pour le Pérou dans le cadre d’une coopération au développement. Le service météorologique péruvien peut ainsi informer le secteur agricole de risques à venir. » Mais même les météorologues professionnels ne sont pas en mesure de faire des prévisions à long terme fiables à 100%. « Certaines firmes peuvent profi- ter de tels pronostics, bien que sur une longue période temporelle elles ne reçoivent pas de prévisions météorologiques absolues mais seulement des tendances sous forme de probabilités. Dans des domaines tels que la prévision des crues ou les avertissements de canicule, des essais sont en cours pour utiliser de telles prévisions comme système d’alerte rapide pour les autorités. » L’agence Gamned profite d’une manière totalement différente des prévisions météo. L’entreprise adapte sa publicité pour la Compagnie genevoise de navigation au temps. S’il fait beau, davantage de bannières publicitaires sont mises en place pour une croisière sur le Léman. La publicité serait ainsi plus efficace. Il y aurait tant à prédire pour les flaireurs de temps du Muotatal s’ils étendaient leurs activités à toute la Suisse. Par exemple avec des succursales dans tous les cantons. Mais ils se contentent du canton de Schwytz. « Sinon, tous les autres météorologues perdraient leur travail ! », s’exclame Alois Holdener avec un sourire goguenard. Coopération N°37 du 13 septembre 2016 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 1Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 2-3Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 4-5Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 6-7Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 8-9Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 10-11Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 12-13Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 14-15Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 16-17Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 18-19Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 20-21Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 22-23Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 24-25Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 26-27Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 28-29Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 30-31Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 32-33Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 34-35Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 36-37Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 38-39Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 40-41Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 42-43Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 44-45Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 46-47Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 48-49Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 50-51Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 52-53Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 54-55Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 56-57Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 58-59Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 60-61Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 62-63Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 64-65Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 66-67Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 68-69Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 70-71Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 72-73Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 74-75Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 76-77Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 78-79Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 80-81Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 82-83Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 84-85Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 86-87Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 88-89Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 90-91Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 92-93Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 94-95Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 96-97Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 98-99Coopération numéro 37 13 sep 2016 Page 100