CNews n°2574 28 jan 2021
CNews n°2574 28 jan 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2574 de 28 jan 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (595 x 815) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,1 Mo

  • Dans ce numéro : le casse-tête du reconfinement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 IMMOBILIER 12 N°2574 JEUDI 28 JANVIER 2021 CNEWS.FR BARNES N°2574 JEUDI 28 JANVIER 2021 CNEWS.FR UN NOUVEAU RECORD DE COLLECTE POUR UN PLACEMENT MÉCONNU LE SUCCÈS DU CROWDFUNDING Le financement participatif immobilier semble sortir indemne de l’année 2020. D’après le baromètre Fundimmo qui vient d’être publié, ce secteur affiche une santé insolente alors que l’économie pâtit de la crise sanitaire. Au total, 505 millions d’euros ont été collectés, soit +35% par rapport à l’année précédente. A l’heure où le Livret A est rémunéré 0,5% par an, ce placement présente un taux moyen de 9,3%. Tous les voyants semblent donc au vert, y compris celui du taux de défaut de remboursement, qui tombe à 0,16%. « La démocratisation du crowdfunding immobilier va se poursuivre et l’ensemble des acteurs ont un rôle à jouer pour en faire la pédagogie, et apporter les bons conseils aux investisseurs », commente Jérémie Benmoussa, président du directoire de Fundimmo. Le placement s’adresse toutefois aux investisseurs avertis, dans la mesure où une perte de capital est possible. Une nouvelle offre, cette fois sans risque de perte, doit voir le jour. n T. SAMSON/AFP La pierre haut de gamme ne semble pas souffrir de la crise sanitaire. D’après les données des deux plus gros acteurs du marché, Barnes et Daniel Féau, les ventes ont observé un léger recul à Paris ainsi qu'une stabilisation des prix après des années de hausse, mais pas de quoi faire plonger le marché. « Au final, malgré trois mois L’ensemble des projets financés en 2020 représente 505 millions d’euros récoltés par les différentes plates-formes. BOULOGNE Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), la ville francilienne la plus peuplée après Paris, est la deuxième ville la plus chère de France, d’après le baromètre LPI-SeLoger. En effet, le prix au mètre carré augmente de 4,3% pour atteindre 9 063 euros. LA PROVINCE PROFITE D’UN REGAIN D’INTÉRÊT LA PIERRE DE LUXE A RÉSISTÉ Les acheteurs français sont revenus. d'arrêt presque total des transactions, les résultats sont étonnants. Il semble que la crise Covid a motivé spécialement les acheteurs français à se ruer sur l'immobilier de prestige avec deux motivations principales  : améliorer leur qualité de vie et en même temps profiter de l'immobilier comme valeur refuge », explique Alexander Kraft, PDG de Sotheby's International Realty France - Monaco. La province semble avoir profité d’un regain d’intérêt, notamment dans des villes déjà prisées par les ménages aisés comme Biarritz ou Deauville. La clientèle étrangère, bloquée par les restrictions sanitaires, s’est tenue à l’écart de ce marché qui concerne les biens de plus d’un million d’euros. Les professionnels parient sur un retour en fanfare de cette clientèle dès que la problématique sanitaire sera réglée. n En bref TOULOUSE Le pouvoir d’achat fond comme neige au soleil dans la Ville rose. D’après une étude Meilleurs Agents, un jeune acheteur touchant un salaire mensuel de 1 660 euros pouvait s’offrir un 62 m² en 2000 contre 35 m² aujourd’hui. PLAFONNEMENT DES LOYERS  : CENTURY 21 VISÉ PAR UNE PLAINTE CLCV, l'association de défense des consommateurs, a porté plainte contre le réseau immobilier Century 21. Elle l’accuse de publier des annonces pour des biens situés à Paris qui ne respectent pas le plafonnement des loyers en vigueur. PRIX EN BERNE DANS LES STATIONS DE SKI Frappées par l’interdiction d’ouvrir les remontées mécaniques, les stations de ski voient leur cote s’effriter. SeLoger constate qu'aux Arcs, en Savoie, les prix accusent une forte baisse, soit 12% de moins que l’an dernier. Les prix reculent également à Tignes (-10%). F. LABIT L’EXPERTE F. LANCELOT/SIPA Estelle Laurent, porte-parole du groupe Credixia DES TAUX TOUJOURS BAS Les taux sont toujours exceptionnellement bas, et a priori les banques ne devraient pas les modifier. Sur vingt ans, un ménage disposant de revenus modestes peut espérer décrocher 1,05%. Il y a toutefois un bémol  : ce n’est plus possible, ou alors très difficile, d’emprunter sans apport. Les banques demandent au minimum 10%, ce qui n’était pas le cas avant la crise du Covid. Par ailleurs, les salariés qui travaillent dans certains secteurs risquent d’avoir du mal à faire avancer leur projet  : hôtellerie et restauration, aérien… » M. ALLILI/SIPA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :