CNews n°2578 12 fév 2021
CNews n°2578 12 fév 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2578 de 12 fév 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (595 x 815) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : des soignants en souffrance.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 GRAND ANGLE 6 N°2578 VENDREDI 12 12 FEVRIER FÉVRIER 2021 CNEWS.FR U. AMEZ/SIPA L’USURE S’INSTALLE APRÈS DES MOIS DE LUTTE CONTRE L’ÉPIDÉMIE DE COVID SOIGNANTS EN DÉTRESSE Manque de personnel, manque de lits, de moyens… La crise sanitaire aggrave les problèmes du système de santé. Sur le pied de guerre depuis un an, le personnel hospitalier est désormais surmené et lance un cri d’alarme. Pour eux, la pandémie s’est transformée en une course de fond. Depuis des mois, chaque jour, les soignants sont mis à l’épreuve. Actuellement, la situation épidémique en France connaît un plateau, marqué par des indicateurs élevés et plutôt constants. Pour le gouvernement, cela permet d’éviter, ou de retarder, un nouveau confinement. Pour le personnel, en revanche, c’est le travail à flux tendu qui continue à un rythme effréné. Un quotidien sans répit, mais pas sans conséquence. Une enquête menée par le collectif Santé en danger, entre le 26 novembre et le 10 janvier, révèle que sur 1 877 professionnels interrogés, 74% estiment que la crise du Covid-19 a aggravé la dégradation de leurs conditions de travail. Un mal-être au travail en hausse La grande majorité (97,3%) d’entre eux témoignent d’une augmentation conséquente de la souffrance professionnelle depuis qu’ils ont commencé à exercer. Parmi eux, un sur cinq fait même état d’une hausse « extrême » du mal-être au travail. Résultat  : plus d’un tiers des personnes interrogées sont actuellement sous traitement et 39% d’entre elles se sont vu prescrire un arrêt de travail. Un appel à la mobilisation, lancé par l’intersyndicale le 21 janvier, dénonçait pêle-mêle le manque de personnel, de lits, de moyens et l’augmentation des cadences. Autant de problématiques contres lesquelles le secteur tirait déjà le signal d’alarme avant la crise. La pandémie et le surcroît d’activité qu’elle engendre sont donc venus élargir les failles du système. Pour faire face, les hôpitaux jonglent comme ils peuvent. Par exemple, les urgences de l’Hôtel-Dieu à Paris ont fermé, le 1er février. Les équipes ont été redirigées pour renforcer l’accueil des malades du Covid-19 aux urgences de l’hôpital Cochin, dont les personnels sont euxmêmes redéployés dans les services de soins intensifs et de réanimation. « Depuis début octobre, nous sommes à flux tendu de patients et à flux tendu de travail », alerte le Pr Yves Cohen, chef du service de réanimation de l’hôpital Avicenne, à Bobigny. Il explique que le nombre de cas de Covid-19 dans son service a été « multiplié par trois » les semaines précédentes, l’obligeant à ouvrir une aile supplémentaire. Et si les malades affluent, les effectifs restent les mêmes, alors que les soignants voient, avec angoisse, la menace des variants enfler. L’« inéluctable » variant anglais Le directeur médical de crise de l’AP-HP, Bruno Riou, estime notamment que la prédominance du variant anglais, responsable de 20 à 25% des infections en France, selon les chiffres dévoilés hier par Olivier Véran, est « inéluctable ». Il craint que cela entraîne un rebond violent de l’épidémie. Un scénario qui présente des similitudes avec la situation que vit Dunkerque actuellement. Dans la ville du Nord, le variant anglais est très REPÈRES DES TESTS SALIVAIRES DÉPLOYÉS P.GUYOT/AFP MARS 2020. Lors du premier confinement, les Français, pour beaucoup, prennent l’habitude d’applaudir les soignants depuis leurs fenêtres pour les remercier de leur travail. MAI 2020. Emmanuel Macron déclare vouloir récompenser l’engagement des soignants avec une médaille. Une annonce accueillie froidement par la profession. JUIN 2020. Le versement d’une prime exceptionnelle pour les soignants, allant de 500 à 1 500 euros, est officiellement décrété. JUILLET 2020. Les accords du Ségur de la santé prévoient une hausse de salaire de 183 euros net mensuels, dont sont exclus dans un premier temps les agents des secteurs médico-sociaux. présent, avec un taux de pénétration six fois supérieur à la moyenne nationale. L’hôpital local a atteint son seuil d’alerte et est désormais contraint de transférer certains patients ailleurs dans la région. Pour éviter que cela ne se généralise, Bruno Riou incite à envisager des mesures plus drastiques et même à « ne plus avoir peur d’un confinement total » qu’il juge nécessaire. n L’INFO EN PLUS Culminant à 218,5 millions d’euros, les dons liés au crowdfunding ont plus que doublé en 2020, boostés par le soutien aux soignants. Quotidiennement au chevet des malades, les soignants sont particulièrement exposés au coronavirus et doivent se faire tester régulièrement. Hier, la Haute autorité de santé a donné son feu vert pour le déploiement de tests salivaires à destination des publics soumis à ce genre de dépistage répété, soignants y compris. Ils pourront y avoir recours même s’ils ne présentent pas de symptômes, et auront la possibilité de prélever eux-mêmes leur salive, avant de la faire analyser en laboratoire. Le même dispositif sera déployé dans les écoles et universités.
GRAND PARIS CNEWS.FR N°2578 VENDREDI 12 FÉVRIER FEVRIER 2021 7 BIO/SIPA M. ALLILI/SIPA 7 600 Qu’on crée des attracteurs urbains loin du centre. Ce qui est important dans CAPTEURS le Grand Paris, c’est que l’on puisse avoir de pollution seront installés sur des bâtiments, des d’autres images que l’île Saint-Louis. véhicules et des vélos de la Poste, pour mesurer la qualité de l’air en Ile-de-France, a-t-on appris hier. 95 PROJET D’AMÉNAGEMENT DE L’AÉROPORT ROISSY SANS TERMINAL 4 Jugée « obsolète », la construction du terminal T4 à l’aéroport de Roissy- Charles-de-Gaulle a été annulée hier par le gouvernement. Cette extension de plus de 160 hectares devait être livrée en 2037, afin de faire face à l’afflux des 40 millions de voyageurs supplémentaires par an dans les prochaines années. Une estimation haute, basée sur des perspectives de forte croissance du trafic La structure était prévue sur 160 ha. aérien. Mais c’était avant que la crise du Covid ne déferle. Désormais, le gouvernement demande au groupe Aéroports thèse d’un futur renforcement des capa- porte ouverte qui n’écarte pas l’hypo- de Paris de présenter un nouveau projet cités de l’aéroport, selon les opposants. « plus cohérent avec ses objectifs de « Nous allons rester très vigilants, jus - lutte contre le changement climatique et qu’au bout », a prévenu le directeur général de Greenpeace France. n de protection de l’environnement ». Une citoyenne « sous dix jours ». Chez LREM, le nouveau candidat, Laurent Saint-Martin, semble encore prendre ses marques. Désigné en remplacement de Jean-Michel Blanquer, il a rassemblé sur Zoom plusieurs centaines de marcheurs franciliens la semaine dernière pour amorcer sa campagne. De son côté, la sortante Valérie Pécresse continue d’occuper son costume de présidente. « Elle est encore à la tâche. En pleine crise, il est hors de question pour elle de mettre en pause l’action de la région », selon son entourage. Enfin, seul le RN semble encore immobile. Evoquée depuis plusieurs mois, la candidature du vice-président, Jordan Bardella, tarde à se concrétiser. n Bretz, Duvivier, Fama, Leolux, Neology, RalphM, Steiner... Le Tout-Design tient salon à l’Espace Topper. INDICE DE POLLUTION 33 Roland Castro, architecte et urbaniste, hier dans « Le Parisien ». LES CANDIDATS À L’OFFENSIVE LES RÉGIONALES S’ACCÉLÈRENT Les différentes formations commencent peu à peu à lancer leurs campagnes. A quatre mois du scrutin, prévu les 13 et 20 juin, l’heure des grandes manœuvres est venue. Après avoir enre - gistré le soutien des communistes, Clémentine Autain, la tête de liste LFI, a lancé sa campagne hier soir, lors d’un événement retransmis sur Facebook, YouTube et Twitter. La veille, c’était l’écologiste Julien Bayou qui avait officialisé un renfort de poids  : celui de Benoît Hamon. L’ex-candidat PS à la présidentielle sera numéro 2 sur la liste verte dans les Yvelines. Quant à Audrey Pulvar, l’adjointe à l’agriculture d’Anne Hidalgo, elle multiplie les déplacements hors de Paris. Notamment soutenue par le PS, elle lancera sa plate-forme participative LA QUALITÉ DE L’AIR AUJOURD’HUI 0 25 50 75 >100 OFFRES TRENDY * J. WITT/SIPA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :