CNRS Le Journal n°255 avril 2011
CNRS Le Journal n°255 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°255 de avril 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : CNRS

  • Format : (215 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : La supraconductivité prend son envol

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
PaR Denis Delbecq cnrs I LE JOURNAL w 30 | Rubrique Stratégie Partenariat Le CNRS a signé un accord inédit avec la société Google pour soutenir conjointement plusieurs équipes de recherche en informatique. La recherche comme moteur commun C’est une grande première : le CNRS et le géant de l’Internet Google ont établi un partenariat de recherche. Cinq équipes 1 se partageront cette année une dotation de Google de 325 000 euros. Le CNRS accompagne cet effort avec un poste d’ingénieur de valorisation et des bourses de thèse. « La société souhaitait soutenir des équipes de recherche qui travaillent sur l’optimisation combinatoire, un sujet important pour ses départements de R & D en France. Nous avons choisi ensemble ces cinq équipes », explique Philippe Baptiste, le directeur de l’Institut des sciences informatiques et de leurs interactions (INS2I) du CNRS. Il faut dire que les applications de l’optimisation sont nombreuses : trouver un plus court chemin pour partir en vacances, gérer les déplacements d’une flotte de camions de livraison, distribuer des calculs sur un réseau d’ordinateurs… « Les techniques d’optimisation mises en œuvre ont souvent des bases communes qui se déclinent dans des domaines très divers », précise Philippe Baptiste. Trois équipes vont s’atteler à résoudre des problèmes fondamentaux. « Il s’agit de mettre au point des méthodes, des « briques » qui serviront ensuite pour des cas d’optimisation plus appliqués », complète-t-il. De son côté, le Laboratoire d’informatique de Paris-VI travaillera sur l’ordonnancement pour, par exemple, exécuter efficacement une longue suite d’opérations dans des ordinateurs. « La manière dont on organise les opérations élémentaires d’un algorithme a un impact colossal : un même calcul peut prendre une heure ou trois semaines », indique Philippe Baptiste. Enfin, le Laboratoire d’informatique de Grenoble se penchera sur la gestion des ressources distribuées, telle l’organisation du fonctionnement des « fermes de calcul » ou d’un « cloud », qui reposent sur des centaines d’ordinateurs. Les fonds permettront aussi bien l’achat de matériel que l’accueil, pour quelques mois, de chercheurs de très haut niveau dans les laboratoires. Le poste d’ingénieur financé par le CNRS devrait être affecté à l’une des équipes, qui n’a pas encore été choisie. Les bourses de thèse du CNRS viendront appuyer des projets communs proposés par plusieurs des cinq équipes lauréates. 1.Il s’agit des équipes de Denis Trystram, du Laboratoire d’informatique de Grenoble (CNRS/Université Joseph-Fourier/Grenoble INP/Université Pierre-Mendès-France/Inria) ; de Pierre Bonami, du Laboratoire d’informatique fondamentale de Marseille(CNRS/Université de la Méditerranée/Université de Provence) ; de Narendra Jussien, du Laboratoire d’informatique de Nantes-Atlantique (CNRS/Université de Nantes/École des mines de Nantes) ; de Safia Kedad-Sidhoum, du Laboratoire d’informatique de Paris-VI (CNRS/UPMC) ; et de Pierre Lopez, du Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes de Toulouse (CNRS). Contact : Institut des sciences informatiques et de leurs interactions, Paris Philippe Baptiste > philippe.baptiste@cnrs-dir.fr Une bourse pour les humanités NUMériques La société Google a lancé en 2010 un programme de soutien aux « humanités numériques », dont elle vient d’annoncer les lauréats européens. Parmi eux, on trouve Marin Dacos, du Centre pour l’édition électronique ouverte, et Patrice Bellot, du Laboratoire d’informatique d’Avignon 1. Les deux scientifiques ont entrepris de concevoir Bilbo, un robot logiciel capable d’apprendre à décoder le contenu d’une référence bibliographique pour ensuite retrouver le document correspondant, une tâche souvent fastidieuse. En effet, si l’humain y parvient, la machine en est encore incapable, en particulier dans le domaine des sciences humaines, où il existe d’innombrables façons de définir les références. D’un montant de 50 000 dollars, « la bourse remise par Google va nous permettre de démarrer ce programme de recherche qui s’étendra sur plusieurs années, se félicite Marin Dacos. Google n’a rien exigé en contrepartie. On nous a juste suggéré de rendre public le code de notre programme, ce qui correspond à notre manière de travailler. » Premiers résultats attendus dans un an. 1. Marie-Luce Demonet, membre du Centre d’études supérieures de la Renaissance et responsable de l’équipe des Bibliothèques virtuelles humanistes, fait également partie des lauréats. contact : Marin Dacos > marin.dacos@revues.org © M. Murat/DPA/CoRBIS
