CNRS Le Journal n°282 sep/oct/nov 2015
CNRS Le Journal n°282 sep/oct/nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°282 de sep/oct/nov 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : CNRS

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : le biologiste Éric Karsenti médaille d’or 2015 du CNRS.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
EN ACTION La Méditerranée scrutée par La Méditerranée est un milieu fragile qui subit de plein fouet les pollutions atmosphériques, les rejets d’origine anthropique ou l’objet d’un vaste programme d’étude pluridisciplinaire, Mistrals. Coordonné par le CNRS, il réunit un millier de Un grand colloque s’est tenu mi-parcours sur ces recherches vous en livre les premiers résultats. PAR LAURE CAILLOCE CNRS LE JOURNAL 44 www.mistrals-home.org G. ROBERTS Des aérosols très présents Des pollutions qui viennent de loin Les aérosols, ces microparticules solides ou liquides en suspension dans l’air, se retrouvent en grandes quantités dans l’atmosphère médi extrêmes de la région, renforçant l’intensité des canicules et diminuant les précipitations. h ee." Située à la croisée de plusieurs routes météorologiques, la la bordent : Europe au nord et Sahara au sud. Mais les chercheurs plus lointaines : l’Amérique du Nord à l’ouest et l’Asie à l’est. Dans ce dernier cas, c’est la mousson asiatique qui ouvre une l’Inde et la Méditerranée orientale. Instruments pour la caractérisation de la pollution et de ses impacts, station d’Ersa, en Corse.'er
Système de prélèvement d’eau de mer, appelé rosette. Des écosystèmes côtiers perturbés La Méditerranée est une mer semi-fermée particulièrement sensible aux activités maritime…). L’observation systématique de 22 paramètres physico-chimiques et de de construire un indice de perturbation des écosystèmes dans tout le Bassin méditerranéen. les plus exposés sont les côtes catalanes, le golfe du Lion, la mer Adriatique, la mer Égée, les côtes égyptiennes, le golfe de Gabès et la côte algéro-tunisienne. Des crues et pluies intenses qui s’expliquentX. DURRIEU DE MADRON/MERMEX En observant les fortes précipitations et les crues rapides en Méditerranée nord-orientale, mais aussi la réponse de la mer au mistral et à la tramontane, les chercheurs ont mis en évidence le rôle clé des massifs montagneux de l’arc méditerranéen (Alpes, Massif central…) et des îles dans la formation des pluies intenses. Ces travaux pourraient permettre d’améliorer les modèles de prévision du temps et du climat, voire de mieux anticiper les épisodes cévenols comme ceux qui ont frappé récemment le Sud de la France. Un réchauffement perceptible Les projections climatiques régionales réalisées montrent que les événements intenses de type crues ou canicules augmentent en fréquence et en intensité avec - périodes sèches plus longues et de vagues de chaleur plus intenses. Les climats du passé décryptés taires indiquent que la température des eaux de surface en Méditerranée a régulièrement diminué au cours des derniers siècles et que ce refroidissement s’est interrompu au début de l’ère industrielle. Depuis, les températures montrent une forte augmentation, au-delà des valeurs de l’opti fois qu’un épisode de sécheresse extrême s’est produit, des bouleversements politiques majeurs ont eu lieu. Or les sécheresses actuelles sont plus intenses que tous ces épisodes passés… Reconstitution de crues des derniers millénaires à partir de l’étude de dépôts sédimentaires. EN ACTIONL. DEZILEAU/PALEOMEX AUTOMNE 2015 N°282 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 1CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 2-3CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 4-5CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 6-7CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 8-9CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 10-11CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 12-13CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 14-15CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 16-17CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 18-19CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 20-21CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 22-23CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 24-25CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 26-27CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 28-29CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 30-31CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 32-33CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 34-35CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 36-37CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 38-39CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 40-41CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 42-43CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 44-45CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 46-47CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 48-49CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 50-51CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 52-53CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 54-55CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 56-57CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 58-59CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 60-61CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 62-63CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 64-65CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 66-67CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 68