Coopération n°36 6 sep 2016
Coopération n°36 6 sep 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de 6 sep 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 152

  • Taille du fichier PDF : 40,8 Mo

  • Dans ce numéro : surmonter l'aviophobie avec Sophie Bauer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
●●● tion avec l’aéroport de Genève et Swiss, de leur taux de réussite de 98%. Depuis, j’ai pu voler une trentaine de fois et réaliser plusieurs rêves. Mais je ne suis pas la seule dans ce cas-là. 20% de la population en souffrent selon les organisateurs du stage qui connaît une forte augmentation des demandes depuis ces deux dernières années. Il y a deux semaines, Sophie Bauer, une Lausannoise de 39 ans, a elle aussi pris son courage à deux mains. Elle s’est inscrite à ce stage donné depuis quelques années à l’aéroport de Bâle également. Importée en Suisse des États-Unis dans les années 1980, cette méthode pionnière en Europe s’attaque directement aux symptômes de la phobie. Elle se déroule en trois phases : 1) compréhension des mécanismes de la peur, 2) gestion de son angoisse grâce à divers outils et 3) application in vivo, dans un vol Swiss régulier, des acquis du stage. Une peur irrationnelle Sophie Bauer n’a pas toujours souffert de cette phobie. « Je suis originaire de Californie. Quand j’étais enfant, je prenais souvent l’avion et j’adorais ça ! J’aimerais tellement retrouver le plaisir de voler », confie-t-elle, émue, le premier jour du stage. Biologiste de formation, elle se réoriente actuellement vers la musique en tant qu’auteure, compositrice et interprète. Une nouvelle vie qui implique de nombreux déplacements. Durant les présentations, un climat de confiance s’installe. Les candidats partagent leurs expériences et se découvrent de nombreux points communs. Il y a Arnaud (26 ans), manager dans l’industrie pharma à Saint-Prex (VD) obligé de prendre régulièrement l’avion pour son travail. « Mes employeurs ne sont pas au courant de ma présence ici. Ce n’est pas quelque chose dont je suis fier », avouet-il. Il y a aussi Jade (29 ans), une office L’angoisse commence bien avant le vol. Sophie a passé une très mauvaise nuit mais elle est décidée d’aller jusqu’au bout de son expérience. 14 Coopération N°36 du 6 septembre 2016
ZOOM Les participants et leurs coachs (ici Jade à gauche et sa coach Rachel) prennent un vol régulier de Swiss Zurich-Genève. Ils sont ainsi directement confrontés à leur peur. Photos Rainer Eder, DR manager de Paris qui vit depuis trop longtemps avec sa peur bleue de l’avion. « J’en ai assez d’annuler mes vacances. » Elle espère, à l’issue du stage, prendre un vol pour Copenhague, puis pour le Liban. Laura (23 ans) a elle aussi un voyage de prévu. Des vacances en Chine. Mais la Genevoise, étudiante en business de la mode à Paris, craint les longs-courriers. Et pour finir, il y a Raymond (61 ans), un pré-retraité valaisan qui n’a pas volé depuis douze ans : « J’aime voyager mais je ne peux pas voler. Ce cours est mon dernier espoir. » Un accident sur 18 millions de vols Statistiques à l’appui, les participants (re)découvrent ensuite que l’avion reste le moyen de transport le plus sûr du monde, après l’ascenseur bien sûr. Nous avons en effet « une chance sur 18 millions de mourir dans un accident d’avion, ce qui représente 17 999 999 tickets gagnants pour 1 ticket perdant. C’est le contraire du loto », explique Hélène Vorms (37 ans), ex-aviophobe ayant suivi ce cours, coach de vie et animatrice du stage bâlois depuis peu. Au fil des heures, la phrase suivante s’imprègne dans les esprits : « Ce qui nous fait peur n’est pas forcément dangereux. » Ces bases posées, Jean-Claude Bregnard (52 ans), commandant de bord chez Swiss, entre en piste pour répondre à toutes les questions, même les plus farfelues. C’est la partie du stage la ●●● Olivier Martin, psychologue et psychothérapeute FSP Acte individuel ♦ Olivier Martin spécialisé dans la phobie en avion au Centre médical à Vidy Lausanne et pilote (aviation privée) reçoit 5 à 10% de patients uniquement pour l’aviophobie. Qui est le plus touché par cette phobie ? Hommes ou femmes, jeunes ou personnes âgées ? Toutes les tranches d’âges sont concernées. Et tant les hommes que les femmes sont sujets à souffrir de l’aviophobie même si les femmes sont plus nombreuses à accepter de regarder leur peur en face et à entreprendre une psychothérapie. Pour quelle raison avons-nous peur de prendre l’avion ? Beaucoup de gens ne savent pas à quel point l’avion est le moyen de transport le plus sûr du monde, juste après l’ascenseur. L’exposition médiatique des incidents et accidents qui se produisent dans le monde de l’aviation contribue à maintenir l’association erronée entre l’aviation et quelque chose de dangereux. Les enjeux les plus fréquemment liés à la peur de l’avion se trouvent dans la peur de mourir ou la peur de perdre le contrôle. On retrouve aussi souvent des éléments liés à la claustrophobie ou/et à l’agoraphobie mais aussi parfois à la peur du vide. Cette liste n’est bien entendu pas exhaustive ! Est-ce que tout le monde peut en guérir ? Oui, même si tout le monde n’arrivera pas au même point. Il s’agit d’une démarche personnelle, individuelle, même lorsque les séminaires se déroulent en groupe. Chaque situation est particulière. Et attention : surmonter une peur peut signifier des choses différentes selon les individus. Il me semble primordial de travailler non pas à éliminer la peur mais plutôt à apprendre à la réduire, à la gérer et à vivre avec afin qu’elle ne nous domine pas et qu’elle ne vienne pas entraver notre existence. PROPOS RECUEILLIS PAR JS Coopération N°36 du 6 septembre 2016 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 1Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 2-3Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 4-5Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 6-7Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 8-9Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 10-11Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 12-13Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 14-15Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 16-17Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 18-19Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 20-21Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 22-23Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 24-25Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 26-27Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 28-29Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 30-31Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 32-33Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 34-35Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 36-37Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 38-39Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 40-41Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 42-43Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 44-45Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 46-47Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 48-49Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 50-51Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 52-53Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 54-55Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 56-57Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 58-59Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 60-61Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 62-63Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 64-65Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 66-67Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 68-69Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 70-71Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 72-73Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 74-75Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 76-77Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 78-79Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 80-81Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 82-83Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 84-85Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 86-87Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 88-89Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 90-91Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 92-93Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 94-95Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 96-97Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 98-99Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 100-101Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 102-103Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 104-105Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 106-107Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 108-109Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 110-111Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 112-113Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 114-115Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 116-117Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 118-119Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 120-121Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 122-123Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 124-125Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 126-127Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 128-129Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 130-131Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 132-133Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 134-135Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 136-137Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 138-139Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 140-141Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 142-143Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 144-145Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 146-147Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 148-149Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 150-151Coopération numéro 36 6 sep 2016 Page 152