Coopération n°37 10 sep 2019
Coopération n°37 10 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de 10 sep 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 120

  • Taille du fichier PDF : 30,9 Mo

  • Dans ce numéro : une saison de délices bio.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
ACTUEL DESPAROLES AUXACTES Le sucre suisse bio en plein essor Viande, lait, fruits et légumes  : presque tous les aliments existent aussi en qualitébio originairedeSuisse,mais jusqu’à récemment, le sucre ne faisait paspartie de cette liste. Du moins, il yadeux ans encorecen’était paslecas. Pour yremédier Coop, Bio Suisse, laFédération des betteraviers et la société Sucre Suisse se sontassociées dans le butdepromouvoir la culture debetteraves sucrières bio dans notrepaysgrâce au versement d’une prime spéciale,par exemple pour les efforts liés au désherbage. L’écho est excellent parmi les producteurs. En 2018, la surface de culture de betteraves sucrières bio atteignait 80 hectares pour une production de 650 tonnes de sucre bio. Cette année, ce sont 116 hectares. Notre objectif  : 200 hectaresd’ici à2023, soit pasmoins de 1600 tonnes de sucre bio. Coop Naturaplan propose en exclusivité des produits àbase de sucre bio indigène  : depuis 2018, c’est le cas du Il en va pour les pommes comme il en va pour de nombreuses espèces, ycompris les humains  : les anciennes variétés indigènes n’ontpas toujours la viefacile face àl’arrivéedenouvelles variétés, parfois plus sucrées ou plus croquantes. Mais les variétéstraditionnelles présententdes qualités propres  : « Elles sont généralement « plus amples en bouche, plus variées etépicées », explique Katja Bahrdt, chargéedeprojetendéveloppement durable chez Coop. Etles « anciennes » pommes donnent également le meilleur d’elles-mêmes lorsqu’elles sucre cristallisé en paquets d’un demikilo et en sachets dans les restaurants Coop,depuis août2019 en paquetsde1kg et en morceaux. Dès 2020, lesucre en poudre, le sirop et le Schorle àbase de sucre bio d’origine suisse serontaussi à l’ordredujour. MZ ACTE N°360 Du sucre bio de Suisse Coop soutient la culture de betteraves sucrières bio en Suisse. D’une partavec des primes d’encouragement,d’autre partenvendant des aliments produits à base de sucre bio ou de qualité Bourgeon Naturaplan exclusivement. Plus d’infos sur cet acte ainsi que sur tous nos autres engagements via ce code QR. www.des-paroles-aux-actes.ch/360 Variétés anciennes remises au goût du jour La Rose de Berne, une ancienne variété de pomme, est en vente chez Coop. sont cuisinées en compote ou encore cuites au four. Pro Specie Rara sedédie àlapromotion de ces espèces. Non par nostalgie, mais dans un but depréservation de la biodiversité. Depuis 2004, Coop soutientlafondation et propose d’anciennes variétés de pommes sur ses étals  : par exemple, selon les régions, laRose de Berne,laReine des Reinettesoul’Orange suisse.Ces variétés sontsouvent légèrementpluschères queles nouvelles  : leur cultures’avère en effet plus complexe et leur rendementest moindre. MZ 66 Coopération N°37 du 10 septembre 2019
Néophytes au ban de nos jardins On appelle « néophytes » les plantesexotiques introduites en Europe après la découverte del’Amérique en1492 et se reproduisant à l’état sauvage. On en compte environ 600 espèces en Suisse. Or nombre d’entre elles sont envahissantes  : elles se répandent audétriment des plantes locales et des espèces animales quiendépendent. Parmiles représentantes les plus connues, on trouve l’ambroisie oulesolidage géant. Ces plantes ne peuvent plus être vendues depuis 2008. Il existe par ailleurs des plantes potentiellement envahissantes. En Suisse, la surface cultivée de betteraves sucrières bio augmente depuis deux ans. En tant que premier fournisseur horticole, Coop brico+loisirs bannit désormais ces « néophytes au potentielinvasif » de son assortiment. Et élargit en parallèle sa gamme de plantes indigènes, au profit de la durabilitédes jardins suisses. Car les plantesindigènes sontengénéral plus attractivespourles animaux locaux  : le cornouiller (exotique) àboisjaune,par exemple, attire deux espèces d’oiseaux, tandis que son homologue indigène, le cornouiller rouge, entretient 8espèces d’abeilles sauvages, 24 espèces d’oiseaux et 8espèces de mammifères. MZ PHOTOS GETTY IMAGES,SHUTTERSTOCK Brosse àdents en bois Coop poursuit ses efforts pour réduire l’utilisation de plastique. C’est ainsi que sa marque Naturaline propose désormais des brosses à dents avec un manche en bois au lieu de plastique. Le bois de hêtreindigène est certifié FSC etprovient d’une forêt gérée de manière responsable.Latête de la brosse est quant àelle en bioplastique  : les poils sont fabriqués dans un matériauspécial àbase de ricin, une matière première renouvelable. Cette brosse à dents, fabriquée en Suisse, estdisponible dans la plupart des magasins Coop au prixde 5fr. 50. NKE Plus d’informations sur  : www.des-paroles-aux-actes.ch Toutes les espèces de cornouillers ne sont pas adaptées àlafaune locale. Coopération N°37 du 10 septembre 2019 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 1Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 2-3Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 4-5Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 6-7Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 8-9Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 10-11Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 12-13Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 14-15Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 16-17Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 18-19Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 20-21Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 22-23Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 24-25Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 26-27Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 28-29Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 30-31Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 32-33Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 34-35Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 36-37Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 38-39Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 40-41Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 42-43Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 44-45Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 46-47Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 48-49Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 50-51Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 52-53Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 54-55Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 56-57Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 58-59Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 60-61Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 62-63Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 64-65Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 66-67Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 68-69Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 70-71Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 72-73Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 74-75Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 76-77Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 78-79Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 80-81Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 82-83Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 84-85Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 86-87Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 88-89Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 90-91Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 92-93Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 94-95Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 96-97Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 98-99Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 100-101Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 102-103Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 104-105Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 106-107Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 108-109Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 110-111Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 112-113Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 114-115Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 116-117Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 118-119Coopération numéro 37 10 sep 2019 Page 120