Comme au Cinéma le mag n°28 novembre 2012
Comme au Cinéma le mag n°28 novembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de novembre 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Stan Médias

  • Format : (168 x 245) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : Déborah François, le fond populaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
interview « Les films n’ont de sens que lorsqu’ils sont en prise avec la société »
interview COSTA- GAVRAS Le Résistant De L’Aveu à Z en passant par Missing ou Amen., le cinéma de Costa-Gavras est engagé et citoyen. Continuant à s’interroger sur les dysfonctionnements de notre société, il a présenté son dernier film, Le Capital, au Festival international du cinéma méditerranéen de Montpellier. Propos recueillis par Laurence Kempf Après José Garcia dans Le Couperet, vous amenez Gad Elmaleh, un autre acteur de comédie, vers le drame… J’ai commencé avant, avec Jack Lemmon en Amérique, et même avant avec Montand quand je lui ai fait faire L’Aveu ou État de siège. J’ai toujours pensé que c’était intéressant de déplacer un acteur vers quelque chose qu’il n’a pas l’habitude de faire. Pourquoi ? Une des qualités du talent, c’est d’avoir envie de changer. Et je crois qu’il n’y a pas d’acteur en France qui aurait pu jouer ce personnage aussi bien que Gad. Le film provoque un sentiment ambigu… C’est vrai, mais on fait trop de choses en noir et blanc dans le cinéma. Les fameux happy end ou la catharsis sont là pour faire plaisir au spectateur. Sur certains sujets, c’est bien aussi de le mettre en crise avec ses sentiments. Le Capital parle de l’appât du gain. Quel rapport entretenez-vous avec l’argent ? Je me suis arrangé pour m’organiser une vie, grâce à ma femme surtout, où je n’ai pas besoin de faire des films alimentaires. Et aussi, au niveau de mon caractère, je n’ai jamais eu envie de m’enrichir mais juste d’avoir de l’argent pour vivre décemment. Vous avez dit que vous ne pourriez plus faire un film comme L’Aveu aujourd’hui… Les films n’ont de sens que lorsqu’ils sont en prise avec la société, avec ce qui s’y passe. L’Aveu, c’était important de le faire à ce moment-là. Comme Z ou Missing. Si on faisait L’Aveu aujourd’hui, ce serait un film historique. Alors qu’à l’époque, on savait que cela allait créer des problèmes. Dans Le Capital, la résistance de Maud semble utopique. Serait-ce finalement inutile de résister de nos jours ? Résister, c’est le plus important. Et ce, quel que soit le résultat que provoquera cette résistance. Quand je fais Amen., je le fais aussi pour la résistance. Les deux personnes périssent à la fin, mais finalement la résistance reste dans l’histoire, dans l’esprit des gens, dans les exemples. Et je pense que c’est essentiel qu’il y ait de la résistance. H LE CAPITAL RÉALISATION Costa-Gavras CASTING Gad Elmaleh, Gabriel Byrne FILM Français DURÉE 1h53 GENRE drame, thriller SORTIE 14 novembre novembre 2012 H N°28 H CommeauCinema.com le mag H 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :