CNews n°2632 29 nov 2021
CNews n°2632 29 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2632 de 29 nov 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (595 x 815) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : variant omicron, faut-il s'inquiéter ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 GRAND ANGLE 4 N°2632 LUNDI 29 NOVEMBRE 2021 CNEWS.FR EPN/NEWSCOM/SIPA LE NOUVEAU VARIANT DU CORONAVIRUS SUSCITE DE VIVES INQUIÉTUDES LA MENACE D’OMICRON Trente-deux mutations ont été observées sur la souche par les scientifiques, dont certaines ont des effets inconnus. En pleine cinquième vague, l’arrivée d’une forme inédite pourrait fragiliser la stratégie de lutte mise en œuvre. Va-t-il supplanter Delta ? Détecté pour la première fois le 9 novembre dernier en Afrique du Sud, le nouveau variant, baptisé Omicron, a déjà traversé les frontières. Il a été retrouvé de Hong Kong au Malawi, en passant par la Belgique, l’Allemagne ou le Royaume-Uni. Concernant notre pays, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a indiqué hier qu’il était très probablement en circulation. Selon les premières constatations, cette mutation pourrait être plus transmissible et résistante aux vaccins. Classée très rapidement parmi les « variants préoccupants » par l’OMS, cette nouvelle souche inquiète d’autant plus que de nombreux pays font déjà face à une vague épidémique de grande ampleur. Des conséquences à déterminer Les scientifiques sud-africains ont annoncé leur découverte après avoir recensé 22 cas de ce nouveau variant. Selon les premières observations, Omicron présente trente-deux mutations sur la protéine Spike, clé d’entrée du virus dans l’organisme. D’après Santé publi - que France, les experts sud-africains ont constaté la présence de la mutation N501Y, connue et qui provoquerait une augmentation de la transmissibilité chez d’autres variants. Omicron possède également des mutations rares et dont on ne connaît pas encore les caractéristiques. « Les effets potentiels de chacune de ces mutations, mais également leur effet combiné sont à l’étude », a donc indiqué l’agence française de santé publique. Seul point positif  : les symptômes de ce variant seraient plus légers. En revanche, les scientifiques ont constaté un nombre plus important de réinfections de personnes déjà touchées que lors des vagues épidémiques précédentes, ce qui pourrait aussi aller dans le sens d’une moindre efficacité des vaccins actuels, mais cela doit encore être démontré. Sur CNEWS, le professeur Jean-François Saluzzo, consultant pour l’OMS, a toutefois rappelé que même s’il est arrivé en Europe, il n’est pas certain qu’Omicron se développe comme en Afrique du Sud, où seules 35% des personnes éligibles sont vaccinées. « Il va rencontrer des conditions tout à fait différentes. Il va se heurter à l’immunité vaccinale, et peut-être va-t-elle permettre de ne pas laisser s’imposer ce variant », a-t-il expliqué. De nombreuses précautions prises Olivier Véran a toutefois indiqué hier que « s’il arrive à circuler et à faire sa place dans des pays dans les lesquels il y a déjà une vague de variant Delta, qui est très contagieux, c’est que nous pouvons craindre que ce nouveau variant soit au moins aussi contagieux ». Pour détecter sa présence en France, « entre 6 000 et 12 000 » séquençages par semaine sont réalisés, selon le ministre, qui a affirmé que l’apparition de ce virus ne mènera pas à un renforcement des restrictions sanitaires « à court ou à moyen terme ». Le gouvernement a toutefois déjà annoncé l’isolement obligatoire des cas contacts de personnes infectées par Omicron, même si elles sont vaccinées, ce qui n’est pas le cas pour le variant DES VACCINS À ADAPTER ? J. CAIRNS/UNIVERSITY OF OXFORD AFP REPÈRES NOVEMBRE 2019. Le tout premier cas du « nouveau coronavirus » est détecté en Chine, qui déclenchera une pandémie mondiale quelques mois plus tard. DÉCEMBRE 2020. L’OMS classe deux variants « préoccupants » car plus contagieux, l’un originaire du Royaume-Uni (Alpha), l’autre d’Afrique du Sud (Bêta). JANVIER 2021. L’apparition d’un variant venu du Brésil (Gamma) inquiète les autorités sanitaires, et de nombreuses nations, dont la France, ferment leurs frontières avec le pays d’Amérique du Sud. AVRIL 2021. L’OMS annonce suivre de près un nouveau variant originaire d’Inde, car beaucoup plus contagieux. Baptisé Delta, il devient en quelques semaines dominant à l’échelle mondiale. Delta. Les liaisons aériennes avec l’Afri - que australe ont aussi été suspendues, au moins jusqu’à demain, sur recommandation de l’Union européenne. Une décision également prise par les Etats- Unis, tandis qu’Israël a fermé ses frontières à tous les ressortissants étrangers. Un tour de vis international, qui devrait durer tant qu’on n’aura pas percé tous les secrets d’Omicron. n L’INFO EN PLUS Omicron aurait dû s’appeler « Xi », mais cette lettre grecque a été écartée par l’OMS car c’est un nom répandu, notamment celui du président chinois. Face à Omicron, les laboratoires pharmaceutiques qui produisent des vaccins anti-Covid se sont déjà positionnés. « Moderna va rapidement développer un candidat vaccin pour une dose de rappel spécifique au variant », a annoncé la firme américaine au lendemain de l’annonce de sa découverte. Pfizer/BioNTech a indiqué étudier pour l’heure cette nouvelle souche, et doit confirmer d’ici à deux semaines si son vaccin actuel est assez efficace. L’Agence européenne du médicament trouve ces annonces « prématurées » et estime que l’on doit d’abord mieux connaître Omicron.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :