CNRS Le Journal n°300 jun/jui/aoû 2020
CNRS Le Journal n°300 jun/jui/aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°300 de jun/jui/aoû 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : CNRS

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : spécial covid-19.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
SPÉCIAL COVID-19 … Dès le 16 mars, l’organisme a débloqué des fonds, d’un montant global de près de 350 000 euros, pour soutenir cinq projets identifiés par l’Institut des sciences biologiques (INSB) du CNRS. À Lille, Lyon, Marseille, Montpellier et Paris, ces équipes 1 mènent des travaux complémentaires, cherchant à comprendre le fonctionnement du virus ou à développer des stratégies de lutte contre la maladie. Parmi elles, l’équipe de Bruno Canard, directeur de recherche au CNRS et spécialiste de la réplication des virus au laboratoire Architecture et fonction des macromolécules biologiques (AFMB) à Marseille. Pour ces scientifiques, l’enjeu est de comprendre comment certaines enzymes, cibles potentielles pour la mise au point de médicaments antiviraux, travaillent à fabriquer de nouveaux génomes tout en déjouant les défenses immunitaires de la cellule hôte. Des plateformes pour coordonner les recherches L'équipe participe également à un projet de recherche, coordonné par Jean-Hugues Renault de l’Institut de chimie moléculaire de Reims 2 (lire p.31) et impliquant d’autres unités 3, qui utilise le criblage virtuel à grande échelle grâce aux infrastructures nationales de calcul intensif pour identifier des molécules efficaces contre le virus. À présent financé par la région Grand Est, avec une aide de l’Institut de chimie Seize pétaflops, soit l’équivalent de 40 000 ordinateurs de bureau, c’est l’énorme puissance de calcul que le supercalculateur Jean Zay a mis à disposition de différents projets de recherche sur le Covid-19. Inauguré en septembre 2019 à l’Idris 1, ce centre de calcul intensif du CNRS, un des plus puissants d’Europe, partage ses capacités entre une partie consacrée au calcul scientifique haute performance et une autre consacrée à l’intelligence artificielle (IA). La première est capable d’effectuer des simulations extrêmement complexes, décryptant les interactions moléculaires entre virus et cellules humaines afin de développer un traitement, voire un vaccin. Pour la seconde, l’IA aide les chercheurs à mieux diagnostiquer des'MM/11/fflMe/fflM, Le supercalculateur Jean Zay en action radios ou scanners de poumons, par exemple. « La puissance de calcul offerte par Jean Zay est fondamentale pour obtenir des résultats le plus tôt possible », commente Antonio Monari, du Laboratoire de physique et chimie théoriques 2. 1. Institut du développement et des ressources en informatique scientifique (CNRS). 2. Unité CNRS/Université de Lorraine. du CNRS, ce projet avait été retenu sur liste complémentaire de l’appel à projet Flash Covid-19 de l’Agence nationale de la recherche (ANR). Lancé le 6 mars, cet appel a vu 86 projets de recherche sélectionnés, dont 40 issus des laboratoires du CNRS et de ses partenaires, pour un budget global de 14,5 millions d’euros. De nombreuses thématiques biomédicales sont abordées, mais une large place est faite aux sciences humaines et sociales (SHS), avec 17 projets retenus pour comprendre l’épidémie, sa diffusion et l’élaboration des réponses publiques, citoyennes et sociales à la crise. Onze de ces projets sont coportés par le CNRS qui, dès le début de la crise, avec l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et deux alliances thématiques, Aviesan 4 et Athena 5, a mis en place une plateforme pour mieux coordonner les activités en SHS et en santé publique, et accompagner l’émergence de nouvelles recherches. « Les sciences sociales ont beaucoup à dire, notamment sur la façon dont le virus révèle à la société des problématiques qui vont constituer les choix stratégiques de demain », assure Anne-Laure Amilhat Szary, directrice du laboratoire Pacte 6. Le foisonnement d’initiatives en modélisation autour du Covid-19 a également poussé l’Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions (Insmi) du CNRS à mettre en place la plateforme de coordination Modcov19 7 (lire p.28). Capable d’estimer le nombre de personnes asymp- 1. Le Centre international de recherche en infectiologie (CNRS/Inserm/ENS Lyon/Univ. Claude Bernard Lyon 1), le Centre d’infection et d’immunité de Lille (CNRS/Inserm/Univ. de Lille/Institut Pasteur de Lille/CHU de Lille), le laboratoire AFMB (CNRS/Aix-Marseille Université/Inrae), l’Institut de recherche en infectiologie de Montpellier (CNRS/Univ. de Montpellier) et l’Institut de biologie de l’École normale supérieure (CNRS/ENS/Inserm). 2. Unité CNRS/Université de Reims Champagne-Ardenne. 3 Chimie et interdisciplinarité  : synthèse, analyse, modélisation (CNRS/Univ. de Nantes), Laboratoire d’innovation technologique (CNRS/Univ. de Strasbourg), Matrice extracellulaire et dynamique cellulaire (CNRS/Univ. de Reims Champagne-Ardenne). 4. Alliance pour les sciences de la vie et de la santé. 5. Alliance thématique nationale des sciences humaines et sociales. 6. Unité CNRS/Université Grenoble-Alpes. 7. http://modcov19.math.cnrs.fr 10 CNRS LE JOURNAL
tomatiques, de visualiser l’impact des déplacements de personnes ou encore de corriger des données prises sur un échantillon non représentatif, la modélisation apporte en effet un éclairage important à la crise actuelle. Modcov19 fait remonter tout résultat, proposition ou information d’intérêt opérationnel vers le consortium multidisciplinaire REACTing 8 de l’Insermsur les maladies infectieuses émergentes, activé dès janvier, et vers Care, le Comité analyse, recherche et expertise chargé par le gouvernement de donner un avis éclairé sur les propositions faites par les scientifiques. Lancée le 18 mars, la plateforme Crowdfight Covid-19 s’efforce, quant à elle, de faire correspondre les demandes de scientifiques travaillant sur le coronavirus et les compétences de volontaires. Aujourd’hui dans le monde entier, 47 000 personnes mettent à disposition leur temps et leurs compétences pour traduire du jargon technique, annoter des images, effectuer une revue des publications pour trouver le bon protocole, etc., afin d’optimiser le temps des scientifiques. Autre collaboration  : un consortium interdisciplinaire a été mis en place sur le recyclage des masques chirurgicaux et FFP2 qui doivent aujourd’hui être jetés après quelques heures d’utilisation. Il comprend le CNRS, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), l’Inserm, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et Toute la puissance du supercalculateur Jean Zay a été mise à disposition de la recherche contre le Covid-19. plusieurs universités et CHU. « Le recyclage mérite absolument d’être mis en œuvre, car les résultats obtenus montrent qu’il existe des méthodes de recyclage microbiologiquement sûres et conservant la compatibilité des masques chirurgicaux et FFP2 avec les normes en vigueur », explique Philippe Cinquin 9, professeur en santé publique et praticien hospitalier, directeur du laboratoire TIMC-IMAG 10 et codirecteur du Centre d’investigation clinique – Innovation technologique de Grenoble 11. Le CNRS a aussi mis à disposition des scientifiques son expertise, en particulier au niveau de la protection des données, notamment personnelles, utilisées dans les diverses recherches sur le Covid-19. « Le respect des règles en vigueur, les comportements éthiques et l’intégrité scientifique sont primordiaux pour la crédibilité de l’activité de recherche du CNRS », rappelle, en écho aux recommandations du Comité d’éthique et de la Mission à l’intégrité scientifique du CNRS, la déléguée à la protection des données du CNRS Gaëlle Bujan, dont le service a pu accompagner toutes les demandes de projets en urgence. En France et à l’étranger Cette mobilisation ne s’est pas arrêtée aux frontières. L’organisme a ainsi pris part à différentes enquêtes internationales et mobilisé ses laboratoires à l’étranger. Aux États-Unis, les International Research Laboratories (IRL) du CNRS s’impliquent fortement dans la recherche sur le Covid-19 au plan médical et technologique, avec des études du microbiome nasal ou des surfaces en contact avec les virus et bactéries, le développement de microcapteurs pour détecter la maladie, ou encore des recherches sur l’interopérabilité des données médicales. Un IRL spécialisé en micromécatronique à Tokyo, au Japon, a répondu à l’appel Flash Covid de l’ANR pour des technologies de micro-fluidique capables de détecter rapidement l’ARN du virus. L’Institut français de recherche sur le Japon, installé dans la Maison franco-japonaise, a mis en ligne un site d’information suivant l’évolution de la crise et des recherches. Au Mexique, l’IRL Lafmia 12 a aussi proposé un robot mobile conçu pour des transports à l’intérieur d’un hôpital. Enfin, l’IRL LaSoL 13 participe à une équipe de recherche sur la modélisation mathématique de la pandémie mise en place avec le Centro de Investigación en Matemáticas A.C. De nombreux champs scientifiques ont donc été mobilisés, même parmi ceux, comme les mathématiciens, informaticiens ou physiciens, qui ne sont pas directement concernés par une crise sanitaire. Marion Maisonobe, au laboratoire Géographie-cités 14 a ainsi mis à disposition son outil en ligne Netscity pour suivre l’évolution des implications des différents scientifiques dans le monde. Une véritable nouvelle communauté scientifique s’est construite autour du Covid-19. ii 8. Pour REsearch and ACTion targeting emerging infectious diseases. 9. À lire sur lejournal.cnrs.fr  : « Masques de protection  : la piste prometteuse du recyclage », entretien avec Philippe Cinquin, 31 mars 2020. 10. Techniques de l’ingénierie médicale et de la complexité – informatique, mathématiques et applications de Grenoble (CNRS/Univ. Grenoble-Alpes/Grenoble INP/VetagroSup). 11. CIC-IT1406 Inserm/DGOS/CHU de Grenoble/Univ. Grenoble-Alpes. 12. Laboratoire franco-mexicain d’informatique et d’automatique (CNRS/Centre de recherche et d’études avancées de l’Institut polytechnique national/Conseil national de la science et la technologie). 13. Laboratoire Solomon Lefschetz (CNRS/UNAM/Conseil national de la science et la technologie). 14. Unité CNRS/Univ. Panthéon-Sorbonne/EHESS/Univ. de Paris. CYRIL FRESILLON/IDRIS/CNRS PHOTOTHÈQUE ENQUÊTE N°300 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 1CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 2-3CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 4-5CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 6-7CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 8-9CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 10-11CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 12-13CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 14-15CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 16-17CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 18-19CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 20-21CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 22-23CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 24-25CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 26-27CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 28-29CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 30-31CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 32-33CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 34-35CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 36-37CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 38-39CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 40-41CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 42-43CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 44-45CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 46-47CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 48-49CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 50-51CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 52-53CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 54-55CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 56-57CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 58-59CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 60-61CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 62-63CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 64-65CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 66-67CNRS Le Journal numéro 300 jun/jui/aoû 2020 Page 68