Coopération n°1 30 déc 2019
Coopération n°1 30 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de 30 déc 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Coop Société

  • Format : (215 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 15,3 Mo

  • Dans ce numéro : pour la nouvelle année se défaire de ses habitudes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
ZOOM HABITUDES Les habitudesroutinières,qui n’exigent pasderéflexion, nous permettent d’économiser de l’énergie. Au lieu de décider chaquesoiràquelleheure nous leverlelendemain matin, nous réglons le réveil àla même heure tous les jours. « Cela nous apporte sécurité etstabilité, et génère un sentimentdebien-être. » C’est la recherche de ce sentiment de bien-êtrequi nous pousse àreproduireun acte, jusqu’à cequ’il devienne un réflexe. « Personnellement, je regardetoujours dans ma boîte aux lettres quand je rentre chez moi. Je sais quec’est utile,car j’ytrouve de temps en temps du courrier, et j’aime bien en recevoir », nous raconte Claude Messner. Ce phénomène s’appelle le renforcement. Comme nous savons quetel ou telcomportementenvautlapeine,nouslerépétons. Et plus celui-ci est fréquent,plusildevient une habitude.Cequi se passe au débutde façon consciente devientavecletemps un automatisme:onvérifielaboîte auxlettres le soir même si on l’adéjà vidée àmidi. Cela dit, il n’y aaucun problème àjeter un œil dans saboîte aux lettres ou àfaire sonner son réveil. La cigarette,enrevanche, nuit àlasanté. « Les bonnes habitudes facilitentlavie.Mais la définition de bonne et mauvaise prête àinterprétation », constate le psychologue. Même si on sait qu’elle est « Je craquais durant lespausesavecmes collèguesfumeurs » ANGELIKA KAHSE (69 ANS) ARÉUSSIÀARRÊTER DEFUMER nocive, la cigarette permetpourcertains de se détendre après le travail ou de faire de nouvelles rencontres lors des pauses. Mais pourquoi ne pasboire un théàla place,qui aurait le même effet relaxant ? « Lorsque l’on veut se défaire d’une habitude, ilfaut commencer avec quelque chose de facile. C’est ce quiaideàtenir dans la durée. Et il faut se demander pourquoi on le fait. » Bettina Höchli (33 ans) est une experte quand il s’agit de définir des objectifs pour modifier ses habitudes. Elle yaconsacré sa thèse de doctorat. Dans le cadre deses recherches, elle adécouvert qu’il était essentiel de se fixer des objectifs généraux en plus de ceux àcourt terme. Si quelqu’un souhaite changer son alimentation par exemple, l’objectif ne serait pas de « mangerunrepas sain », mais de « se nourrir plus sainement » surladurée. Le premier est un objectif àcourt terme quel’onpeutatteindreplutôtrapidement  : un petit pain completaulieud’uncroissant le matin et c’est fait. « On se sent bien quand on aunobjectif. Mais il est plus probable quel’onretombe dans les anciens schémas de comportementaucours de la journée », expliqueBettina Höchli. On peut aussi être tentédeserécompenser pour avoiratteint l’objectif… en s’accordant unsupplément au repas suivant. « Les objectifs généraux me permettent d’avoirune vision globale. » « Il faut avoir delavolonté et des objectifs, reconnaît Claudia Zucchet. Depuis août2018, je me mets tousles jours au défi, j’ai commencé la zumba, et je vais suivre un coaching personnalisé. » Choisir le bon chemin pour yparvenir Les objectifs généraux ont l’avantage de mettreenlumièreles raisons quisecachent derrière une résolution. « Quand on sait pourquoi on poursuit un objectif, il devient plus facile àatteindre », indique Bettina Höchli. Fait-on du sport pour être plus en forme ? Ou pour perdre du poids ? Ressent-on une pression sociale ? Lorsque l’on comprend le « pourquoi », on découvre aussi le « comment ». Achacun de choisir le chemin quilui convient pour atteindreson but. Une personne qui n’aime pas courir devrait peut-êtreplutôt opterpourlevélo ou la natation. Car en nous imposant une discipline qui nous déplaît, on ne tiendra paslongtemps. Avanttoute chose,ilfautconnaître son objectif et comprendreceque sa réalisation peut nous apporter. Toutefois, attention, « un changement neseproduit jamais de façon linéaire, mais par vagues », prévient ClaudeMessner.Ilfautêtreconscientque lesrechutes sontpossibles Page 19 Parfois de nouvelles habitudes prennent du temps àsemettre en place, et il est fréquent de vouloir renoncer. 16 Coopération N°1du30décembre 2019 CONCEPT ET STYLING FABIA MÜLLER PHOTO DR
17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 1Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 2-3Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 4-5Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 6-7Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 8-9Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 10-11Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 12-13Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 14-15Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 16-17Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 18-19Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 20-21Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 22-23Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 24-25Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 26-27Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 28-29Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 30-31Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 32-33Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 34-35Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 36-37Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 38-39Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 40-41Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 42-43Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 44-45Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 46-47Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 48-49Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 50-51Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 52-53Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 54-55Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 56-57Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 58-59Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 60-61Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 62-63Coopération numéro 1 30 déc 2019 Page 64