Cool & Comfort n°84 jan/fév/mar 2020
Cool & Comfort n°84 jan/fév/mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°84 de jan/fév/mar 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : FCO Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 9,7 Mo

  • Dans ce numéro : installation frigorifique durable pour l’abattoir de Torhout.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
1 › Fonctionne avec l’ai ambiant ou gainé sur air extérieur › Jusqu’à 65°C en mode pompe à chaleur › Anode anticorrosion à courant imposé sans entretien › Version 200 litres la plus basse sur le marché › Isolation acoustique optimale › Raccordement hydraulique très simple Chauffe-eau thermodynamique SHP-F/A (X) L’eau chaude, en silence et économique Découvrez notre gamme sur www.stiebel-eltron.be/chauffe-eau_thermodynamique www.stiebel-eltron.be visualisation Configurez votre chambre froide maintenant : coldroomconfigurator.com SHP AD FR_NL 190x134.indd 1 29/01/2020 08:48:50 2 calcul 3 production Naamloos-1.indd 1 23/01/20//4 17:15
Limiter efficacement la corrosion des refroidisseurs La meilleure conception d’échangeur de chaleur restera, à long terme, inefficace si les matériaux employés n’ont pas été sélectionnés en fonction du milieu ambiant. Dans le cas extrême, cela peut même conduire à ce que tout ou partie d’un appareil se corrode à brève échéance et entraîner son remplacement prématuré. Ce texte donne un aperçu du phénomène de corrosion sur les échangeurs de chaleur. Il expose les différents risques potentiels et présente des possibilités de lutte efficace contre la corrosion dans le cas des refroidisseurs. DR. ANDREAS ZÜRNER, RECHERCHE, GÜNTNER GMBH & CO. KG Le seul fait qu’aucun métal courant ne se trouve dans la nature en quantité appréciable, c’est-à-dire dans sa forme pure, montre que même les métaux résistants à la corrosion tels que le cuivre ou l’aluminium sont, à long terme, attaqués par les effets de l’environnement, c’est-à-dire par la corrosion. Pour simplifier, disons que cette forme de corrosion fait appel aux réactions chimiques « inverses » de celles mises en œuvre dans le processus de fabrication, les métaux et alliages se retransformant en minerais, justement ceux dont ils ont été extraits comme par exemple l’alumine ou le sulfure de cuivre. Bien entendu, ce processus est, en règle générale, particulièrement lent et à peine perceptible, comme on le remarque notamment sur les toitures en cuivre et les façades en aluminium. Cependant, dans le cas des refroidisseurs, la corrosion peut s’accélérer si fortement du fait des conditions d’utilisation et d’un mauvais choix de matériau qu’on peut voir apparaître des pertes de puissances ou même des fuites en très peu de temps. À ce sujet, ouvrons une petite parenthèse et faisons un peu de chimie  : Au niveau microscopique, la surface d’un métal n’est pas statique mais soumise à un processus de modification constant. Alors que les atomes situés à l’intérieur sont entourés de tous côtés d’autres atomes de métal et peuvent ainsi voir leurs électrons entièrement saturés, il manque parfois aux atomes situés en surface les partenaires qu’il leur faudrait pour cela. Ils surmontent cette difficulté en établissant des liaisons entre les molécules environnantes et la surface des solides. Il arrive alors parfois que les atomes superficiels développent de nouvelles liaisons avec ces molécules et perdent ainsi leur caractère métallique. Dans le cas de tous les métaux courants, cela conduit à l’apparition, à très brève échéance, d’une fine couche non-métallique à la surface des métaux bruts au contact de l’air ou plongés dans l’eau. À savoir s’il s’agit là des premières phases d’une attaque corrosive dépend de nombreux facteurs. En fonction du type de métal et de l’environnement, cette couche peut en effet ralentir considérablement la poursuite de la corrosion (c’est par exemple le cas de 53 COOL&COMFORT [TECHNIQUE] Définition de la corrosion selon la norme EN ISO 8044  : « La corrosion est définie comme l’interaction physico-chimique entre un métal et son milieu environnant entraînant des modifications dans les propriétés du métal et pouvant conduire à une dégradation significative de la fonction du métal, du milieu environnant ou du système technique dont ils font partie. » l’aluminium), mais aussi n’avoir aucune influence décelable sur la vitesse des réactions chimiques dont la surface du métal est le siège (c’est le cas d’un acier non allié, par exemple). Il y a « corrosion » et « corrosion » ! En ce qui concerne les échangeurs de chaleur, parmi les 56 formes de corrosion décrites dans l’EN ISO 8044, cinq d’entre elles jouent un rôle prépondérant  : 1. La corrosion de surface uniforme 2. La corrosion perforante (formation de piqûres) 3. La corrosion perforante qui détruit seulement des petites parties de la surface 4. La corrosion fissurante 5. La corrosion par contact (= corrosion due à la présence de deux métaux ou corrosion galvanique)  : voir Figures. Les types de corrosion cités relèvent du même principe de base, à savoir le mécanisme de la corrosion électrochimique. Dans ce cadre, la surface d’un métal est sans cesse le siège de deux réactions partielles. D’une part, le métal cède des électrons dans la zone de l’anode. Ces électrons sont absorbés par les autres partenaires de la réaction dans la zone de la cathode. Dans la plupart des cas, le partenaire de la réaction est de l’oxygène. Mécanisme général de la corrosion électrochimique.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 1Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 2-3Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 4-5Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 6-7Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 8-9Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 10-11Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 12-13Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 14-15Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 16-17Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 18-19Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 20-21Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 22-23Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 24-25Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 26-27Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 28-29Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 30-31Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 32-33Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 34-35Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 36-37Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 38-39Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 40-41Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 42-43Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 44-45Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 46-47Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 48-49Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 50-51Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 52-53Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 54-55Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 56-57Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 58-59Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 60-61Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 62-63Cool & Comfort numéro 84 jan/fév/mar 2020 Page 64