CNews n°2630 25 nov 2021
CNews n°2630 25 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2630 de 25 nov 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,0 Mo

  • Dans ce numéro : violences existes, femmes en danger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
WE-VIBE/TOYS/UNSPLASH C. SAIDI/SIPA LE CHEMSEX DANS LE VISEUR Une pratique à risque. Alertée par le monde associatif des dangers liés aux dérives du chemsex – qui définit « l’ensemble des pratiques mêlant sexe, le plus souvent en groupe, et la consommation de produits psychoactifs de synthèse » –, la municipalité parisienne a présenté hier un « plan d’information et de réduction des risques ». De fait, selon l’étude Sea, Sex and Chems dévoilée hier, le chemsex touche désormais un public plus varié qu’avant, avec 25% de personnes concernées qui ne sont pas des hommes homosexuels. Elle souligne également que les personnes qui le pratiquent sont plus enclines à sombrer dans l’addiction comportementale sexuelle (appelée hypersexualité) ou encore dans l’addiction aux substances psychoactives. Face à ce constat, la municipalité a imaginé un plan – déployé dès 2022 dans la capitale – qui vise, selon Jean-Luc Romero-Michel, l’adjoint parisien chargé de l’intégration et de la lutte contre les discriminations, « à mieux coordonner les actions des centres d’addictologie, de santé sexuelle, des associations, des hôpitaux et de la police ». Au programme donc, la création de lieux de prise en charge, le développement de l’accès à la réduction des risques et la formation de professionnels. Le plan prévoit en outre d’améliorer la communication et la prévention autour de ce sujet, et de mettre en place un réseau, notamment en créant « une instance publique spécifique » afin de coordonner les parcours de soins et favoriser la recherche. « La Ville se saisit du problème », se félicite Anne Souyris, l’adjointe parisienne chargée de la santé, qui souligne que cette pratique, même si elle « affecte majoritairement les hommes homosexuels », « touche toute la population ». « Il faut en finir avec le tabou stigmatisant et avoir le courage de la réduction des risques », conclut-elle. n GRAND PARIS 10 N°2630 JEUDI 25 NOVEMBRE 2021 CNEWS.FR Pierre-Olivier Beckers, président de la commission de coordination des JO de Paris 2024, hier. 75 Jusqu’à présent tout ce qu’on entend nous permet de croire que la cérémonie [d’ouverture des JO sur la Seine] peut se tenir, ce qui serait une grande première. La prise de drogues de synthèse durant l’acte sexuel inquiète les autorités. En bref CRACK  : 733 PERSONNES INTERPELLÉES DEPUIS LE DÉBUT DE L’ANNÉE Un total de 733 personnes ont été interpellées – 343 pour trafic de crack et 390 pour consommation – à Paris et en proche banlieue, sur les dix premiers mois de l’année, a indiqué hier la préfecture de police de Paris. En parallèle, près de 4 300 grammes ont été saisis et 12 cuisines de crack ont été démantelées. SAINT-DENIS  : EXPLOSION ACCIDENTELLE SUR UN CHANTIER Entendue dans un large périmètre à Saint-Denis (93), une explosion accidentelle est survenue hier matin à l’intérieur d’un véhicule utilitaire garé sur un chantier, dans lequel se trouvaient des bouteilles de gaz. Elle n’a fait aucun blessé, mais une dizaine de pompiers ont été dépêchés sur place. PARIS  : CARREFOUR TESTE UN MAGASIN SANS CAISSIER NI CAISSE Le groupe Carrefour expérimente à partir d’aujourd’hui un nouveau concept baptisé « Carrefour Flash 10/10 » et installé dans un petit magasin de 50 m² dans le 11e. Le principe ? Pas de caissier ni de caisse. Pour payer, il suffit de se présenter devant une tablette, de valider son panier et de régler sa note en paiement sans contact. 43% DES FEMMES déjà victimes de violences dans les transports en commun franciliens affirment ne « pas avoir d’autre solution » pour se déplacer, a rappelé l’IPR hier. UN PLAN A ÉTÉ PRÉSENTÉ HIER TAGS INSULTANTS L’INFO EN PLUS Une dizaine de drogues sont utilisées dans le cadre du chemsex, telles que le GHB, la cocaïne, la kétamine, le crystal meth ou encore le poppers. LA POLICE SE DÉFEND Des menaces au quotidien. Ces derniers jours, la préfecture de police de Paris a annoncé porter plainte pas moins de six fois, après la découverte de tags anti-police à Savigny-le Temple (77), Clichy-sous-Bois (93) ou encore Nanterre (92). Une insulte, parfois une attaque personnelle  : si la méthode ne date pas d’hier, le dépôt de plainte est devenu systématique face à ces inscriptions récurrentes. A tel point que le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, s’était déplacé en personne à Savigny Les agents sont la cible privilégiée. pour dénoncer des actes « inacceptables ». « Chaque jour de l’année ne serait pas suffisant pour les dénoncer », écrivait sur Twitter le syndicat Alliance, en octobre. Pour autant, si plus de 750 policiers ont déjà fait appel à la plate-forme d’écoute et d’appui pour ceux qui s’estiment « victimes » de ces attaques depuis août 2020, la plupart d’entre eux relativisent la portée de ces messages, évoquant une « intimidation » plutôt qu’une réelle menace de passage à l’acte. n LA QUALITÉ DE L’AIR AUJOURD’HUI Indice de la qualité de l’air Bon Moyen Dégradé Mauvais Très mauvais Extrêmement mauvais E. POL/SIPA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :