CNews n°2625 17 nov 2021
CNews n°2625 17 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2625 de 17 nov 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (595 x 815) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,0 Mo

  • Dans ce numéro : peut-on éviter la cinquième vague de covid-19 ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 GRAND ANGLE 6 N°2625 MERCREDI 17 17 NOVEMBRE 2021 CNEWS.FR F. DIDES/SIPA LE PAYS SOUS TENSION FACE AU REBOND DE L’ÉPIDÉMIE EN EUROPE UNE VAGUE INÉVITABLE ? Les hospitalisations en soins critiques ont augmenté de 10% ces derniers jours, signe que la situation se dégrade. Confrontée à des chiffres inquiétants, la France refuse de céder à la panique et demande à redoubler d’efforts. Une menace prise au sérieux. Alors que de nombreux pays européens sont durement touchés par la cinquième vague épidémique, l’Hexagone semble encore relativement épargné. L’Union européenne a en effet expliqué que la situation était « très inquiétante » dans une dizaine de pays, comme les Pays-Bas, la Belgique ou encore la Bulgarie. Dix autres pays ont été catégorisés comme « inquiétants », à l’instar de l’Allemagne et de l’Autriche. Reconfinements, généralisation du télétravail… Les gouvernements du Vieux Continent sont donc sur les dents pour éviter une reprise massive de l’épidémie, poussant la France à redoubler d’efforts si elle veut éviter de vivre le même scénario très prochainement. Des indicateurs à surveiller L’heure n’est pas encore à de telles réglementations dans l’Hexagone, mais les chiffres montrent que l’épidémie reprend progressivement de la vigueur. Le nombre de cas positifs est en effet en hausse constante depuis début novembre. Le taux d’incidence, par exemple, est repassé au-dessus de 100 pour la première fois depuis deux mois alors que le seuil d’alerte est de 50. De plus, les hospitalisations en soins critiques ont augmenté de 10% par rapport à la semaine dernière (concernant avant tout les personnes non vaccinées). S’il est encore trop tôt pour parler de véritable vague épidémique, au même titre que les quatre premières, il est donc évident que la situation sanitaire se dégrade dans le pays. « La circulation concerne tout le monde, que ce soit les vaccinés ou les non-vaccinés », a expliqué sur CNEWS l’épidémiologiste Martin Blachier, rappelant qu’avoir reçu ses deux ou trois doses n’empêche pas de tomber malade, ni de transmettre le virus, mais protège contre les formes les plus graves. Selon lui, la dégradation est avant tout causée par la saison hivernale, et devrait se poursuivre. La faute notamment aux habitudes des Français, qui privilégient de plus en plus les lieux clos et non ventilés, ce qui favorise la circulation du virus. Bien aérer les pièces de vie ou encore respecter les gestes barrières sera donc particulièrement important en cette période de l’année où le froid s’installe. Des motifs d’espoir Pour se défendre, la France mise sur la vigilance. Le pays s’est doté, contrairement à d’autres, d’un arsenal de mesures pour lutter en amont. Ainsi, 74% des Français ont complété leur schéma vaccinal, ce qui devrait limiter le nombre d’hospitalisations malgré le nombre de malades en hausse, comme le confirme un bulletin publié la semaine dernière par Santé publique France. A cela s’ajoute le lancement de la campagne pour l’injection d’une troisième dose qui s’ouvrira pour les 50-64 ans dès le 1er décembre, dans le but de protéger durablement contre le Covid-19. D’autres mesures sont récemment venues renforcer l’arsenal contre la maladie, à savoir la prolongation du pass sanitaire jusqu’à LES PLUS PETITS VACCINÉS ? A.H. WALKER/SHUTTERSTOCK/SIPA REPÈRES 24 JANVIER 2020. Les trois premiers cas de Covid sont recensés par le ministère de la Santé chez un Français et deux touristes chinois qui avaient séjourné à Wuhan. 16 MARS. Emmanuel Macron annonce le début du premier confinement dans le pays. 3 MAI. Après près de deux mois, la France se déconfine pour la première fois grâce à de bons chiffres concernant les contaminations. 27 DÉCEMBRE. Mauricette, 78 ans, est devenue la première personne vaccinée contre le coronavirus en France. 9 JUIN 2021. Le pass sanitaire entre en vigueur sur le territoire français. Il devient obligatoire deux mois plus tard pour les restaurants ou encore les lieux culturels. l’été 2022, ou encore le port du masque dans les écoles, à nouveau obligatoire depuis lundi. Et le gouvernement ne souhaite écarter aucune solution. Son porteparole, Gabriel Attal, a ainsi expliqué sur France 2 qu’il n’excluait pas un recours au confinement si besoin, bien que ce scénario ne soit pas encore sur la table. En espérant que les mesures citées plus haut éviteront d’en arriver là. n L’INFO EN PLUS Une maison close de Vienne, en Autriche, propose de se faire vacciner contre trente minutes dans un sauna en « bonne compagnie ». Cuba, Israël, Etats-Unis… Petit à petit, quelques pays commencent à autoriser la vaccination pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, afin d’augmenter toujours plus la couverture vaccinale dans la population. En France, cependant, l’heure n’est pas encore à cette décision. Interrogé par Ouest France hier, Olivier Véran a assuré que le gouvernement attendrait l’avis de l’Autorité européenne du médicament, « qui devrait statuer en décembre ». Aucun changement concernant la vaccination des enfants ne devrait donc intervenir avant le début d’année prochaine.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :