CNRS Le Journal n°300 jun/jui/aoû 2020
CNRS Le Journal n°300 jun/jui/aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°300 de jun/jui/aoû 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : CNRS

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : spécial covid-19.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
EN ACTION Des empreintes de dinosaures dans une grotte de Lozère VIVANT Paléontologie. Des empreintes de sauropodes, des dinosaures herbivores d’une trentaine de mètres de long, ont été retrouvées au plafond d’une grotte située sous le causse Méjean, en Lozère. PAR LAURE CAILLOCE C’est une sortie de spéléologues amateurs pas banale qui s’est déroulée ce jour de décembre 2015, dans la grotte de Castelbouc en Lozère. Cette cavité, très prisée des spéléologues débutants et accessible par un long boyau étroit, a révélé pour la première fois le trésor qu’elle conservait depuis des millions d’années  : des traces de dinosaures géants, bien visibles au plafond du « grand tunnel » – une salle de 80 mètres de long, 20 mètres de large et 10 mètres de hauteur sous plafond. « Ce qui est fou, c’est que des milliers de personnes sont déjà passées par cette grotte, sans jamais voir quoi que ce soit, s’étonne encore Jean-David Moreau, paléontologue au laboratoire Biogéosciences 1 de Dijon, qui RÉMI FLAMENT/JOURNAL OF VERTABRATE PALEONTOLOGY organisait ce jour-là la sortie spéléo de l’Association paléontologique de Lozère qu’il préside. Il a suffi qu’une personne lève les yeux vers le plafond et regarde un peu mieux que d’habitude pour repérer les traces  : des empreintes bien visibles semblant appartenir à des dinosaures géants. » Trois pistes de dinosaures géants Caractériser ces traces à la seule lumière des lampes frontales n’est pas chose aisée, et il a fallu que le chercheur et son équipe reviennent à plusieurs reprises pour confirmer l’incroyable trouvaille  : l’on était bien en présence de trois pistes d’une vingtaine de mètres de long laissées par des sauropodes, des dinosaures herbivores quadrupèdes, au Jurassique moyen, il y a 170 millions d’années 2. « Deux des pistes laissent voir nettement l’alternance piedsmains, les mains se caractérisant par leur forme en demi-lune. Certaines des empreintes révèlent les traces des cinq doigts et des griffes, décrit le scientifique. Les plus grandes mesurent 1,25 mètre de long, ce qui les classe parmi les plus grandes empreintes de dinosaures identifiées dans le monde, et ont été laissées par des bêtes dont la taille devait avoisiner les 30 mètres. » 1. Unité CNRS/EPHE/Univ. de Bourgogne. 2. J.-D. Moreau et al, « Middle Jurassic tracks of sauropod dinosaurs in a deep karst cave in France », Journal of Vertebrate Paleontology, 25 mars 2020. 62 CNRS LE JOURNAL
Ces empreintes du Jurassique moyen ont été trouvées lors d’une sortie spéléologique. Cette découverte est inédite à plus d’un titre  : c’est en effet la première fois que l’on retrouve des empreintes de dinosaures géants dans une grotte sur la planète. Mais c’est aussi la première fois que l’on trouve des empreintes de sauropodes dans le bassin des Causses, pourtant très riche en traces fossiles  : il existe dans cette zone de plusieurs centaines de kilomètres carrés, à cheval entre l’Aveyron, la Lozère, le Gard et l’Hérault, des dizaines de sites à empreintes fossiles… mais aucune trace des géants herbivores n’y avait été découverte jusqu’à ce jour. « Le bassin des Causses, aussi appelé golfe des Causses, a enregistré toute l’histoire géologique du Jurassique, soit 55 millions d’années, raconte le paléontologue spécialiste d’ichnologie, la science des empreintes. Durant cette période, la mer s’est retirée à trois reprises dans cette région, laissant la possibilité aux dinosaures de s’installer  : il y a 200 millions d’années, il y a 168 millions d’années – c’est dans cette fenêtre que l’on enregistre les traces de Castelbouc – et il y a 145 millions d’années. » Des empreintes vues par en dessous Les sédiments se sont accumulés au fil du temps, et les couches géologiques ont succédé aux couches géologiques. Des millions d’années après le passage des dinosaures, les infiltrations d’eau dans ces milieux karstiques, mêlant calcaires et argiles, ont fini par former les centaines de cavités naturelles présentes dans la région des Causses. Ce qui explique pourquoi il est possible de retrouver des traces de dinosaures sur le plafond d’une grotte – ce qui est a priori contre-intuitif ! « Il n’y a pas eu de bouleversement des couches géologiques. Les traces que l’on observe sont en réalité des contre-empreintes, qui correspondent au dessous des pieds des sauropodes, élucide Jean-David Moreau. C’est comme si on regardait la piste laissée par les dinosaures par en dessous, l’eau s’étant infiltrée et ayant creusé le sol sous la couche géologique où se trouvent les empreintes. » Spécialiste des traces mais aussi de la flore fossile, le paléontologue a pu reconstituer l’écosystème dans lequel évoluaient les sauropodes il y a 170 millions d’années. « On a retrouvé des plantes, notamment des restes de conifères, et de petits restes de poissons d’eau marine. L’étude sédimentologique réalisée dans la grotte permet de dire que l’on se trouve à l’interface entre la terre et la mer, probablement en bord d’une lagune bordée de conifères. » L’enthousiasme suscité par la découverte a renforcé la passion du paléontologue pour cette région déjà très riche des Grands Causses, où il espère retrouver d’autres indices du passage des sauropodes. « En plus de continuer à explorer les surfaces et les affleurements où l’on trouve classiquement les empreintes, on va désormais lever les yeux et s’intéresser de plus près aux plafonds des nombreuses cavités naturelles », indique le chercheur, qui a déjà commencé à sensibiliser les spéléologues de la région. ii À voir 11.111 J11 airs 17, 1coeur £s caltes Carte (tu cette e son4 johrt Thot-nt-en, 1699 hi N SUBLIMES PORTULANS Les cartes marines anciennes, ou portulans, sont rarement exposées au public. Souvent richement décorées, mêlant précision des observations et représentations imaginaires, elles témoignent de la découverte de nouvelles terres par les Européens. Catherine Hoffmannde la Bibliothèque nationale de France et la médiéviste Emmanuelle Vagnon du CNRS décryptent 14 de ces cartes dans de courtes vidéos. « Au cœur des cartes », une série de vidéos produite par l’unité CNRS « Cultures, langues, textes », en coproduction avec la BNF et CNRS Images. À voir sur la chaîne Youtube du CNRS https://bit.ly/3cVmcVE À lire 111 Levant Cohen NEUROLOGIE Le Purim de roue Là, un homme qui ne e ta Couleur du ZL.", enn..x.eu..4 parvient plus à lire la moindre lettre mais sait encore écrire. Ici une femme qui voit des chevaliers en plein Paris… À travers l’histoire de personnes rencontrées au cours de son parcours de neurologue, Laurent Cohen nous ouvre autant de portes « sur les coulisses de notre vie mentale ». Une lecture intrigante et instructive. Le Parfum du rouge et la couleur du Z. Le cerveau en 20 histoires vraies, Laurent Cohen, Odile Jacob, février 2020, 238 p., 22,90 € . HISTOIRE I, I ti f410+15411.1e4:11 Les cinq millions de soldats français mobilisés entre 1939 et la défaite de juin 1940 ont longtemps été les laissés pour compte de l’histoire officielle. L’historien Rémi Dalisson livre une analyse nécessaire sur ce dénigrement qui a frappé les héros de la ligne Maginot, ignorés et souvent moqués, malgré leur rôle dans la reconstruction. Les Soldats de 1940, une génération sacrifiée, Rémi Dalisson, CNRS Éditions, mai 2020, 280 p., 24 € . GALIItE QÉ EN ACTION ASTRONOMIE 500 ans après Galilée, l’astrophysicien Arnaud Cassan nous invite à mettre à jour nos connaissances sur l’Univers à travers ce livre mêlant pédagogie historique et actualité scientifique. De quoi renouveler les discussions sous les cieux étoilés de l’été… Galilée à la plage. L’astronomie dans un transat, Arnaud Cassan, Dunod, avril 2020, 238 p., 15,90 € . ETHNOGRAPHIE ueÉre-u-âÉ DU PIEEL L’œuvre et le parcours de l’ethnologuecinéaste Jean Rouch, entré au CNRS à la fin des années 1940, continue de passionner. Cette monographie, version française et augmentée de l’originale parue en anglais en 2009, remet en lumière l’héritage d’une figure de proue du cinéma français. L’Aventure du réel. Jean Rouch et la pratique du cinéma ethnographique, Paul Henley, trad. Joëlle Hauzeur, préface Antoine de Baecque, Presses universitaires de Rennes, juin 2020, 520 p., 30 € . N°300 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 1CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 2-3CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 4-5CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 6-7CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 8-9CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 10-11CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 12-13CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 14-15CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 16-17CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 18-19CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 20-21CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 22-23CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 24-25CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 26-27CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 28-29CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 30-31CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 32-33CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 34-35CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 36-37CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 38-39CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 40-41CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 42-43CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 44-45CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 46-47CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 48-49CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 50-51CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 52-53CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 54-55CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 56-57CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 58-59CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 60-61CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 62-63CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 64-65CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 66-67CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 68