Coopération n°24 9 jun 2020
Coopération n°24 9 jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de 9 jun 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 21,6 Mo

  • Dans ce numéro : nos mains, comment elles fonctionnent et nous protègent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
Jean-François Dizerens, Maxime Dizerens et Michel Dizerens au Domaine de la Crausaz, àGrandvaux, en plein cœur de Lavaux. « L’œnotourisme est une chance » Mis en bouteilles surledomaine depuis quarante ans, les vins J&MDizerens séduisentavecbrioune clientèle en pleine évolution. Rencontre. TEXTE SOPHIE DÜRRENMATT PHOTO NICOLASDENEVE Impressum  : Coop, région Suisse romande, CP 518,ch. du Chêne 5, 1020 Renens 1 ; 021 6334111 ; info-sr@coop.ch ; Rédaction  : CécileCauderay (resp.) 54 Coopération N°24 du 9juin 2020 11/12/13/14/15
11/12/13/14/15 C’est sur les terres enchantées de Lavaux, au Domaine de la Crausaz, qu’il faut se rendre pour rencontrer la famille Dizerens. Voilà quarante ans que ces viticulteurs de père enfils mettent en bouteilles leur production. « Avant cela, nous étions uniquement vignerons et nous vendions notre raisin comme ça se faisait àl’époque », souligne Maxime Dizerens (31 ans). Aujourd’hui, la maison J&M Dizerens est un acteur de choix dans le paysage viticole vaudois depar ses 25hectares de vignes soignées avec une précision horlogère. Or,àl’instar de nombreux autres domaines, laquestion du réchauffement climatique se pose ici, tout comme l’évolution de la clientèle suisse et, avec elle, ses attentes en matière devin. « Ce sont les deux éléments clés de l’avenir de notremétier. » Une terre de blancs Avec sa vocation àproduireenmajorité des cépages blancs, Lavaux n’en est pas moins un terroir dechoix aussi pour les rouges, comme l’explique Maxime Dizerens  : « Le blanc reste évidemment la carte d’identité deLavaux avec un ratio d’environ 85% contre 15% pour le rougeetlerosé. Toutefois, il ne faut pas sous-estimer le changementdes habitudes de consommation. Le chasselas est prisé d’une clientèle fidèle, plutôt âgée, qui est remplacée petit àpetit par des consommateurs plus jeunes et aux attentes plus volatiles. D’autant qu’à contraintes deproduction égales avec le vin rouge, il est plus difficile pour le vin blanc de se démarquer avec une gamme de prix en rayon pouvant osciller entre4et40francs. » Vins suisses sous-consommés Autre sujet de taille sous nos latitudes  : le réchauffement climatique. « Nous sommes en pleine réflexion sur les cépages àprivilégier pour les années à venir. Onpense au malbec ou encore au cabernetsauvignon. C’est en discussion », révèle Maxime Dizerens. D’autant que notre pays produit de grands vins, toutcomme les régions de Bordeauxou de Bourgogne. « Ce qui nous manque, c’est cette fierténationale parrapportà la production indigène que vivent les Français. En Suisse, on ne surproduit pas. On sous-consomme nos propres produits, ce n’est paslamême chose. » Passer de 37%à45% Selon le rapport « année viticole 2019 » de l’Office fédéral de l’agriculture(OFAG) et de l’Observatoire suisse du marché des vins (OSMV) paru le 20 avril dernier, ACTUEL RÉGION les vins suisses représentent 37% des parts demarché du pays. « En France, c’est plus de 60%. Ce serait déjà un grand pas pour toute la branche si nous pouvions parvenir à42-45%. Ces quelques pourcents changeraienttout. » Notreinterlocuteur connaît son sujet  : économiste de formation, ilatravaillé et voyagé plusieurs années àl’étranger pour le compte de multinationales avant de rentrer enSuisse. « Les consommateurs doivent aussi sevoir comme des partenaires de l’agriculture deleur proprepays. C’est àcette condition que tout lemonde pourra vivre normalementdeson activité. » Un défi quotidien Bouchonnier, transporteur, fabricant de barriques ou encore imprimerie, c’est toute une série d’acteurs locaux avec lesquels la maison J&M Dizerens travaille àl’année. « Cette solidarité paraît évidente, mais il faut pourtant la rappeler pour qu’un maximum de monde jouelejeu. » Mais alors quel est le principal défi aujourd’hui ? « Maintenir le capital-plantes, mais aussi l’entretien du sol et de tous les murs en terrasses. Uneforte pluiepeutrapidementcoûter cher. Ettout ici est réalisé àlamain. Ces parcelles sontsplendides, maiselles compliquent aussi le travail au quotidien. » Pourtant,Maxime Dizerensl’avoue  : il œuvrechaquejouraucœurduplusbeau bureau quilui ait été donnédevoir. « Jene changerais pour rien au monde. Nous avons une région classée exceptionnelle. Il ne faut pas hésiter àlefaire savoir et ouvrir nos portes àune clientèle plus cosmopolite. L’œnotourisme est une chance. » Quant àamener desvinssuisses surles tables étrangères, là aussi le trentenaire est convaincu du potentiel  : « L’exportation est une voie àne pas négliger.Toutévolue et très rapidement. Nos vins suisses méritent aussi d’être reconnus comme de grands crus. » ○ Coopération N°24 du 9juin 2020 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 1Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 2-3Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 4-5Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 6-7Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 8-9Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 10-11Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 12-13Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 14-15Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 16-17Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 18-19Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 20-21Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 22-23Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 24-25Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 26-27Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 28-29Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 30-31Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 32-33Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 34-35Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 36-37Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 38-39Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 40-41Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 42-43Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 44-45Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 46-47Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 48-49Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 50-51Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 52-53Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 54-55Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 56-57Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 58-59Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 60-61Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 62-63Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 64-65Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 66-67Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 68-69Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 70-71Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 72-73Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 74-75Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 76-77Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 78-79Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 80-81Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 82-83Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 84-85Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 86-87Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 88-89Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 90-91Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 92-93Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 94-95Coopération numéro 24 9 jun 2020 Page 96