CNRS Le Journal n°301 sep/oct/nov 2020
CNRS Le Journal n°301 sep/oct/nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°301 de sep/oct/nov 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : CNRS

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,3 Mo

  • Dans ce numéro : Françoise Combes, médaille d'or 2020 du CNRS.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
LES IDÉES À voir BIOMIMÉTISME Imiter le vivant, ses formes, ses matières, ses structures ou ses règles de fonctionnement pour en tirer des solutions ingénieuses n’est pas une idée nouvelle. « Apprenez de la nature, vous y trouverez votre futur », préconisait déjà Léonard de Vinci, sans doute le pionnier du biomimétisme. « C’est cette démarche vertueuse, de compréhension du vivant et de durabilité, qui est au cœur de la nouvelle exposition présentée à la Cité des sciences et de l’industrie », explique Philippe Grandcolas, directeur de l’Institut de systématique, évolution, biodiversité 1 et membre du comité scientifique de l’exposition. On y comprend que la bio-inspiration n’est pas seulement une solution d’innovation industrielle, à l’image de la fleur de bardane qui a pu inspirer le scratch. Elle nous invite surtout à porter un autre regard sur notre environnement et sur le vivant, à habiter le monde autrement ». Immergé dans trois écosystèmes naturels – un récif corallien et son appareil 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 bio-inspire'euni 1.41,1 I.PP,4q114 expa permanente a oartirdu 18 septembre 2020 1. Unité CNRS/MNHN/Sorbonne Université/EPHE. CNRS LE JOURNAL 62 de phyto-épuration, une mangrove et ses palétuviers, un sol forestier et son jardin en permaculture –, le visiteur découvre certains rouages du vivant ainsi que des technologies alternatives auxquelles ceux-ci pourraient donner naissance, tels que des solvants inspirés… par les moules. « L’objectif de ce parcours immersif est aussi de faire passer le message au cœur de la philosophie de la bio-inspiration  : la sobriété, qui règne en maître dans la nature, est la première des solutions bio-inspirées à adopter », conclut Philippe Grandcolas. Bio-inspirée, une nouvelle approche, exposition permanente à la Cité des sciences et de l'industrie, Paris. En partenariat avec le CNRS et Inrae. Pour en savoir plus  : cite-science.fr Lire notre article complet sur lejournal.cnrs.fr Sciences, une encyclopédie contemporaine 800 ouvrages en perspective Fruits du travail entamé il y a trois ans, les premiers titres sont parus fin septembre. « L’encyclopédie souhaite répondre aux questions dans tous les champs du savoir, par exemple sur l’énergie, les océans, la biologie et l’écologie pour reprendre des problématiques très actuelles », précise Jeanculture scientifique Sciences. C’est le titre donné à une encyclopédie en construction dont les premiers volumes sont parus en septembre 2020. Ce travail de titan réunira à terme 20 000 auteurs pour dresser l’état des savoirs. PAR MURIEL FLORIN Encyclopédie. Si le mot renvoie encore au siècle des Lumières, c’est bien une encyclopédie du XXI e siè cle, qui se dessine depuis trois ans et dont les premiers volumes sont parus en septembre 2020. À l’heure où la curiosité se satisfait plus souvent d’un clic sur Internet que d’une lecture approfondie, et même si l’édition scientifique française a vu fondre ses tirages, ce pari un peu fou est né dans la tête de Sami Ménascé, le président d’Iste, maison d’édition spécialisée dans les ouvrages scientifiques. « Ce n’est pas un état des connaissances sous forme alphabétique, mais des livres, écrits par plusieurs auteurs, dont chaque chapitre traite un point de la science », expose Jean- Charles Pomerol, président du conseil scientifique d’Iste. Ce professeur d’informatique et d’intelligence artificielle, qui a présidé l’université Pierre et Marie Curie entre 2006 et 2011, insiste sur « l’organisation hiérarchique » de ces connaissances. Il explique la méthode  : « À la tête de chaque grand domaine de recherche, un responsable définit des thèmes de la science, de la technologie et des humanités, puis recrute des spécialistes de ces thèmes qui vont eux-mêmes assurer la coordination d’un ou plusieurs ouvrages, avec les auteurs les plus pointus du domaine, des chercheurs et enseignants reconnus dans le monde entier, dont de nombreux Français ». Bien sûr, des propositions d’article ou d’ouvrage peuvent émaner du bas de cette pyramide, et remonter, validées par les spécialistes du thème.
ISTE ÉDITIONS Charles Pomerol qui vise un public « curieux et éduqué ». L’ensemble est divisé en neuf départements, trentequatre domaines, et environ trois cents thèmes. Une traduction en anglais est prévue, d’autres, en espagnol et japonais, envisagées. « Le modèle classique, ce sera un livre de trois cent cinquante pages en une dizaine de chapitres, écrit chacun par un ou deux auteurs », détaille Gilles Pijaudier-Cabot 1. Ce professeur à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, spécialiste de la géomécanique, a en charge l’ensemble des sciences pures et appliquées. « Si on regarde l’édition scientifique internationale, personne ne propose cela. Soit on se tourne vers des ouvrages grand public qui ne permettent pas vraiment de comprendre les choses, soit vers des ouvrages trop techniques ». La machine est lancée  : « Une quarantaine de volumes sortiront d’ici la fin 2020, puis le travail se poursuivra au rythme de 150 à 200 ouvrages par an, jusqu’à 800 au total. À terme, nous réunirons autour de 20 000 auteurs », s’enthousiasme-t-il. « Nous souhaitons être le plus exhaustif possible », explique Bernard Reber, son alter ego pour les sciences humaines et sociales. Sciences n’oubliera pas l’économie, la géographie, les sciences du langage, l’architecture, l’éducation, la sociologie et autres disciplines sous-développées au XVIII e siècle. « Nous avons tous besoin de la science et de la technologie pour comprendre le monde dans lequel nous vivons et sortir des impasses actuelles, avance le philosophe, directeur de recherche au Centre de recherches politiques de Sciences Po 2. C’est devenu encore plus évident avec la crise du Covid-19 et les polémiques plus Pages intérieures du volume consacré aux océans. 1. Laboratoire des fluides complexes et leurs réservoirs (CNRS/Université de Pau Pays de l’Adour/Total SA). 2. Unité CNRS/Sciences Po Paris. L LES IDÉES ou moins étayées qui l’accompagnent. Les sciences humaines et sociales apportent leur éclairage, que ce soit sur les questions climatiques, l’impact des technologies sur les sociétés, la façon dont les sciences contribuent à l’innovation, ce qu’on peut espérer ou ce qu’on risque. » Une vision pluraliste des savoirs Gilles Pijaudier-Cabot et Bernard Reber avancent le caractère collectif et exigeant des ouvrages. « Nous présentons un état de l’art consolidé. Et c’est plus facile avec plusieurs auteurs. Le devoir d’une encyclopédie, c’est de faire la part des choses, de proposer une vision pluraliste. Nous ne cherchons pas à imposer notre conviction ou celle d’une école, nous ne livrons pas une vérité toute faite, mais nous apportons les bases, les raisonnements tenus par les uns et les autres avec des éléments de connaissance. Ensuite, ce sont les lecteurs qui se positionneront à partir de ces éléments scientifiques », souligne le premier. « Les auteurs ne sont pas des gens qui donnent des avis, mais des avis argumentés. Lorsqu’il y a plusieurs argumentations pour défendre tel ou tel point de vue, elles seront à disposition du lecteur. Ces argumentaires seront très bien documentés sur le plan scientifique et sur le plan moral et éthique quand il y a lieu », renchérit le second, avant de conclure  : « L’encyclopédie sera utile pour des étudiants, des chercheurs, mais aussi tout citoyen honnête, qui cherche de l’information certifiée, documentée, ou qui veut mettre à l’épreuve ce qu’il croit savoir ». ii lire l’intégralité de l’article sur lejournal.cnrs.fr N°301 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 1CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 2-3CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 4-5CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 6-7CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 8-9CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 10-11CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 12-13CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 14-15CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 16-17CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 18-19CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 20-21CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 22-23CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 24-25CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 26-27CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 28-29CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 30-31CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 32-33CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 34-35CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 36-37CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 38-39CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 40-41CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 42-43CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 44-45CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 46-47CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 48-49CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 50-51CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 52-53CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 54-55CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 56-57CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 58-59CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 60-61CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 62-63CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 64-65CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 66-67CNRS Le Journal numéro 301 sep/oct/nov 2020 Page 68