Coopération n°12 17 mar 2020
Coopération n°12 17 mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de 17 mar 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 22,3 Mo

  • Dans ce numéro : tomber amoureux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
déterminerait l’intensité de l’amour », résume le psychologue, égalementmathématicien. Amour et conséquences Si les sciences s’intéressentausentiment amoureux, c’est notamment parce que le « bouquet » d’émotions dontilsecompose motive nos décisions : « Pensons, par exemple,aux conséquences considérables des émotions liées àl’amour et àlahaine sur les individus et, plus largement, nos sociétés. Ces considérations ont permis la naissance des sciences affectives, un champ académiqueparticulièrementbien développé dans notrepays », conclut David Sander.C’est pourquoi les conceptrices de l’exposition « De l’amour » onttravaillé avec l’UniversitédeGenève. « Dans les sciences affectives, un même sujetest étudié parun psychologue, un neuroscientifique, un sociologue. Cela s’avère extrêmement intéressant pour aborder unsujet aussi complexe », observelamuséographe Maud Gouy,co-commissairedel’expo àParis. « Moteurtout-puissantdenos vies ordinaires », selon les termes du philosophe Francis Wolff, qui acontribué àl’expo, l’amour résulte selon lui de la fusion de l’amitié, du désir et de la passion. Mine d’informations, le Palais de la découverte assure aussi côté divertissement et culture. On y écoute des chansons d’amour,yélaboredes poèmes formantun dessin (calligrammes), on ylit des citations d’auteurs, on yrit en découvrant un langage fleuri évoquant lasexualité. Une parenthèse qui fait dubien, que l’on soit célibataire ouencouple, hétéro ou homo, ado ou retraité. Ces mots déposés dans le livre d’orfinissent de convaincre l’indécis : « Vous m’avez redonné l’espoir d’aimer ànouveau. » ○ « De l’amour », jusqu’au 30.08auPalais de la découverte, 8 e arr., Avenue Franklin Delano Roosevelt,Paris ; autre expo àvenir : « Etplussiaffinités... Amour et sexualité au XVIII e siècle », du 5.04 au 11.10auChâteau de Prangins –Musée national suisse ÉVADEZ-VOUS ! Les plus belles chansons d’amour choisies pour vous par la rédaction : www.cooperation.ch/amour La passion « rend lucide, extralucide, et en même temps complètement aveugle », selon le philosophe Francis Wolff. L’AMOUR PAR SMS « Merci de m’avoir volé ce baiser » – « Je te l’ai emprunté : s’il te plaît,rendsle-moi vite » Amusants, poétiques, coquins : les mots d’amour pleuvent par SMS au Palais de la découverte de Paris. Ils sont tirés du compte Instagram @amours_solitaires créé par Morgane Ortin. Démontrant que la lettre d’amour n’est pas morte, mais qu’elle ajuste évolué, la jeune Française de 29 ans collecte avec succès des SMS d’amoureux anonymes depuis trois ans et les partage avec les internautes. 18 Coopération N°12 du 17 mars 2020 PLUS ONLINE 1
d PHOTOS UNIVERSCIENCE/CAMILLE LEBRIS « Les sites de rencontres, un miroir de notre société » Al’heureoùles sites et applicationsderencontres connaissent un succès croissant, la sociologueMarieBergström, de l’Institutnationald’études démographiques (Ined) de Paris, avoulu cerner le phénomène de l’amour en ligne. Ses recherches sont synthétisées dans Lesnouvelles lois de l’amour.Sexualité,couple et rencontres au temps du numérique (Ed. La Découverte). La principale nouveauté des sites spécialisés porte sur la privatisation de la rencontre. Qu’entendez-vous par là ? Il existeune spécificitédumode de rencontre via les services spécialisés. De coutume, on associe cercles de sociabilité et rencontres amoureuses. Traditionnellement, celles-ci interviennent dans des espaces de vieordinaires comme le lieu de travail, d’études ou de loisirs. Or, les sites et les applications dissocientsociabilitéethistoires d’amour, dans lamesure oùles rencontres ont lieu àl’abri des regardsdelafamille,des amis. Quellessont les conséquences de ce phénomène ? Les sites et applications facilitentlasexualité, non conjugale notamment. Nouerdes contacts avec des partenaires hors de l’environnementsocial habituel fait que les rencontres débouchent plus facilement surdes rapports sexuels et qu’elles sont souvent de courte durée. INTERVIEW EUGENIO D’ALESSIO Malgré tout,ces sites n’auraient pas entraîné une désinhibition généralisée ? Oui, ces services changent les conditions de la rencontreetfacilitentl’accès àlasexualité, sans gommer la morale.Sur Internet, on ne fait pasceque l’on veut.Les normes sociales persistentetdiffèrent selon qu’il s’agit d’utilisatrices ou d’utilisateurs. Pouvez-vous préciser ? On attend des femmes qu’elles fassent preuve de réserve sexuelle, qu’elles ne se lancent pas dans n’importe quelle relation et avec n’importe qui. Pour les hommes aussi, on part du principe que lamultiplication des aventuresd’unsoirn’est pas saine àlalongue. La morale sexuelle est en somme toujours d’actualité ? Oui, la sexualité séparée de la conjugalité, de l’affectivité est, en soi, jugée problématique, voire immorale. On peut s’y adonner, mais sans excès. Sur le web comme en société, la morale nous rappelle l’existence de limites. Et ces règles sont valables pour les femmes, les hommes, les homosexuels et les hétérosexuels. Cette pression sociale estelle àgéométrie variable ? Oui. On aaffaire àune morale de genre, puisque les femmes, soumises, je l’ai souligné, àla norme de réserve sexuelle, ZOOM TOMBER AMOUREUX Marie Bergström Sociologue subissent davantage que les hommes le poids deces règles de conduite. Les utilisatrices courent lerisque d’être stigmatisées comme « filles faciles ». Les sites de rencontres n’ont donc pas banalisé le sexe ? C’est exact. Surces sites et applications, on n’apas affaireàune sexualité sans tabou. Ilexiste toujours une régulation sociale parles normes, la morale et par les attentesliées au genre. Numérique ou pas, rien de nouveau sous le soleil en matière de rencontres amoureuses ? Les sites et les applications modifient certaines pratiques, mais ne sontpas une révolution comme on le clame parfois. Souvent, ils ne font que reproduireles normes et les logiques sociales existantes. Ce sont les miroirs de notre société. Ils nous donnentàvoirl’éducation que l’on a reçue, les normes dontnoussommesporteurs, les formes de mépris ou d’exclusion quiont cours, ycompris dans les domaines amoureuxetsexuel. ○ En pagessuivantes, deslecteurs nous parlent d’amour... Coopération N°12 du 17 mars 2020 19 PHOTO INED/COLETTE CONFORTES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 1Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 2-3Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 4-5Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 6-7Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 8-9Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 10-11Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 12-13Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 14-15Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 16-17Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 18-19Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 20-21Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 22-23Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 24-25Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 26-27Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 28-29Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 30-31Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 32-33Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 34-35Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 36-37Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 38-39Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 40-41Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 42-43Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 44-45Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 46-47Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 48-49Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 50-51Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 52-53Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 54-55Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 56-57Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 58-59Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 60-61Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 62-63Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 64-65Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 66-67Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 68-69Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 70-71Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 72-73Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 74-75Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 76-77Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 78-79Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 80-81Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 82-83Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 84-85Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 86-87Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 88-89Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 90-91Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 92-93Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 94-95Coopération numéro 12 17 mar 2020 Page 96