N°255 I avril 2011 Stratégie | 31 w international i L’Institut franco-américain de physique théorique Fustipen 1 vient de s’installer au Grand accélérateur national d’ions lourds (Ganil-CEA/CNRS), à Caen. Créé entre le Département de l’énergie aux États-Unis (DOE), le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) et le CNRS, il facilitera la collaboration entre scientifiques américains et français dans le domaine de la physique théorique nucléaire. Il renforcera également les échanges entre recherche théorique et expérimentale sur le sujet, en encourageant les projets qui se développent autour des grands appareils comme Spiral2, au Ganil, ou Frib, aux États-Unis. 1. France-U.S. Theory Institute for Physics with Exotic Nuclei. partenariat i Le CNRS et Pierre Fabre Dermo- Cosmétique ont signé leur premier accordcadre de coopération. D’une durée de quatre ans, il a pour but de favoriser les échanges de leurs équipes respectives dans les domaines de recherche de l’industriel : photo-vieillissement, photo-protection, sécheresse cutanée, santé du cheveu, amincissement… Il s’inscrit ainsi dans une longue coopération entre le CNRS et le groupe Pierre Fabre. L’organisme est en effet déjà lié par un tel accord-cadre avec Pierre Fabre Médicament depuis 1993. Programme Les volcans passent une radio paR vAhé Ter Minassian wMettre la physique des particules au service de la volcanologie, tel est l’objectif étonnant du projet Diaphane, qui poursuit actuellement son déploiement sur le volcan de la Soufrière, en Guadeloupe. Ce programme du CNRS 1 vise à développer un outil pour radiographier l’intérieur des volcans en 3D. Avec un but : repérer les zones riches en gaz pouvant provoquer des éruptions explosives et celles susceptibles de se déstabiliser. Les éruptions de type phréato-magmatique sont le fruit de l’activité profonde de la Terre et des fortes précipitations des régions tropicales. En pénétrant jusqu’aux chambres magmatiques par des failles, les eaux de pluie alimentent un système hydrothermal sous pression, traversé par des gaz acides qui altèrent rapidement le volcan. Qu’un glissement de terrain survienne, et la brutale décompression ainsi créée déclenche l’explosion. Est-il possible de déterminer la structure interne d’un volcan pour repérer ses parties les plus fragiles, le volume de ses réservoirs hydrothermaux et ainsi mieux prévoir l’ampleur d’un cataclysme ? Adaptée d’un procédé mis au point pour l’expérience d’étude des neutrinos Opera, la solution proposée au groupe de Dominique Gibert, de l’Institut de physique du globe de Paris, par Jacques Marteau, de l’Institut de physique nucléaire de Lyon, consiste en un détecteur de muons à scintillateurs. « Produites par les rayons cosmiques dans la haute atmosphère, ces particules arrivent sur le sol en quantité et dans des directions connues, explique ce dernier. Selon l’épaisseur de la matière qu’elles traversent, elles sont plus ou moins stoppées ou ralenties. » D’où l’idée d’installer, près des volcans les plus dangereux, une sorte de télescope à muons capable de réaliser une « radio » du monticule. C’est ce qu’ont tenté les chercheurs. Après une campagne sur l’Etna en juin 2010, ils ont amené, le mois suivant, leur instrument au pied de la Soufrière de Guadeloupe, produisant avec succès une image de sa structure. Mais en l’état, celle-ci n’était pas exploitable par les volcanologues. Pour obtenir un cliché 3D du volcan, ces derniersattendent, en effet, le déploiement de deux autres de ces dispositifs, le premier au printemps et le second cet été. 1. Il implique l’Institut de physique nucléaire de Lyon (CNRS/Université Claude-Bernard-Lyon-I/Pres Université de Lyon), l’Institut de physique du globe de Paris (CNRS/Pres Sorbonne Paris Cité) et l’unité Géosciences Rennes (CNRS/Université Rennes-I). Contacts : Institut de physique du globe de Paris Dominique Gibert > gibert@ipgp.fr Institut de physique nucléaire de Lyon Jacques Marteau > marteau@ipnl.in2p3.fr q Les chercheurs ont réalisé une « radio » du volcan de la Soufrière pour en déterminer la structure intérieure. © cnrs



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :