Coopération n°36 1er sep 2020
Coopération n°36 1er sep 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de 1er sep 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 32,6 Mo

  • Dans ce numéro : les villes au vert.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
PHOTO GETTY IMAGES Achacun sa place Pourquoi l’aînée persisteàmangeravecles doigts, tandis quesapetitesœur utilise les couverts ? Pourquoi la premièreresteàdistance des visiteurs quand la seconde leur tourne aussitôt autour, sans gêne ? Depuis plus d’un siècle,lelienentre rang de naissance et personnalitéfascine les chercheurs. « Jesuis l’aînée type,déclare Anaïs* avec un sourire, toujours sage, appliquée, responsable, un parcours scolaire brillant, etc. » Cette jeune étudiante en médecine àLausanne –qui préfère garder l’anonymat–reconnaît volontiers avoir toujours cherché àrépondre aux attentesdeses parents. Tout le contraire de sa petitesœur, Kim, de quatre ans sa cadette. « Elle est plus rebelle,mais aussi plus sociable ! Moi, j’ai du mal àaller vers lesautresetàmefaire des amis. Kim en TEXTE SUZI VIEIRA atoujours eu beaucoup. » Arriverdansle nid familial en première, deuxième ou dernière position n’est pas anodin. Le petit dernier est un créatif, l’aîné se montreplusresponsable,celui du milieu est un ambitieux… Asamanière, chaque enfant semble développer des caractéristiques spécifiques en fonction de son rang de naissance. Mais d’où viennent ces différences ? Et jusqu’àquelpoint notreplace dans la famille influence-t-elle notrepersonnalité ? Après plus devingt ans passés à observer ses jeunes patients et àrecueillir les témoignages de leurs mères, Ingo F. Schneider, médecin homéopathe à Lausanne,enest convaincu  : « La situation familiale différente quechaquenouveauné trouve àson arrivée s’avère déterminante dansson développement. » Ainsi le premier-né arrive-t-il dans une famille composée exclusivementdeses parents  : il est toujours face aux deux mêmes visages et tente dedevenir comme eux. 72 Coopération N°36 du 1er septembre 2020
« Sa première socialisation sefait dans un monde d’adultes, et cette expérience l’accompagnera toujours », estime l’auteurdel’ouvrage Lesrelations entre frères et sœurs (Editions Favre). D’après le médecin lausannois, « les aînés rêvent d’êtrecomme les adultes et essaienttrès tôt,par exemple, de manger avec les couvertscomme leurs parents, ou de s’habiller seuls. Ils se soucient d’être acceptés, reconnus. » Le deuxième enfant, lui, découvre trois visages, dont celui de son frère oudesasœur aîné(e), avec qui il va jouer, se disputer, etc. Pour lecadet, cetautre enfantest alors beaucoup plus intéressantque les adultes, dontilremet davantage enquestion les règles. Selon Ingo Schneider  : « Le cadet est celui qui fait le plus de colères, qui sesoucie le plus qu’ontienne compte de lui, qu’onle trouve aimable et sympathique. » Quantautroisième enfant, s’il arrive, il trouve face àlui une polaritédéjàverrouillée entre ses deux aînés. Il ne lui Les aînés seraient plus responsables et les cadets plus créatifs. Mais la différence s’estompe àl’âge adulte. FAMILLE ÉDUCATION restedonc, au début, qu’à se tourner vers sa mère. C’est « le chouchoudemaman » et le petit rigolo de la famille. En résumé, comme on peut le lire dans l’ouvrage dumédecin lausannois, « alors quelepremier enfantassimile les lois et les règles, le deuxième ne s’y intéresse pas etles ignore ; et le troisième, lui, les contourneetlouvoie entreelles ». Entre mytheetréalité Ces stéréotypes sonnentparfoiscomme des clichés. Pourtant,commentnierque le rôle endossé parchaqueenfant dès le plus jeune âgel’imprègne durablement ? « Ma sœur aînée et moinenoussommes jamais entendues, témoigne Marion* (39 ans). Je ne sais passielleétait la plus responsable,mais ce quiest certain, c’est qu’elle aaccepté ce rôle. Enfant, elle se prenait pour ma mère, voulait tout déciderpourmoi.Aujourd’hui, nous sommes adultes et je ne crois pas être moins responsable qu’elle.Nos relations restent cependant marquées par cette rivalité première. » « Chaque familleasesproblématiques spécifiques, mais la récurrence de certains traits de caractère chez les aînés, cadets et benjamins est frappante », explique Anne Jeger, psychologue clinicienne àLausanne. « Le premier-né,dont les parentsexigentbeaucoup,atendance àêtre unenfant perfectionniste, qui apeur del’échec et peut parfois être anxieux àl’idée de décevoir. Avec le deuxième, les attentes des parents se relâchentunpeu,etcelui-ci se révèle plus libre, moins contraint par les loyautés familiales, parfoisrebelle. » Et s’il yauntroisième ? « Alors là, les parents, épuisés,lâchentcomplètement, poursuit la psychologueenriant. C’est un enfantbeaucoup moinssanctionné, qui peut mettre plus detemps àdevenir autonome. » Page 75 Coopération N°36 du 1er septembre 2020 73 +



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 1Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 2-3Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 4-5Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 6-7Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 8-9Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 10-11Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 12-13Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 14-15Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 16-17Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 18-19Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 20-21Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 22-23Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 24-25Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 26-27Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 28-29Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 30-31Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 32-33Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 34-35Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 36-37Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 38-39Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 40-41Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 42-43Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 44-45Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 46-47Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 48-49Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 50-51Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 52-53Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 54-55Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 56-57Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 58-59Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 60-61Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 62-63Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 64-65Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 66-67Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 68-69Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 70-71Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 72-73Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 74-75Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 76-77Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 78-79Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 80-81Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 82-83Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 84-85Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 86-87Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 88-89Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 90-91Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 92-93Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 94-95Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 96-97Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 98-99Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 100