CNRS Le Journal n°282 sep/oct/nov 2015
CNRS Le Journal n°282 sep/oct/nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°282 de sep/oct/nov 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : CNRS

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : le biologiste Éric Karsenti médaille d’or 2015 du CNRS.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
GRAND FORMAT « … de l’excitation des atomes, dont l’oscillation équivaut au tic-tac de la trot- niers « sont refroidis par laser à une soit quasiment le zéro absolu », explique Peter Wolf. Ce faisant, « leur mouvement diminue et, lorsqu’ils ne bougent pas, on peut mieux les observer, ce qui nous donne une mesure du temps plus précise ». Ajoutez à cela un entre l’horloge Pharao en orbite et ses jumelles situées au sol, et notre horloge « à jet froid d’atomes » sera capable de une marge d’erreur d’une seconde tous NASA/CXC/MPE/G. PONTI ET AL ; ILLUSTRATION : NASA/CXC/M. WEISS Avec Pharao, ce sera la première fois qu’une horloge atomique aussi précise sera mise en orbite. » ment performante dans un champ gravitationnel faible, par exemple quand on l’étudie au voisinage de la Perrin, « mais il manque un test : en celui que l’on trouve près d’un trou noir. » ILLUSTRATION SGR A* ÉMISSION DE RAYONS X tiales et d’instrumentation en astro- 2 sence d’un trou noir et de mesurer ses proximité quasi immédiate de l’objet. lente à celle de deux pièces d’un euro « Du coup, explique le chercheur, pour l’observer, il d’un instrument de très grande taille. » qu’entre en scène l’interféromètre collectée par quatre télescopes du le désert d’Atacama, au Chili, permettra dès novembre prochain de disposer de l’équivalent d’un super-télescope de - cet instrument donnera ainsi une vision plus précise des étoiles qui gra- chauds potentiels. Ces blocs de ma- exercées par le trou noir, émettent des de ces points chauds, Perrin, en mesurant leur trajectoire, l’espace-temps dans cette zone. » 2. Unité CNRS/Observatoire de Paris/UPMC/Univ. Paris Diderot. 3. Unité CNRS/Observatoire de Paris/Univ. Paris Diderot. CNRS SGR A* Autrement dit, la manière dont le trou noir déforme l’espace autour de lui, et donc le temps, puisque dans la théorie de la relativité générale d’Einstein, es- semble, le continuum espace-temps. Pour étudier le ralentissement temporel penchent aussi sur une autre de ses manifestations : le décalage vers le rouge (redshift) sont soumises au champ gravitationnel d’un corps massif. « Ce qui se traduit par un décalage vers le rouge découlant d’une apparente dilatation du temps, - un disque de matière attiré par un trou noir », 3. rale fonctionne très bien pour décrire l’horizon du trou noir, elle rencontre ses limites dans la description de la singularité centrale, située au-delà de cet horizon, note cependant ce spécialiste du comportement de la matière en champ gravitationnel fort, médaillé Nous aurons donc besoin d’englober la relativité générale dans une théorie plus celle de la gravitation quantique à boucles, ce que nous testerons dans les années qui viennent. » II Vue d’artiste et cliché du télescope Chandra montrant l’emplacement du trou noir géant Sagittarius A*. L’émission de matière qui accélère en « tombant » dans le trou noir.
Ondes gravitationnelles nelles est ouverte », lance Catherine Côte d’Azur. En septembre dernier, le cette tâche au printemps prochain. tion directe d’ondes gravitationnelles, des déformations de la structure de l’espace-temps dues à des corps massifs et qui se propagent dans l’Univers à la manière des ondes à la surface d’un étang. Des ondes prédites par Einstein Ce phénomène a été prédit par Albert Einstein peu après qu’il a formulé la théorie de la relativité générale. Celleci stipule que les objets courbent l’espace-temps selon leur masse. Un corps massif en rotation entraîne une propagation de cette courbure tout comme le jet d’un caillou dans un étang provoque la formation d’une onde qui s’étend peu à peu. « Dans un étang, l’amplitude et la fréquence de l’onde créée dépend de la taille du caillou,ratoire Astroparticule et cosmologie 4, à Paris. des ondes gravitationnelles dépendent en partie de la masse des objets qui les provoquent. » tons en mouvement, devrions générer des ondes gravitationnelles, mais d’une amplitude si ridicule qu’il est illusoire de la mesurer. La théorie de la relativité générale prédit l’existence de déformations du tissu de l’espacetemps : des ondes gravitationnelles que les Simulation d’ondes gravitationnelles générées par la collision de deux trous noirs. Pratiquement inobservables, ces phénomènes sont longtemps restés spéculatifs et ont fait l’objet de controverses. En fait, seuls les processus les plus violents de l’Univers sont susceptibles de générer des ondes gravitationnelles observables : des explosions où deux astres compacts et massifs tournent très rapidement l’un autour que des ondes gravitationnelles primordiales auraient été émises pendant la phase d’expansion rapide de l’Uni- juste après le Big Bang. - LA RELATIVITÉ en vue ? 5 - ondes gravitationnelles primordiales. en fait largement brouillées par le bruit causé par les poussières galactiques. Une détection indirecte dès 1970 Néanmoins, les chercheurs restent quasi certains de l’existence des ondes gravitationnelles. En effet, tème binaire d’étoiles à neutrons dont l’une d’entre elles est un pulsar, c’est-à-dire qu’elle émet à intervalle régulier un faisceau d’ondes radio. Ils constatent que la fréquence de … N°282 35C. HENZE/NASA/GODDARD SPACE FLIGHT CENTER



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 1CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 2-3CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 4-5CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 6-7CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 8-9CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 10-11CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 12-13CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 14-15CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 16-17CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 18-19CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 20-21CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 22-23CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 24-25CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 26-27CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 28-29CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 30-31CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 32-33CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 34-35CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 36-37CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 38-39CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 40-41CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 42-43CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 44-45CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 46-47CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 48-49CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 50-51CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 52-53CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 54-55CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 56-57CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 58-59CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 60-61CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 62-63CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 64-65CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 66-67CNRS Le Journal numéro 282 sep/oct/nov 2015 Page 68