Coopération n°27 30 jun 2020
Coopération n°27 30 jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de 30 jun 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 112

  • Taille du fichier PDF : 26,2 Mo

  • Dans ce numéro : la lutte des glaces.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
santé », souligne l’experte. Une seule année plus fraîche avec d’importantes chutes de neigenesuffit paspourqu’un glacier se développe. « L’hivernecompte quepourlamoitiédubilan annuel, l’été ayant en fait un poids plus important dans la balance. » Un été caniculairepeut réduire ànéant lebénéfice d’un hiver rigoureux. Même si le bilan de masse pour une année est positif, les années suivantes seront aussi déterminantes. « La variation de la longueurdes glaciers constitue donc un bon indicateurclimatique, commente la glaciologue. Celle-ci ne dépend pasdes aléas météorologiques d’une seule année, mais résulte d’une moyenne sur plusieurs années. » Pour que les glaciers se développent ànouveau,leurbilan de masse doit êtrepositif pendant plusieurs années. Pour ce faire, il faudrait que leclimat serefroidissedefaçon significative. On constate malheureusementl’inverse. En tant que scientifique, Christine Levy observe etdocumente l’état des glaciers. Elle assiste enmême temps à la lente dissolutiondeses « protégés » au fil des années. « L’observationdeces évolutions est àlafois déchirante et fascinante. » L’experteessaiedeprédire où se formeraleprochain lacouàquelendroit la prochaine langue deglacier se détachera. Elle concède cependantque « l’attractivitédupaysagediminue àmesure de la fonte ». De l’eau bénite sur la glace Il futcependantune époque où les gens voulaient empêcher les glaciers d’avancer parcequ’ils menaçaientleurs fertiles prairies alpines. Des processions eurent ainsi lieu surlegrand glacier d’Aletsch au XVII e siècle,une autrepériode froide. Et de l’eau bénite était par exemple aspergéesur la glace pour la contenir.Aufildu temps, la peur se transforma en fascination:enpeinture, lesformes impressionnantes devinrent des sujets populaires et avec l’avènement dutourisme alpin au XIX e siècle, les glaciers attirèrent les alpinistes. De nos jours, montagnes aux neiges éternelles et glaciers sont partie intégrante de l’identitésuisse, même si 1400 glaciers couvrent environ 2% de la superficie du pays,contreledouble vers 1850. La température moyenne était alors d’environ 1,5 à1,8 °C inférieure àcelle d’aujourd’hui. « Les glaciers sont très sensibles aux fluctuations de température », expliqueChristine Levy.Actuellement,toutindiquequ’àl’avenir,les températures continueront d’augmenter. Avec les conséquences quel’onpeutimaginer pour leur développement. Vont-ils donc un jour complètement disparaître ? « Pour le moment, il semble que les Alpes seront unjour libres de glace, estime Christine Levy. Mais cela 20 Coopération N°27 du 30 juin 2020
ne se produira probablement pas ce siècle. En2100, ilyaura toujours des glaciers, pasdelongs glaciers de vallée, mais plutôt des glaciers suspendus très haut dans les parois rocheuses. » Des Alpes libres de glace ne constitueraient pasune premièredansl’histoire : lorsqu’Hannibal les traversa avec ses éléphants en 218 av.J.-C., il ne vit guère de glaciers. « Il est presque certain qu’ils étaient plus petits qu’aujourd’hui. Les températures étaientdoncdepuis longtemps comparables àcelles de maintenant, voire unpeu plus chaudes », nous expliquelaglaciologue. On connaît peu de choses surl’expansionminimale des glaciers, car ces paysages sont encore sous les glaces. « On en sait moins sur cette époque quesur leur étatvers1850 », conclut Christine Levy. Les glaciers gardentleurpartdemystère. ○ Voir aussi le sondage « Nos beaux glaciers », page11 PHOTO GETTY IMAGES La mer de glace du glacier d’Aletsch (VS), lui aussi menacé de disparaître. Préserver lesglaciers ZOOM GLACIERS Il existe des méthodes pour empêcher les glaciersdedisparaître. Les mesures àprendre sont différentes selon leurs types. Recouvrir Divers domaines skiables recouvrent le glacier au printemps avec un matériau non tissé (bâches), comme au Diavolezza en Haute-Engadine. Cette bâche est posée sur le glacieràl’aidede dameuses, ce qui ne nécessite donc ni eau, ni électricité, ni aucune autre ressource. Il est retiré en automne. « C’est un procédé relativement efficace. Cependant, il présente l’inconvénient de n’être applicableque sur des surfaces restreintes et dans des zones ne comportant pas de crevasses », explique Christine Levy, glaciologue au centre de glaciologie de la Haute école spécialisée des Grisons. Il n’est donc pas possible de protéger ainsi les grands glaciers comme celui de Morteratsch (GR). Cette méthode ne fonctionne pas non plus pour les glaciers présentant de nombreuses chutes de pierres : on ne pourrait plus enlever la protection en automne. Enneiger Une autre possibilité consiste ànepas laissers’écouler l’eau de fonte, mais àlarameneraucontrairedanslecycle glaciaire. Un recyclage de l’eau de fonte en quelque sorte.Onenneige le glacier par le haut en utilisant la pression de l’eau prélevée au-dessus du glacier.Pour que cela fonctionne, il faut cependant disposer d’une source d’eau suffisamment importante, comme un lac. « De nouveaux lacs vont se former,qui pourraient être utilisés », déclare Christine Levy, qui collabore actuellement àune étude sur ce sujet. C’est également une option pour le glacier de Morteratsch. Un lac sur le glacier de Pers pourrait être utilisé, même si celui-ci n’existe pas encore. « Certaines questions restent donc en suspens. » Ces efforts en valent-ils la peine ? « C’est une bonne question », admet l’experte en glaciers. En Suisse, nous n’avons pas de climat sec, mais des précipitations qui nous approvisionnent en eau. » Parcontre, dans d’autres régions comme l’Himalaya, des villages ont d’ores et déjà dû être abandonnés,car ils ne pouvaient se maintenir sans des quantités d’eau suffisantes provenant de glaciers. Et la capitale bolivienne, La Paz, dépend par exemple exclusivement de l’eau des glaciers pendant la saison sèche. « Dans ces cas-là, il est tout simplement impossible d’abandonner. Il faut trouver d’autres solutions », explique Christine Levy. Coopération N°27 du 30 juin 2020 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 1Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 2-3Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 4-5Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 6-7Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 8-9Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 10-11Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 12-13Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 14-15Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 16-17Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 18-19Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 20-21Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 22-23Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 24-25Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 26-27Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 28-29Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 30-31Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 32-33Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 34-35Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 36-37Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 38-39Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 40-41Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 42-43Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 44-45Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 46-47Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 48-49Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 50-51Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 52-53Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 54-55Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 56-57Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 58-59Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 60-61Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 62-63Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 64-65Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 66-67Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 68-69Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 70-71Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 72-73Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 74-75Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 76-77Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 78-79Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 80-81Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 82-83Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 84-85Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 86-87Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 88-89Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 90-91Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 92-93Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 94-95Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 96-97Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 98-99Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 100-101Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 102-103Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 104-105Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 106-107Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 108-109Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 110-111Coopération numéro 27 30 jun 2020 Page 112