Coopération n°18 28 avr 2020
Coopération n°18 28 avr 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 28 avr 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 23,0 Mo

  • Dans ce numéro : à nos grils !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
FAMILLE COMMUNICATION WhatsAppréinvente les liens familiaux Avec la célèbreapplication, la tribunesequitte plus. Même pasdurantleconfinement ! WhatsApp, Skype ou Zoom sontaujourd’hui un soutien précieux. Mais quel estl’impactdeces outils numériques surnos relations familiales ? Ils s’appellent « TheWebers », « Mif Mif », « Une famille formidable » ousimplement « La famiglia », entouré de deux gros cœurs rouges. Ces dernièresannées,les groupes dédiés auxéchanges familiaux se sont multipliés sur l’application Whats- App, quecesoitpourgarder le lien avec les enfants partis àl’université, ou bien les frères et sœurs résidant àl’étranger, par appels envisioconférence, vidéos, photos... Unetendance quelesemi-confinement,instauré ces dernièressemaines pour contrer l’épidémiedecoronavirus, aencore largementamplifiée. Lesappels vidéo ontdoublé Avec 1,5 milliard d’utilisateurs dans le monde, les échanges sur WhatsAppétaient déjàdevenus la norme des conversations privées, entreamis bien sûr, mais aussi en famille. Etc’était sans compter avec l’épidémie qui sévit actuellement dans le monde…Ces derniers jours, dans les pays les plus touchés par levirus, comme l’Italie etlaFrance, les appels TEXTE SUZI VIEIRA audioetvidéo surleservice de messagerieont doublé.Lors d’uneconférencede presse,mercredi 18 mars, MarkZuckerberg, propriétaire del’appli, aeneffet précisé que leniveau actuel d’activité dépassait les records atteints entemps normal pour le réveillon du 31 décembre. Et la Suisse ne fait pasexception. Quant àsavoir combien s’enservent aujourd’hui dans le cadredelafamille,les chiffresmanquent. Atitre de comparaison, on sait, grâceàunsondagedel’institut français d’études d’opinion (IFOP) paru au printemps 2018, quenos voisins de l’Hexagone étaient déjà 52% àavoir un groupefamilialsur WhatsApp,etlamoitiéd’entre euxpensaientque l’application de la Silicon Valleyavait bel et bien modifié leurs liens familiaux. Mais en pire ou en mieux, demanderez-vous… Partager des instants quasi en direct Gabrielle (56 ans) acréé ungroupe sur WhatsAppavec son mari et leurs deux enfants quand la premièreest partie un PHOTO GETTY IMAGES Les réseaux de messagerie sont un miroir de la relation familiale : ils sont positifs dans les familles harmonieuses mais peuvent attiser les tensions là où il yavait un conflit préexistant. temps aux Etats-Unis pour ses études. « Audépart, c’était surtoutpourdes questions financières. On peut s’appeler gratuitement sans devoir compter les bips qui s’égrènent aufur et àmesure d’une conversation téléphonique transatlantique, raconte cette mère defamille de Bâle.Etpuis, on peut s’envoyerdes photos, des vidéos, et partager des instants presque en direct, ce quiest très appréciable quand on habite loin les uns des autres. » « WhatsApppermet aux familles qui n’ont pas l’occasion de se voir très souvent d’avoir des échanges affectifs bien plus fréquentsetriches quenel’autorise 60 Coopération N°18 du 28 avril 2020
un simple appel téléphonique », renchérit Antonio Iannaccone, del’Institut de psychologieetéducation de l’Université de Neuchâtel, qui adirigé avec Vittoria Cesari Lusso et Sophie Lambolez une étudesur l’impactdes nouvelles technologies de la communication sur laqualité des relations des seniors avec leur famille (bien avant l’épidémie). « La grande majorité des participants ànotre étude, rapporte le professeur de l’UniNE, jugeaient déjà très positives les retombées de la messagerie sur la qualité de leursrapportsfamiliaux. » Dans la vidéo faisantétatdes résultats de l’étude (disponible en ligne sur la plateformevimeo), le jeune Eliot explique utiliser le groupecréésur WhatsAppavec sesgrands-parents pour leur envoyerdes photos, leur racontercequ’il fait,lerésultatdeses matchs, etc. « C’estmieux de les voir en vrai, mais quand jenepeux pas, c’est cool », conclut le garçon d’une dizaine d’années. Quant à ses grandsparents, même s’ils ontparfoisdumal à comprendreles emojis queleurpetit-fils affectionne tant, ils sont catégoriques : « Pour nous, c’est une valeur ajoutée extraordinaireànotrerelation ! » Un garant de la permanence du lien En un sens, l’appli est l’occasion de se témoigner de l’attention, malgré ladistance. « C’estungarantdelapermanence du lien, comme un témoin qui s’allume et confirme que le lien est toujours là », analyse JonSchmidt, psychologueetthérapeutedefamille àLausanne. Et passeulement dans lasituation exceptionnelle que nous connaissons en ce moment, nuance le psychologue, quiutilise parfois WhatsAppdanslecadre de sesthérapies. Carleservice de messagerieest aussi devenu depuis longtemps un outil très répandu dans les familles dont les parentssontdivorcés, ou bien dans le cadre des familles recomposées. « Le groupeassurealors un minimum de communication entre les parents séparés et leurs enfants. C’est un moyen de savoir où se trouve l’enfant, comment il va,s’ilest bienchezson père comme il l’a dit, etc. Quand onnevit plus sous le même toit, c’est souvent le lieu qui permetàtoutlemonde d’entendrelamême chose en même temps », explique Jon Schmidt. Autrement dit, les réseaux de messagerie sontaussi une façon de continueràfairefamille quand le noyaufamilial aéclaté. Henri, lui, père etgrand-père defamille àBallens (VD), adepte de la messagerie Signal (concurrente réputée plus sécurisée) yvoit unautre atout. « C’est super pratique pour la logistique : organiser une sortie ouun Page 63 Coopération N°18 du 28 avril 2020 61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 1Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 2-3Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 4-5Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 6-7Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 8-9Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 10-11Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 12-13Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 14-15Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 16-17Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 18-19Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 20-21Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 22-23Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 24-25Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 26-27Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 28-29Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 30-31Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 32-33Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 34-35Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 36-37Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 38-39Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 40-41Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 42-43Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 44-45Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 46-47Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 48-49Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 50-51Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 52-53Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 54-55Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 56-57Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 58-59Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 60-61Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 62-63Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 64-65Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 66-67Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 68-69Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 70-71Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 72-73Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 74-75Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 76-77Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 78-79Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 80-81Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 82-83Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 84-85Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 86-87Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 88-89Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 90-91Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 92-93Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 94-95Coopération numéro 18 28 avr 2020 Page 96