Coopération n°34 18 aoû 2020
Coopération n°34 18 aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de 18 aoû 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 21 Mo

  • Dans ce numéro : balade, livre et bricolage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
PORTRAIT JULIEN PERROT Faune et flore pour passions Depuis son enfance,Julien Perrot,rédacteur en chef de « La Salamandre », se consacre à la nature, la première merveille du monde pour lui. Une beauté qui est en danger. TEXTE MYRIAM GENIER PHOTO VALENTIN FLAURAUD Le journaliste monte avec aisance sur un talusdelaforêt de Neuchâtel, où il nous a donné rendez-vous, sans glisser une seule fois. Puis, pour répondre ànos questions, il s’assied sur un bout de terre quin’a riend’un siègeconfortable,mais en semble ravi. Dans ce décor, Julien Perrot (47 ans) est comme un poisson dansl’eau  : « Je me sens bien ! D’ailleurs, il aété prouvé scientifiquementque les substances sécrétées dans l’atmosphère par les arbres sont bénéfiques à notre métabolisme,ànotresystème immunitaire, et nous calment. » Actif et obstiné La nature l’apaise et le fascine.Ainsi, le biologiste de formation peut se lancer dans un récit passionnant au sujet d’un simple lopin de terre  : « Sous nos semelles, des millions de petits organismes fabriquent du terreau pour que les arbres puissent pousser. Voyez ce beau hêtre, là devant. Pourquoiest-il àcet endroit, et pourquoi en haut sur ces rochers, à quelques mètres, y a-t-il des petits chênes rabougris ? Parce que ce n’est pas le même sol. Du coup, les insectes qui se trouvent sur ces deux arbres sontdifférents, et les oiseaux qui viennent les manger aussi. » S’il a beaucoup voyagé entre 25 et 30 ans, le journaliste àl’allure dejeune homme s’intéresse surtoutà la nature de notrepays  : « Elle est très riche,pourtant beaucoup de Suisses la connaissent mal. C’est d’autant plus étrange que nous vantons àl’étranger nos paysages de cartes postales. C’est pour cela que jeferai découvrir les animaux des cantons romands dans mon émission télé « Nos amis sauvages », à la rentrée sur RTS Un. J’aime observer les espèces communes. Regarder un castor ou un escargot, essayer decomprendre comment ils vivent, c’est passionnant. » La nature, le Neuchâtelois ne s’en lasse pas après toutes ces années  : « C’est toujours un émerveillement ! » Julien Perrot passedoncbeaucoup de temps dehors, pour le plaisir et le travail, dormant parfois à la belle étoile, mais il est bien présent pour ses trois enfants, âgés de 6, 11 et 14 ans, et il a « la chance » que sacompagne partage sapassion. Autre chance, il a fait de son rêve de gosse son métier. Celui qui agrandi à la campagne, sur la côte vaudoise, a créé à11ans « La Salamandre », revue dédiée à la nature. A 25 ans, il est devenu le plus jeune rédacteur en chef professionnel de Suisse romande. « LaSalamandre » compte aujourd’hui une vingtaine d’employés, édite trois magazines et des livres, produit des documentaires et organise un festival. Le caractère « actif et obstiné » de Julien Perrot est pour beaucoup dans ce succès, de même que sa passion. Mais l’amoureux de la nature n’est pas (plus) monomaniaque  : « Jel’étais enfant ! Maintenant je lis beaucoup d’ouvrages sur l’Histoire, c’est très intéressant de savoir d’où l’on vient, comment vivaient nos ancêtres, cela permet de mieux com- 82 Coopération N°34 du 18 août 2020
L'ILLUSTRÉ prendreleprésentetdemieux imaginer le futur. J’aime aussi aller au cinéma, manger de bons plats, écouter de la musique. L’être humain crée des choses magnifiques. » Biodiversité malmenée Mais l’homme détruit aussi la planète. En Suisse, labiodiversité est dans un plus mauvais étatque dans les pays environnants, en raison notamment dela petite taille du territoire et de son fort peuplement, expliqueJulienPerrot.Des manzwilminimmilin souvenirs suffisent à nous en convaincre  : « Gamin, quand je faisais un pas dans une prairie, il y avait dix criquets et trois sauterelles. Maintenant ilfaut monter à1500 mètres pour voir ça. Et beaucoup d’oiseaux ont disparu depuis mon enfance. » Julien Perrot prend donc soin de l’environnement jusque dans sa vie quotidienne:il mange peu de viande,pense ne plus jamais voyageren avion, n’apas de voiture, consomme souvent bio et local, a installé des panneaux solaires sur sa MINI-QUESTIONNAIRE Un beau souvenir ? Cet été dans les Grisons, avec ma femme et ma fille cadette, dans l’eau glacée d’un petit lac. Votre plat préféré ? En ce moment, les courgettes farcies de notre potager. Un bruit que vous aimez ? Le chant de la grive musicienne àl’aubedanslaforêt. Votre plus vilain défaut ? Un peu d’impatience La chosequi vous irrite le plus ? Voir la destruction de tout ce que j’aime. Votre mot préféré ? Vie Dans la nature, Julien Perrot est comme un poisson dans l’eau. maison et récupère l’eau de pluie. Mais chacun doit agir, et vite, c’est tout le sens du travail du journaliste  : « Pour préserver notre avenir à tous et sauver l’humanité, il faut absolument protéger la nature et changer notre mode de vie. Je me lève tous les jours pour reconnecter les gens à la nature, leur faire prendre conscience qu’elle ne va pasbien, qu’on ne peut pasvivre sans elle. » ○ « Nos amis sauvages », avec Julien Perrot, lessamedis,du29août au 3octobre,à18 h40, sur RTSUn. Coopération N°34 du 18 août 2020 83



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 1Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 2-3Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 4-5Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 6-7Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 8-9Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 10-11Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 12-13Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 14-15Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 16-17Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 18-19Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 20-21Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 22-23Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 24-25Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 26-27Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 28-29Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 30-31Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 32-33Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 34-35Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 36-37Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 38-39Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 40-41Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 42-43Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 44-45Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 46-47Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 48-49Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 50-51Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 52-53Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 54-55Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 56-57Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 58-59Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 60-61Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 62-63Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 64-65Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 66-67Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 68-69Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 70-71Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 72-73Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 74-75Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 76-77Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 78-79Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 80-81Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 82-83Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 84-85Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 86-87Coopération numéro 34 18 aoû 2020 Page 88