CNews n°2613 1er oct 2021
CNews n°2613 1er oct 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2613 de 1er oct 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (595 x 815) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 9,0 Mo

  • Dans ce numéro : assurance chomage, tout ce qui change.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 GRAND ANGLE 6 N°2613 VENDREDI 1 er 1ER OCTOBRE 2021 CNEWS.FR © P. HUGUEN/AFP LA RÉFORME CONTROVERSÉE DU CALCUL DES INDEMNITÉS EN VIGUEUR UN CHÔMAGE REMODELÉ Selon un calcul de l’Unédic, 41 % des demandeurs devraient toucher un montant moins élevé, de 17 % en moyenne. La mesure mise en place par l’exécutif va modifier en profondeur le montant et la durée des allocations perçues. Des changements redoutés. Après un parcours laborieux fait de négociations interrompues et de recours juridiques, le texte actant les nouvelles règles de calcul de l’assurance chômage entre en vigueur aujourd’hui. Cette mesure phare de la réforme de l’assurance chômage, annoncée par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle de 2017, avait été suspendue en juin par le Conseil d’Etat à cause des «incertitudes [qui pesaient] sur la situation économique». Mais, aujourd’hui, le ministère du Travail estime que le moment est venu. Tous les nouveaux inscrits à Pôle Emploi vont donc étrenner leur lot de changements. Des baisses pour certains La modification la plus marquante concerne le mode de calcul du salaire journalier de référence. Ce dernier, qui sert à déterminer le montant de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE), était jusqu’ici issu de la division du salaire total perçu par le nombre de jours travaillés au cours de la période de référence, soit douze mois. Désormais, ces revenus seront divisés par l’ensemble des jours écoulés entre le premier et le dernier jour d’emploi, travaillés ou non, sur une période de référence de 24 mois. Concrètement, cela signifie que le même salaire sera divisé par un plus grand nombre de jours, y compris pour ceux qui n’ont pas travaillé de manière continue, ce qui peut entraîner une baisse de l’indemnisation. En parallèle, la durée de cette dernière est allongée, à quatorze mois en moyenne au lieu de onze. Sachant que, dans les faits, la majorité des chômeurs trouvent un emploi avant d’épuiser leurs droits. En avril, l’Unédic, qui pilote le système d’indemnisation, a révélé une étude estimant que 41 % de ceux qui ouvriront des droits dans l’année suivant la mise en place de la réforme toucheront une allocation plus faible, de 17 % en moyenne. Cela représente 1,15 million de personnes. Le gouvernement affirme que ces chiffres ne tiennent pas compte de l’amélioration récente de la conjoncture et insiste sur la nécessité de désendetter l’Unédic. Elisabeth Borne défend par ailleurs une réforme visant à «lutter contre le recours excessif aux contrats courts» qui ont «explosé de 250 % en quinze ans». Un «parti pris idéologique» ? Ce discours ne convainc pas les syndicats, qui dénoncent une mesure pénalisante pour les salariés alternant période d’emploi et de chômage. La CGT, FO, la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC ont notamment fait part de leur intention d’attaquer le texte devant le Conseil d’Etat. Une centaine d’économistes, dont Thomas Piketty et Aurélie Trouvé, s’opposent eux aussi «fermement à la mise en œuvre de cette réforme» dans une tribune publiée hier par Le Monde. Citant différents travaux sur le sujet, ils rappellent que «seuls 40 % des demandeurs d’emploi perçoivent une allocation chômage», et que celle-ci est obligatoirement inférieure au salaire antérieur. L’argument selon lequel les chômeurs UNE SÉCURITÉ RENFORCÉE © L. BONAVENTURE/AFP REPÈRES 1 ER NOVEMBRE 2019. Entrée en vigueur des premières mesures de réforme de l’assurance chômage. Les conditions pour percevoir une indemnisation sont notamment durcies de 4 à 6 mois de travail. 16 MARS 2020. Une deuxième batterie de mesures, initialement prévue pour le 1 er avril, est reportée une première fois au 1 er septembre, à cause de la crise sanitaire. 25 NOVEMBRE 2020. Saisi par les syndicats, le Conseil d’Etat annule les nouvelles règles de calcul de l’ARE car elles constituent une atteinte au «principe d’égalité». 1 ER DÉCEMBRE 2021. Date attendue d’un autre durcissement des règles, cette fois-ci sur l’ouverture des droits et la dégressivité de l’allocation chômage. «gagnent plus quand ils sont au chômage qu’en travaillant» est donc invalide et ce décret vient, d’après eux, «fortement diminuer les droits» des demandeurs d’emploi, «dans un contexte de crise sans précédent». Qualifiant cette réforme de «parti pris idéologique», ces économistes la jugent non seulement «inefficace», mais aussi «injuste et punitive». n L’INFO EN PLUS La première convention d’assurance chômage a été signée par le patronat et des syndicats en octobre 1958, sous l’impulsion du général de Gaulle. Pôle Emploi craint de voir ses agents agressés par des allocataires mécontents. En Ile-de-France, un «plan sécurité» a même été mis en place. Selon France Inter, 695 bracelets d’alerte et une centaine de boîtiers permettant de signaler une agression ont été commandés, notamment pour la Seine-Saint-Denis et Paris, où des caméras de vidéosurveillance sont déjà en place. Rien de tel n’a été annoncé au niveau national, mais des «éléments de communication» ont été transmis aux agents pour leur permettre de répondre efficacement aux questions des usagers.
IMPREVISIBLES, RARES, GRAVES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :