CNews n°2614 6 oct 2021
CNews n°2614 6 oct 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2614 de 6 oct 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (595 x 815) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : le port du masque encore nécessaire ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 GRAND ANGLE 6 N°2614 MERCREDI 6 OCTOBRE 2021 CNEWS.FR M. EULER/AP/SIPA L’IDÉE FAIT DÉBAT, ALORS QUE LA MESURE EST ALLÉGÉE DANS CERTAINS CAS UN MASQUE EN QUESTION Indispensable pour les uns, liberticide pour les autres, l’accessoire fait partie de notre vie depuis plus d’un an. Le recul de la pandémie se confirme et incite certains à défendre l’abandon du dispositif, mais l’Etat reste prudent. Bas les masques ? Sur la majeure partie du territoire, la France connaît une accalmie épidémique, qui se traduit par une baisse de l’incidence, des hospitalisations et des décès. Additionnée à l’avancée du taux de vaccination de la population, cette embellie a entraîné l’assouplissement de certaines restrictions sanitaires et notamment de l’une des plus symboliques  : le port du mas - que dans certaines conditions et certains territoires. Aujourd’hui, la question de son maintien, alors que l’accessoire est obligatoire dans les lieux publics clos depuis le 20 juillet 2020, est au cœur du débat. Indispensable ou liberticide, le masque divise. Une restriction qui divise Depuis ce lundi, les élèves du primaire de 47 départements, ceux où le virus circule le moins, ont pu se présenter dans leurs établissements sans masque. A noter que les personnels des écoles et les collégiens doivent, eux, le conserver. Le jour même, le ministre de la Santé Olivier Véran a confirmé que l’allègement du pass sanitaire serait bien au menu du Conseil de défense qui se tient aujourd’hui. Après consultation du Conseil scientifique, le gouvernement souhaite étudier de près la possibilité de desserrer l’étau des restrictions. Parmi elles, le masque se situe en bonne place et des communes n’ont pas attendu les décisions de l’Elysée avant de lever l’obligation de port du masque en extérieur, y compris sur les marchés. D’autres, comme celle de Bordeaux depuis le 1er octobre, ne le rendent plus obligatoire dans les bars. Des mesures saluées par Antoine Flahault, professeur de santé publique et directeur de l’Institut de santé globale de l’université de Genève (Suisse)  : « Dans les régions où le virus circule peu, il n’y a pas beaucoup d’intérêt supplémentaire de protection ou de réduction de risque, donc en effet on peut l’enlever. » Si l’épidémie poursuit sa décroissance, la question du port du masque en intérieur pourrait donc rapidement arriver sur le bureau. Les Français semblent l’espérer. Dans un sondage réalisé par Ispos-Sopra, et publié lundi, 74% des personnes interrogées ont confié leur souhait de ne plus le porter au sein de leur entreprise. La vigilance est de mise Malgré tout, « la situation n’est pas si bonne que ça », alerte Catherine Hill, épidémiologiste à l’Institut Gustave-Roussy (Villejuif). En effet, il y a encore 44 morts en moyenne chaque jour et la vaccination stagne, notamment chez les 80 ans et plus, où on retrouve 14% de non vaccinés. Pour elle, il est nécessaire de garder les restrictions afin « d’inciter les gens à aller se faire vacciner » et de « continuer cette pression ». Pour la biostasticienne, lever le port du masque dans certaines villes n’est pas judicieux, car « les gens circulent, et le virus avec eux. Il n’y a pas de frontière entre les villes et les départements ». S’il n’est pas aussi réticent à l’idée de lever le port du masque, Antoine Flahault aurait plutôt REPÈRES LE FIASCO DU MADE IN FRANCE R. BLOCH/SIPA 31 MARS 2020. Emmanuel Macron annonce vouloir relancer la filière française de production de masques. 20 JUILLET. Le port du masque devient obligatoire dans les lieux publics clos. 1 ER SEPTEMBRE. Le port du mas - que est obligatoire pour les élèves de plus de 11 ans, en intérieur comme en extérieur. 17 JUIN 2021. L’obligation générale du port du masque en extérieur est levée. Toutefois, un traitement local pour la gestion de cette mesure est de rigueur. 4 OCTOBRE. Le port du masque n’est plus obligatoire dans les écoles primaires de 47 départements. Il reste obligatoire pour le personnel. retiré cette protection en dernier chez les primaires, car ce sont « les plus vulnérables de la société, le seul segment pas du tout vacciné ». Enfin, l’approche de l’hiver, et ses regroupements en intérieur, suscite aussi des craintes. Elles sont « justifiées » pour Antoine Flahault, qui préfère toutefois se concentrer sur les critères sanitaires actuels. Reste à voir si le gouvernement en fera de même. n L’INFO EN PLUS Durant l’année 2020, la France a importé plus de 126 000 tonnes de masques de protection. Cela a coûté 5,87 milliards d’euros. Les entreprises françaises qui confectionnent des masques tirent la langue. Appelées à développer la fabrication de masques pour faire face à la demande causée par la crise sanitaire, des sociétés avaient répondu à l’appel du président de la République afin de ne plus être soumis aux masques chinois. Mais faute de commandes, notamment publiques, et face à des prix chinois plus attractifs, plusieurs sociétés françaises sont au bord de la rupture. Selon le Syndicat des fabricants français de masques, 97% des achats étaient orientés vers l’Asie au premier semestre 2021.
Uniqlo débarque àItalieDeux ! Accès direct depuis l’avenue d’Italie (entrée C) CENTRE COMMERCIAL OUVERT 7J/7 PLACED’ITALIE,PARIS13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :