Coopération n°2 6 jan 2020
Coopération n°2 6 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de 6 jan 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 18,1 Mo

  • Dans ce numéro : tendance, la touche végane.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
INTERVIEW RENAUD CAPUÇON « La musique, c’est progresser » Aquoiressemble le quotidiend’unvirtuose ? Avant plusieurs représentations en Suisse romande,maisaussi aux20 es Sommets Musicaux de Gstaadqui auront lieu du 31 janvier au 8février,leviolonisteRenaud Capuçon nous raconte sa viehors norme. Depuis déjà biendes années, le Français de 43 ans est l’un des meilleurs violonistes du monde.Ilfaitsouvent profiter la Suisse de son talent, lors de concerts, mais aussi à travers ses fonctions de directeur artistique des Sommets Musicaux de Gstaad etdelaMenuhin AcademyàRolle.Sans compterqu’il est professeur àlaHaute Ecole de Musique de Lausanne (HEMU), où il acrééunensemble àcordes, Lausanne Soloists. En l’attendant près desaloge lors d’une répétition, on entend les sons superbes qu’il tiredeson Guarnerius de 1737 ayant appartenu augrand Isaac Stern. Résultats du travail acharné de toute une vie et d’une passionextraordinaire. Qu’éprouvez-vous en jouant ? Dans les moments de musique très intenses, j’ail’impression que jem’envole,que je suis dans un magma de sons et d’émotions, un peu comme un bébé dans le ventre de sa mère. INTERVIEW MYRIAM GENIER PHOTOS DARRIN VANSELOW « Je suis trèsidéaliste, assez nostalgique, et j’espère sympathique » Depuis 2016, vous êtes directeur artistique des Sommets Musicaux de Gstaad,qui fêtent cette année leurs vingt ans. Qu’est-ce qui vous aséduit dans ce poste ? Aprèsladisparition de Thierry Scherz, qui avait créé ce festival, ses collaborateurs m’ont demandé de les aider, puis d’être directeur artistique. J’ai accepté tout de suiteparce quej’adorel’équipe et l’endroit. De plus, les montagnes me rappellent maville natale de Chambéry et j’ai découvert la musiqueauFestivaldes Arcs, en altitude, en France.Ceposteme donne l’impression de revivre une partie de mon enfance. AGstaad, vous donnerez deux concerts gratuits : l’un consacré à Bach, l’autre pour les enfants, où votre épouse, la journaliste Laurence Ferrari, récitera des contes. On l’avait déjà fait ailleurs, c’est formidable, car c’est le seul moment oùl’on partage lascène, etelle le fait merveilleusement bien. Le concert Bach est un cadeau au public pour les vingt ans du festival. Vous enseignez àLausanne depuis 2014. Transmettre votre talent, c’est important ? C’est essentiel et naturel. J’ai travaillé avec des professeurs et des chefs d’orchestre géniaux, je fais profiter les jeunes de ce quej’aiappris. J’ai toujours aimé fairedes masterclass,mais l’enseignement est venu en 2014. Il me fallait une certaine maturité. J’imagine que vous avezeud’autres propositions. Pourquoi Lausanne ? A15ans, après avoir vu cette école en photo, jem’étais dit : « Si un jour j’enseigne,ceseralà. » Peut-êtreenraison de la proximité avec Chambéry. LaHEMU m’a approché en 2012, j’ai passé le concours et j’ai été reçu. C’était très agréable d’êtredésiré. Pourquoi vous êtes-vous levéce matin ? Je me suis levé à4h30parce quejevoulais donner des cours avant de répéterle concert dedemain. Ma journée va se terminer avec les répétitions, à21h. Parfois, des amis me demandent pourquoi je m’impose des choses comme ça. Je ne m’impose rien. Je suis totalement motivé parcette passion quimenourrit, et une salle va recevoir notre musique, cela vaut la peine d’êtrevécu. En voyant votre tournée, vosnombreux projets, on se dit que vous n’arrêtez jamais ! Je suis motivé parlamusique, elle est au centre detout ceque je fais, elle me porte.Ilfauttrouverdes momentspour se reposer,mais je récupèrevite. Par rapportàla vie de famille, c’est parfois compliqué ? C’est une question d’organisation. Mon fils m’atoujours vu partir et revenir.Là, je suis loin quatre jours, Page 27 24 Coopération N°2du7janvier 2020
Le violoniste Renaud Capuçon (ici àl’Auditorium Stravinski de Montreux) donne quelque 140 concerts par an dans le monde entier. Coopération N°2du7janvier 2020 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 1Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 2-3Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 4-5Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 6-7Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 8-9Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 10-11Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 12-13Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 14-15Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 16-17Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 18-19Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 20-21Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 22-23Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 24-25Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 26-27Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 28-29Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 30-31Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 32-33Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 34-35Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 36-37Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 38-39Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 40-41Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 42-43Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 44-45Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 46-47Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 48-49Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 50-51Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 52-53Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 54-55Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 56-57Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 58-59Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 60-61Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 62-63Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 64-65Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 66-67Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 68-69Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 70-71Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 72-73Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 74-75Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 76-77Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 78-79Coopération numéro 2 6 jan 2020 Page 80