Comme au Cinéma le mag n°30 fév/mar 2013
Comme au Cinéma le mag n°30 fév/mar 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de fév/mar 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Stan Médias

  • Format : (168 x 245) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : interviews, Denzel Washington, Haifaa Al-Mansour, Nabil Ayouch.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
interview « Élever le public vers la joie et la légèreté »
interview HAIFAA AL-MANSOUR Little Miss Sunshine Avant d’être le premier long métrage saoudien réalisé au cœur du Royaume, Wadjda, ou le quotidien d’une gamine bien décidée à s’offrir un vélo, est avant tout un bon film. Rencontre avec sa réalisatrice, Haifaa Al-Mansour. Interview/Arnaud Bénureau Wadjda est présenté comme le premier film saoudien. Ne craignezvous pas que cet argument marketing éclipse la valeur artistique du film ? L’art saoudien s’exporte peu. Et sur place, au niveau du cinéma, il n’y a pas de salles. Je vois donc davantage ça comme un encouragement plutôt que comme un obstacle. Comment avez-vous réussi à financer un tel projet dans un pays où le cinéma est absent ? Après avoir réalisé un documentaire en 2006, il était temps pour moi de passer à la fiction. Les gens n’avaient pas envie d’investir dans Wadjda car il n’y a pas de potentiel commercial dans le monde arabe pour les films saoudiens. Je me suis mis en tête de trouver une société de production européenne. J’ai écrit à plusieurs d’entre elles. Razor Film, qui avait produit Valse avec Bachir et Paradise Now, a été la seule à me répondre et à me suivre dans cette aventure. Wadjda est un film lumineux et léger. Vous ne vouliez pas sombrer dans une certaine forme de pessimisme sur la condition des femmes en Arabie Saoudite ? La première version du scénario était mauvaise. Wadjda était une victime. Je n’avais pas envie d’un personnage sombre et passif. J’ai alors décidé d’insuffler de la vie à tous les personnages. Je voulais que le film regarde vers l’avant. Même si Wadjda est une fiction, décrit-il cependant une certaine réalité saoudienne ? Je n’ignore pas le monde qui m’entoure. Le monde qui nous entoure est dur. À l’école, pour Wadjda, ce n’est pas simple. La relation entre sa mère et son père n’est également pas simple. Mais je voulais être la plus objective possible. Le monde est suffisamment compliqué comme ça. Je voulais que Wadjda élève le public vers la joie et la légèreté.H WADJDA RÉALISATION Haifaa Al Mansour CASTING Waad Mohammed, Reem Abdullah FILM Saoudien DURÉE 1h37 GENRE Comédie dramatique SORTIE 6 février Février 2013 H N°30 H CommeauCinema.com le mag H 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :