Coopération n°25 16 jun 2020
Coopération n°25 16 jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de 16 jun 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 25,6 Mo

  • Dans ce numéro : au pays de la carotte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
ZOOM LA CAROTTESUPERSTAR croître sans entraves. » Par lasuite, quand la croissance sera plus avancée, les mauvaises herbes seront éliminées au moyen d’un engin sedéplaçant dans les sillons entreles planches de culture. « Même si la machine peut s’approcher près desjeunes plantessansles endommager,celles-ci auront encorebesoin de notre intervention manuelle », indique Barbara Lüscher.Ils’agit d’un travail long et fastidieux. « Sur une surface cultivée d’un hectare, je passe environ 220 heures àdésherber. » L’agricultrice, maman de cinq enfants, n’yparvientpas seule.Elle est épaulée par laseule employée de l’exploitation, que les Lüscher se « partagent » avecune autreferme. Parfois, les enfants viennent aussi donner un coup de main. « Nousorganisons ici des activités en famille. Nous ramassons les pierres dans le champ ou nous enlevons les mauvaises herbes, commente notre interlocutrice. Quand toutlemonde s’y met, cela va plus vite. Et en plus, cela resserreles liens ! » Dans de grands entrepôts L’agricultrice −qui arepris en 1999 la fermedeses parentspourl’exploiteravec son mari −nous explique comment se déroule la récolte des carottes : « Par un matin où le temps est frais et sec, les carottessontextraites de la terreetempilées sans les nettoyeretavecleurs fanes dans des caisses de bois d’une contenancede500 kg. » Lerendementmoyen d’un hectare correspond à70caisses de ce type. « Les carottes sont stockées dans de grands entrepôts réfrigérés afin que le pays puisse être approvisionné tout au long de l’année », confieBarbara Lüscher. Elle entrepose pour sa part les carottes destinées àlaconsommation familiale dans la cave en pierres naturelles,située sous l’imposantcorps de ferme quitrône depuis maintenant plus de170 ans au milieu des champs. « Les carottes sont rangées dansdes caisses au frais et dans l’obscurité. Nousneles débarrassons pas de leur terre, car cela réduirait leur durée de conservation. » Page 18 Barbara Lüscher prépare avec joie le gâteau aux carottes argovien, qu’elle partage ensuite avec sa famille. La recette du gâteau aux carottessur notre site : www.cooperation.ch/carottes 16 Coopération N°25 du 16 juin 2020
La carotte blanche, un patrimoine culinaire AKüttigen, près d’Aarau, existe une variété ancienne et robuste decarotte, qui n’est pas orange comme celle que nous connaissons, mais blanche : lacarotte de Küttigen. Le méritedelaredécouverte de ce légume presque oublié revientaux femmes du village argovien. « Pendant des décennies, nos carottes blanches servaientdefourragepourles animaux », indique Maja Burgherr. Cette anesthésistedeformation (45ans) estdepuisun an « responsable » des carottes blanches de Küttigen. « Les chevaux qui tiraient autrefois les carrioles raffolaient deces légumes, livrés jusqu’àZurich. » Mais bien quecette variété possède une saveur très particulière, terreuse et délicatementaromatique, elle alongtemps été dénigrée et qualifiée de « carotte du pauvre ». « Ma grand-mèreracontait qu’autrefois, au village, on ne pouvait enmanger sans ressentir un peudehonte. » Légume ànul autre pareil La situation change àlafindes années 1970 quand les femmes de la commune de Küttigen prennent conscience de détenir là un légume ànul autrepareil. « Elles ontréussiàconserver et àpérenniser la variété jusqu’à nos jours », s’enthousiasme notre interlocutrice. Particularité qui atraversé les âges ? « Nous produisons nous-mêmes nos semences. » Pour ce faire, les femmes sélectionnent les carottes del’année dotées des meilleures qualités gustatives et esthétiques. Ellescoupentles fanes àquelquescentimètres, puis stockent les légumes dans un trou pratiqué dans le sol. « Nous les déposons sur unlit de feuilles de noyer. Cette pratique permetd’éloigner les souris. » Au printemps suivant, en avril plus précisément, Maja Burgherr replante les carottesaujardin. Les fanes germent Maja Burgherr (à droite) est « responsable » des carottes blanches de Küttigen depuis un an. à nouveau et des fleurs, en forme d’ombelles, apparaissent. « Quand elles se fanent etbrunissent, nous les coupons et les suspendons la tête en bas pour achever deles sécher. Nous les tapotons ensuite délicatement pour en faire tomber les graines que nous semons ànouveau », détaille-t-elle. La renommée des carottes deKüttigendépasse le périmètreduvillage. Elles figurentaucataloguedePro SpecieRara, fondation qui s’engage pour laconservation et la promotion de la diversité génétiquedelafaune et de la flore. « Par ailleurs, nos semences sontentreposées dans la Réserve mondiale de semences surl’île du Spitzberg. » En 2019,les femmes de Küttigen, dont aucune n’est agricultrice de métier, ont récolté plus d’une tonne de carottes. « Nous les commercialisons avant tout sur lemarché aux carottes, qui setient chaqueannée en novembredanslavieille ville d’Aarau », indiqueMaja Burgherr. ○ Coopération N°25 du 16 juin 2020 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 1Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 2-3Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 4-5Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 6-7Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 8-9Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 10-11Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 12-13Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 14-15Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 16-17Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 18-19Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 20-21Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 22-23Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 24-25Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 26-27Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 28-29Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 30-31Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 32-33Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 34-35Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 36-37Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 38-39Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 40-41Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 42-43Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 44-45Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 46-47Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 48-49Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 50-51Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 52-53Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 54-55Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 56-57Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 58-59Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 60-61Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 62-63Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 64-65Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 66-67Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 68-69Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 70-71Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 72-73Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 74-75Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 76-77Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 78-79Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 80-81Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 82-83Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 84-85Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 86-87Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 88-89Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 90-91Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 92-93Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 94-95Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 96-97Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 98-99Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 100-101Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 102-103Coopération numéro 25 16 jun 2020 Page 104