Coopération n°36 1er sep 2020
Coopération n°36 1er sep 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de 1er sep 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 32,6 Mo

  • Dans ce numéro : les villes au vert.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
McOptic+ e su c p mco tc.ch/2pourl * Plus Pu d d’informations dans votre succursale et sur mcoptic.ch/2pour1 DOLCE &GABBANA ESPRIT DIESEL EMPORIOWARMANI zwreeoc 2 pour le prix d’1 * également sur les lunettes àverres progressifs Une paire de lunettes achetée, UNE PAIRE DE LUNETTES OFFERTE. mcoptic.ch/2pour1... et d’autres grandes marques.
pective. Ou àessayer de combattre une énergiepolitiquenégative dans mon pays avec la musique. C’est dans ma nature, l’éternel optimisme de ma mère est en moi. + INTERVIEW GREGORY PORTER « Dad Gone Thing » parle de votre père. Comment avez-vous vécu le fait de grandir sans lui ? Avec difficulté. J’étais très conscient de son absence et je me sentais sans défense.Mais le peudefoisque je l’ai vu, je me suis dit  : « Oh, quelle personne intéressante et charismatique. » Ilétait très dévoué àson église et cela semblait contradictoire avec la manière dont il traitait ses enfants. Cette chanson, c’est presque comme si le fils venait réparer certains tortscommispar le père. C’est-à-dire ? Dans la chanson je dis qu’il était un gars extraordinaire, ce que j’aiappris àson enterrement. C’était un gars extraordinairemais il ne m’arienappris si ce n’est àchanter. Si vous m’interviewezaujourd’hui, c’est àcause de quelque chose qu’il m’adonné.Ilétait un grand chanteur. Je ne l’ai jamais entenduchantermais àses funérailles les gens m’ontrépété  : « Quand tonpèrechantait, il était un formidable messager des chansons. » J’ai donc le sentiment qu’il m’a légué quelque chose mais de son vivant,ilnem’a rien donné. Je joueici avec l’idée d’êtreàlafoisreconnaissantettriste. Vous dites merci aux gens dans votre vie et àDieu dans « Thank You ». Exprimer votre gratitude, c’est important pour vous ? Enormément. Je ne serais pasarrivéici sans les fans, mon frère, ma mère. J’étais quelqu’un de timide dans mon enfance. Mon frère mepoussait toujours vers le devant de la scène et ma mèrem’encourageait toutletemps. Ils ontcru en moi avant quejenecroie en moi-même.Età propos de Dieu et de mes racines, les toutes dernières paroles de la chanson évoquent l’un des premiers endroits où j’ai chanté. C’était lors d’une messe en plein air àBakersfield, en Californie (ndlr:lavilleoùilagrandi). « Je ne serais pas arrivé ici sans les fans, mon frère, ma mère. Ils ont cru en moi avant que je ne croie en moi-même », confie GregoryPorter. « On peut être aidé par toutesces chosesplus grandesque nous » Al’école, voscamarades venaient vous raconter leurs problèmes et demander conseil. Etes-vousné aveccette capacité d’écoute ? Je croisque c’est probablementquelque chose d’inné quej’aiensuitedéveloppé. Je prends la peine de m’arrêteretd’écouter les gens, d’ouvrir mon cœur. C’est quelque choseque ma mèrearemarqué et cultivé très tôt en moi. Elle me demandait conseil sur beaucoup de choses, à 8ans déjà, et adorait la pureté de mes réponses. Je me souviens d’une fille à l’école primaire qui était handicapée et me racontait ses problèmes. Jen’avais que9ou10ans mais je l’aidais comme je pouvais. Les gens ont continué àvenir vers moi jusqu’à l’université etmême maintenantc’est la même chose. Vous avez travaillé comme chef cuisinier en débarquant àNew York, il yaunequinzaine d’années. Etesvous toujours un fin gourmet ? Oui. Je vais probablement commencer un blog sur lanourriture oufaire des vidéos surlesujet depuis chezmoi (ndlr  : il s’y est mis sur Twitter etFacebook depuis notreinterview).J’adorecuisiner et je prépare des plats pour mafamille presque tousles jours. Inviter des amis àdîner àlamaison me manque vraiment depuis leconfinement. Je me réjouis de me socialiser ànouveau àtravers la musique, en donnantdes concerts, mais aussi àtravers la nourriture. Votre paternité tout comme votre carrière sont arrivées sur le tard... Yvoyez-vous des avantages ? J’aimerais parfois être unpapa plus jeune pour arriver àsuivre mon fils de 7ans, mais je me débrouille pasmal ! Je sais ce que j’aienvie de dire etconnais la direction musicale que jesouhaite prendre. Ce n’était pasforcémentlecas dans ma jeunesse. Mavoix était belle à 18 ans mais je ne savais pas comment l’utiliser.Jesuis heureuxdenepas avoir connuunproducteurqui m’aurait remis des tas de chansons et juste dit de les chanter. Et content quemacarrièren’ait pasdémarrétroptôt pour cette raison. « Revival » parle des situations dans la vie qui peuvent nous faire nous sentir petits et de retrouver son estime. Comment yparvient-on ? En se reconnectantavecses origines, sa culture ou avec quelque chose deplus grand, comme Dieu ou même la famille. Les gens font ça d’un tasdefaçons différentes. Il yaceux quisebaladent en voiture en agitantungrand drapeaudeleur pays... Je préconise de regarder en soi pour trouvercette forceintérieure, mais on peut être aidé par toutes ces choses quisontplusgrandes quenous. C’est un desmoyens quej’aiemployé dans ma vie pour surmonter les difficultés, mes insécurités, le racisme ou la pauvreté. ○ 0 www.cooperation.ch/interview Coopération N°36 du 1er septembre 2020 29 PHOTO GETTY IMAGES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 1Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 2-3Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 4-5Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 6-7Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 8-9Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 10-11Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 12-13Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 14-15Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 16-17Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 18-19Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 20-21Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 22-23Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 24-25Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 26-27Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 28-29Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 30-31Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 32-33Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 34-35Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 36-37Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 38-39Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 40-41Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 42-43Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 44-45Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 46-47Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 48-49Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 50-51Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 52-53Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 54-55Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 56-57Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 58-59Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 60-61Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 62-63Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 64-65Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 66-67Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 68-69Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 70-71Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 72-73Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 74-75Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 76-77Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 78-79Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 80-81Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 82-83Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 84-85Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 86-87Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 88-89Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 90-91Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 92-93Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 94-95Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 96-97Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 98-99Coopération numéro 36 1er sep 2020 Page 100