CNRS Le Journal n°282 sep/oct/nov 2015
CNRS Le Journal n°282 sep/oct/nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°282 de sep/oct/nov 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : CNRS

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : le biologiste Éric Karsenti médaille d’or 2015 du CNRS.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
« Du chaos microscopique émerge une structure ordonnée, quasi macroscopique, c’est fascinant ! » … laboratoire, travail qu’il termina avec un étudiant à aurait dû être associé à remarque le biologiste. Avec lui, à Heidelberg, Éric Karsenti poursuit le tra certain seuil, mais aussi qu’elle se désactive elle-même tion en biologie, raconte le chercheur. En travaillant sur le fuseau mitotique pendant la même période, j’ai compris - ment collectif et organisent ces petites briques en fuseau. Du chaos microscopique émerge une structure ordonnée, D. SAUVEUR/TARAEXPEDITIONS.ORG EN PERSONNE Éric Karsenti recueille des échantillons d’eau prélevés avec la rosette CTD. Celle-ci est entourée d’un châssis qui peut transporter jusqu’à 32 bouteilles. CNRS LE JOURNAL évoluer le Département de biologie cellulaire (« un peu trop XX e siècle »), vie de famille à distance n’était pas facile, mais on C’est que le challenge à relever à la transdisciplinarité en le renommant Département de saisir un phénomène comme l’auto-organisation dans la insiste Éric Karsenti. Des découvertes majeures sur le plancton croisaient des ingénieurs, des informaticiens, des océano- gerie quantitative. « C’est la Son parcours en 5 dates souligne le biologiste. Ce qui a 1948 Naît à Paris le 10 septembre permis à ses acteurs de faire des découvertes majeures sur 1976 Entre au CNRS tillons récoltés avec Tara, les 1996 Crée le Département de biologie cellulaire et de chercheurs sont déjà parvenus à caractériser l’ensemble 2009 Lance le projet Tara Oceans de la diversité des virus, des 2015 Reçoit la médaille d’or du CNRS bactéries et des petits euca- pensait, leur population est beaucoup plus diverse que caractérisé 40 millions de gènes bactériens. Il s’agit du « Nous avons aussi découvert qu’un tourbillon énorme tique d’est en ouest en emprisonnant des organismes, ajoute le chercheur. Encore un phénomène d’auto-organisation où de petites entités adoptent un comportement collectif et forment ainsi une structure de plus grande échelle. » Et encore un épisode au cours duquel le biologiste naviga- II
Hélène Courtois Et au milieu coulent les galaxies… Astrophysique. En dressant les contours notre Voie lactée, Hélène Courtois faisait il y a un an une découverte majeure. Elle vient d’être nommée membre senior de l’Institut universitaire de France. PAR GRÉGORY FLÉCHET Le 4 septembre 2014, Laniakea faisait la une de la prestigieuse revue Nature 1. Ce nom d’origine hawaïenne signifiant « horizons célestes immenses » désigne désormais le supercontinent extragalactique dans lequel nous vivons. « D’une largeur de 500 mil- rassemble plus d’un million de galaxies galaxies attirent les plus petites sous des bassins versants », résume Hélène Courtois. Astrophysicienne à l’Institut de 2, elle dirige cette découverte retentissante. Cet été, elle démontrait aussi l’existence d’une 3 permettant aux petites galaxies d’être propulsées en orbite autour de galaxies plus massives comme la Voie lactée. Tandis sance de Laniakea réalisée par son Ses années passées à cartographier la voûte céleste pour en révéler ses frontières et son architecture lui valent aujourd’hui la reconnaissance de ses pairs : en avril dernier, elle est ainsi devenue la sixième astrophysicienne membre senior de l’Institut universitaire Il y a vingt ans, elle soutenait une thèse sur le Grand Attracteur, une anomalie gravitationnelle localisée dans le superamas Laniakea : personne n’avait jamais pu observer avait été nommée ainsi car de nombreuses galaxies semblaient attirées à trouver de meilleure explication. Mais la jeune astrophysicienne est du genre pugnace. toujours été une obsession pour moi. » ginait comme une énorme masse sphé- Devenue enseignante-chercheuse en dizaine d’astronomes. Répartis aux vatoires les plus performants jamais galaxies. Six ans plus tard, ils ont réussi à Un patient travail de modélisation de ces données permettra ensuite à Hélène du Grand Attracteur. Et de faire voler en 1. « The Laniakea Supercluster of Galaxies », R. B. Tully et al., Nature, 4 septembre 2014, vol. 513 : 71-73. 2. Unité CNRS/UCBL. 3. « Planes of Satellite Galaxies and the Cosmic Web », N. I. Libeskind et al., MNRAS, 1er 4. Organisé par le CNRS et l’université de Lorraine. EN PERSONNE ciens : parente davantage au vallon central d’un Une passion communicative Ce saut conceptuel a un peu chamboulé la vie de la chercheuse. « Je reçois désor- impossible de répondre à tous », avouet-elle. Mais de séminaires en conférences, elle a, une année durant, racon- l’a conduit à la découverte de Laniakea. « Cela fait partie des missions des cher- es- 4 pour son court-métrage présentant le travail résultats. Désormais, une bonne partie de son temps est consacrée à enrichir le catalogue de galaxies du projet concept des bassins versants de matière laxies, il nous faut pousser l’exploration la Terre. » II AUTOMNE 2015 N°282 9 M. PARENT/MARIONPARENT.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 1CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 2-3CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 4-5CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 6-7CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 8-9CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 10-11CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 12-13CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 14-15CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 16-17CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 18-19CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 20-21CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 22-23CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 24-25CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 26-27CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 28-29CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 30-31CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 32-33CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 34-35CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 36-37CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 38-39CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 40-41CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 42-43CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 44-45CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 46-47CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 48-49CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 50-51CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 52-53CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 54-55CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 56-57CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 58-59CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 60-61CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 62-63CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 64-65CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 66-67CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 68