CNews n°2603 3 sep 2021
CNews n°2603 3 sep 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2603 de 3 sep 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (595 x 815) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : le féleau sans fin de l'insécurité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 GRAND ANGLE 8 N°2603 VENDREDI 3 SEPTEMBRE 2021 CNEWS.FR C. MAHOUDEAU/AFP LES ACTES DE VIOLENCE SE SUCCÈDENT ET AGITENT LA SPHÈRE POLITIQUE L’ÉTAT FACE À L’INSÉCURITÉ Dans certains quartiers sensibles, les forces de l’ordre font face à des situations critiques et manquent de moyens. A Marseille comme ailleurs, la question est plus que sensible à quelques mois de la prochaine élection présidentielle. Elle devait être un thème parmi les autres, mais a finalement éclipsé tout le reste. L’insécurité a ainsi été le sujet numéro 1 du déplacement d’Emmanuel Macron à Marseille, ces derniers jours. Visite dans les quartiers Nord, prise de parole dans un commissariat, annonces en faveur des forces de l’ordre, le président de la République est passé à l’offensive. Une volonté politique, à l’heure où les actes de violence quotidiens empoisonnent la vie des Français et tiendront à coup sûr un rôle majeur dans la campagne présidentielle. Des problèmes à gérer au quotidien Le déplacement à Marseille a permis au chef de l’Etat de souligner des problématiques brûlantes que connaissent, à différentes échelles, toutes les grandes villes de France. Règlements de comptes, effets délétères du trafic de drogue pour la sécurité des habitants, agressions, climat de terreur pour favoriser le fonctionnement des points de deal… La situation est critique dans certains quartiers sensibles. Pour tenter d’y faire face, le chef de l’Etat a annoncé des renforts d’effectifs (300 policiers en trois ans) à Marseille, mais aussi un équipement de meilleure qualité et le développement de la vidéoprotection. Des mesures qui pourraient être prises ailleurs, là où le besoin se fait sentir. Car si la drogue a été désignée comme le problème « numéro un » du sentiment d’insécurité (c’est le cas par exemple des riverains du parc Eole, à Paris, haut lieu de consommation de crack), d’autres fléaux existent également. On peut par exemple citer aussi les « rodéos sauvages », qui touchent grandes et petites agglomérations. Sur des motos, des quads ou parfois même en voiture, les jeunes délinquants multiplient les comportements dangereux, tout en narguant les forces de l’ordre. Les cas de personnes tuées ou blessées sont nombreux et les interventions policières se terminent souvent par des courses-poursuites à haut risque. Une autre problématique pourrait refaire surface avec la rentrée scolaire, celle des rixes entre bandes rivales. Trouvant parfois leurs racines dans des altercations à la sortie des collèges ou des lycées, ces agressions ultraviolentes ont été un véritable problème l’an dernier, qui inquiète toujours les autorités. Un enjeu fort pour 2022 Le président Macron et le gouvernement, comme d’autres avant eux, sont particulièrement attentifs à la montée du sentiment d’insécurité. Il fait peu de doute que le thème jouera un rôle déterminant dans la campagne présidentielle qui commence, jusqu’au scrutin du mois d’avril prochain. Mais la confiance des Français en l’exécutif pour combattre cette violence n’est pas au plus haut. En effet, selon un sondage CSA pour CNEWS paru mercredi, 65% des Français indiquent ne pas faire confiance au président pour améliorer la situation sécuritaire à Marseille. Ses adversaires politiques l’ont bien compris et ont fait de ce manque d’autorité un angle d’attaque privilégié. UN BEAUVAU À CLÔTURER S. LE TELLEC/SIPA EN CHIFFRES 4 000 POINTS DE DEAL sont actuellement répertoriés sur l’ensemble du territoire. 60 MORTS et 250 blessés ont été liés à des règlements de comptes pour la drogue en 2020. 863 HOMICIDES ont été commis en France l’an dernier, dont sept par acte terroriste. La classe d’âge 18-29 ans est surreprésentée, selon l’Intérieur. 260 500 FAITS de coups et blessures volontaires ont été constatés par les forces de l’ordre en 2020, dont la moitié étaient des violences intrafamiliales. 350 000 AGRESSIONS ont été recensées entre janvier et juin 2021. 57 TONNES de cannabis ont été saisies lors des six premiers mois de cette année. Le Rassemblement national, via Jordan Bardella, s’en est pris à la stratégie de l’exécutif, demandant plus de fermeté dans les peines et l’abaissement de la majorité pénale en dessous de 16 ans. Michel Barnier, candidat à la primaire de droite, estime lui qu’une répression sévère doit être appliquée dès les premiers délits. Preuve que la bataille autour de la sécurité est déjà lancée. n L’INFO EN PLUS Un arrêté royal de 1846 classait pour la première fois des « substances vénéneuses » dont il fallait limiter la vente  : arsenic, opium et morphine. L’agenda sécuritaire d’Emmanuel Macron se poursuivra mi-septembre avec la conclusion du Beauvau de la sécurité, qu’il doit clôturer en personne. Lors des différentes tables rondes entre représentants des forces de l’ordre, élus, experts et ministres, plusieurs « promesses » ont été faites. Elles concernent notamment un nouveau schéma du maintien de l’ordre lors des manifestations, une meilleure formation, initiale et continue, des agents, ou encore l’assurance que la justice les protège davantage face aux agressions dont ils sont victimes sur le terrain.
usinescenter.fr RCS 502 771 975 - Illustration  : Olivier Chevillon -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :