Code 2.0 n°5 sep/oct/nov 2012
Code 2.0 n°5 sep/oct/nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de sep/oct/nov 2012

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Association Code Magazine 2.0

  • Format : (170 x 250) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : Automne 2012.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
cryptée du secteur tertiaire dans lequel nous évoluons, parangon de notre société ouvertement libérale et dématérialisée, l’artiste en critique iconographiquement le corporatisme. Elle attaque une « confrérie » qui a su engloutir un public désireux d'émancipation grâce au prisme hégémonique des images qu'elle véhicule 1. La mise en tension de ces images au sein de l’espace double et s’embrassant des Églises est un geste qui insiste sur le mysticisme latent que cette imagerie produit. Dans l’installation, statues antiques, gargouilles, explosion atomique, marée noire et forêt dévastée forment le contexte dans lequel l’homme d’affaires contemporain évolue. Soraya Rhofir construit ici un scénario d’anticipation à l’allure post-apocalyptique où les couleurs chatoyantes ironisent sur notre présent. Fantasques, sacrés ou symboliques, les codes rejoués par l’artiste semblent des scènes mythiques renouvelées au gré des courants esthétiques, cristallisées le temps de leurs chutes au sein de ses installations. Les récits déployés par Soraya Rhofir sont à appréhender comme des critiques « rétro-futuristes » d’une société postindustrielle ; où antiquité, modernisme, culture cyberpunk, « afro-futurisme » sont convoqués et se chevauchent. Cette démarche singulière déplace alors notre regard et nous plonge dans des espaces critiques d’impressions matérielles, aux méandres captivants. Guillaume Hervier-Lanot• Née en 1981, Soraya Rhofir vit à Paris. 32 Vue de l'exposition Point Miroir, 2011, Galerie LMD, commissaire : Marie Bechetoille Photo : Didier Barroso 1 En filigrane, Soraya Rhofir convoque le film Society de Brian Yuzna (1989), œuvre culte du renouveau du gore des années 1990. Dans ce film, la haute société de Beverly Hills s’adonne à de secrètes et grotesques parades, « s’accouplant » lors de sauteries et ne formant, au propre comme au figuré, qu’un seul corps, absorbant littéralement les individus de la classe moyenne gravitant dans leur entourage.
Fukubeach, série « Écologie », 2011 Collage, 29,7 x 21 cm 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :