CNRS Le Journal n°282 sep/oct/nov 2015
CNRS Le Journal n°282 sep/oct/nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°282 de sep/oct/nov 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : CNRS

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : le biologiste Éric Karsenti médaille d’or 2015 du CNRS.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
LES IDÉES À lire MONDE Écrit à plusieurs mains, cet ouvrage est une invitation au dialogue entre les quatre et organismes vivants à des lois similaires et partageraient par exemple une logique darwinienne commune, Climat glegil [Ware". 611_.e.1 199137115 MT. Mondes mosaïques Mondes mosaïques. Astres, villes, vivant et robots, Petite sélection parmi les nombreux ouvrages parus à l’occasion de la COP21 Comme son titre l’indique, cet ouvrage nous fait parcourir planète. Un voyage qui nous invite à prendre du recul et nous permet de mieux comprendre comment conduit aux extraordinaires variations qu’a connues, et que connaîtra encore, le climat de la Terre. Un excellent Voyage à travers les climats de la Terre, Gilles Ramstein, GÉNOMIQUE vivant dans tous les environnements. Cet ouvrage collectif issu de la environnementale. Empreinte du vivant. L’ADN de l’environnement, GILLES RAMST f tH VOYAGE A Muon LES CLIMATS DE LA TERRE aussi les questions auxquelles on ne peut pas Terre, atmosphère, ce qu’on ne sait pas encore…, CNRS LE JOURNAL 58 ANIMAUX des animaux sauvages sur les terres la dernière ère glaciaire. Les Saisons, comment la science se fait sur le continent et Gilles Ramstein,
DR Peut-on tester les univers parallèles ? Aurélien Barrau Astrophysicien au Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie Plus d’un siècle après sa découverte, la mécanique quantique – qui décrit le comportement des entités physiques à l’échelle des particules élémentaires – n’est toujours pas clairement comprise, même si ses prédictions ont jusqu’ici Aussi devons-nous nous contenter d’admettre ses trois leçons les plus importantes. D’abord renoncer au déterminisme beaucoup de grandeurs apparemment continues (telle l’altitude d’un piéton sur une colline) sont en réalité discrètes (telle l’altitude de ce même piéton dans un im- taines particules sont comme douées d’ubiquité (elles peuvent se trouver dans plusieurs lieux ou états à la fois). L’étrange mort du chat quantique De cette ubiquité découle la fameuse expérience du chat de Schrödinger. Suppo sons qu’on enferme dans une boîte opaque un chat et un noyau radioactif dont la désintégration aléatoire déclenche un mécanisme observateur ne va voir ce qui se passe dans la boîte, la mécanique quantique considère que le noyau est dans une superposition d’états, c’est-à-dire à la fois désintégré et non encore désintégré. Par conséquent, le chat est à la fois mort et vivant… Beau coup d’encre a coulé autour de ce paradoxe, et la question est loin d’être résolue. Dans les années 1950, un physicien de Princeton, Hugh Everett, en propose une interprétation incroyable : à chaque interaction d’un système quantique avec un système classique se produirait une bifurcation en plusieurs univers parallèles. Autrement dit, il existerait un monde où le chat est mort et un autre où il est vivant, ces deux mondes étant réels mais ments de ce type étant innombrables, les mondes parallèles pulluleraient. La proposition semble déraisonnable, pourtant, un « sondage » chez les physiciens théoriciens montre qu’ils sont de plus en plus nombreux à la considérer comme correcte. Et pour cause : cette vision se révèle à la fois plus sobre et plus cohérente que la vision usuelle, dite de Copenhague, qui doit inventer des contorsions mathématiques pour éviter le chat « mort-vivant ». Le test ultime serait évidemment l’expérience. L’interprétation d’Everett a longtemps été récent article, je montre, sur les pas du physicien Don Page, qu’il n’est pas impossible de mettre cette interprétation à l’épreuve des observations. L’idée consiste à trouver une situation où les deux interprétations vont conduire à des prédictions test qui utilise l’évolution de l’Univers juste après le Big Bang, quand il était encore décrit par la physique quantique. uhmuon tiques possibles de l’Univers mènent à des vient possible, à partir de l’étude de notre monde, de trancher entre les deux visions. vient de ce que les univers improbables existent réellement chez Everett (en petit nombre) alors qu’ils ne sont (en général) que des possibilités sans réalité matérielle dans la vision de Copenhague. Tous les premiers vendredis du mois, les Inédits du CNRS, des analyses en partenariat avec 1.2. Aurélien Barrau publié le 25 juillet 2015. Lire l’intégralité du billet sur LES IDÉES On peut comprendre l’idée centrale à partir d’une analogie. Supposons qu’un sac contienne un million de boules noires et une seule boule blanche. Selon la vision de Copenhague, ces boules sont les mêmes. Mais, selon la vision d’Everett, quelque chose « favorise » la boule blanche : par exemple, elle se trouverait toujours sur le dessus de la pile et serait un milliard de fois plus grosse que les boules noires. Les deux interprétations prédisent bien le même nombre de boules de chaque couleur, mais elles diffèrent sur la prédiction concernant la de Copenhague prédit qu’un tirage en celle d’Everett, une boule blanche. Trop tôt pour pouvoir trancher Les deux interprétations sont donc ici distinguables. Suivant la boule qui est tirée au sort, c’est l’une ou l’autre qui sera favorisée. Naturellement, la boule tirée est ici une métaphore de l’univers dans lequel nous nous trouvons. Dans les faits, il est encore trop tôt pour pouvoir bâtir une telle tion cosmologique, des éléments tendent à favoriser la vision d’Everett. Néanmoins, il convient d’être prudent quant aux tests possibles de l’existence est important de se poser ces questions. Mais il serait regrettable de les balayer d’un revers de la main. D’abord parce qu’ils sont prédits par certaines de nos théories (en ce sens, ils ne sont pas une hypothèse mais une conséquence) et qu’il serait incohérent d’user de ces théories en négligeant ce qu’elles génèrent. Ensuite parce que ces testées, comme nous venons de le mon II AUTOMNE 2015 N°282 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 1CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 2-3CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 4-5CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 6-7CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 8-9CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 10-11CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 12-13CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 14-15CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 16-17CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 18-19CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 20-21CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 22-23CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 24-25CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 26-27CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 28-29CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 30-31CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 32-33CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 34-35CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 36-37CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 38-39CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 40-41CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 42-43CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 44-45CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 46-47CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 48-49CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 50-51CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 52-53CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 54-55CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 56-57CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 58-59CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 60-61CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 62-63CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 64-65CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 66-67CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 68