CNews n°2569 18 déc 2020
CNews n°2569 18 déc 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2569 de 18 déc 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (595 x 815) mm

  • Nombre de pages : 33

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : fallait-il vraiment déconfiner à Noël ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 GRAND ANGLE 8 N°2569 VENDREDI 18 18 DECEMBRE DÉCEMBRE 2020 CNEWS.FRX. FRANCOLON/SIPA LA SITUATION SANITAIRE NE S’AMÉLIORE PAS, ET LES FÊTES APPROCHENT FALLAIT-IL RESTER CONFINÉS ? Les alertes à une troisième vague – qui pourrait survenir début janvier – se répandent parmi la communauté scientifique. Alors que le gouvernement a assoupli les règles, certains redoutent un rebond épidémique dû aux vacances de Noël. Tout un symbole  : Emmanuel Macron a été annoncé positif au coronavirus, hier. L’illustration d’une France à la peine pour se protéger de l’épidémie. La période des fêtes devait pourtant s’inscrire comme une nouvelle étape vers un retour à une vie « normale » (liberté de déplacement, retrouvailles en famille et amis, réouverture des cinémas). Il n’en sera rien. Les deux semaines qui viennent pourraient finalement s’avérer critiques. La faute à un Covid-19 qui ne faiblit pas et semble reprendre son inquiétante avancée. Au point que les autorités multiplient les messages de prudence, faisant naître des interrogations sur le bien-fondé du déconfinement. Des signaux toujours alarmants Au moment où les Français vérifient habituellement si le compte est bon concernant les cadeaux et les bourriches d’huîtres, ils en sont, cette année, à se creuser la tête à propos du nombre de personnes qu’ils pourront accueillir autour de la table. Et pour cause. Suite à un reconfinement qui n’a pas été aussi efficace que celui du printemps, les alertes à une troisième vague se répan- dent parmi la communauté scientifique. Le nombre de contaminations par jour n’est pas parvenu à baisser profondément, se situant actuellement autour des 15 000 cas quotidiens. Quant à celui des lits de réanimation occupés, il semble se stabiliser entre 2 800 et 3 000. Des résultats bien loin de ceux obtenus en juin dernier (contaminations largement sous les 1000 et moins de 500 lits de réanimation occupés). Le tout alors qu’arrive une période particulièrement risquée. Les rassemblements familiaux pour Noël, et ceux qui devraient se produire entre amis pour le 31 décembre, font craindre un « rebond épidémique », selon Jean Castex. Le Conseil scientifique s’attend d’ailleurs à ce qu’il survienne autour du 10 janvier. L’importance du respect des gestes barrières et des distanciations sociales a donc été martelée par le gouvernement, qui a également donné des consignes comme la limitation du nombre de convives autour de la table. Il a aussi maintenu le couvre-feu à 20h pour le réveillon du jour de l’an. Pressentant que cela ne suffirait pas, l’exécutif n’a pas hésité à aller encore plus loin, en laissant aux Français la possibilité de ne pas envoyer leurs enfants à l’école, hier et aujourd’hui, ainsi qu’en les invitant, s’ils le peuvent, à « s’autoconfiner » avant Noël. Toute l’Europe se protège Cette crainte de voir les fêtes se transformer en déclencheur de troisième vague s’est propagée à toute l’Europe. Mercredi, au lendemain de l’assouplissement des règles de circulation en France, l’Allemagne a lancé un reconfinement partiel (avec commerces non essentiels et écoles fermées, mais sans limitation des sorties). Du 24 au 26 décembre, les contacts ne seront autorisés qu’avec les membres proches de sa famille. Le 31, aucun rassemblement ne sera accepté pour fêter le nouvel an. Au J. WITT/SIPA REPÈRES 17 MARS 2020. Le premier confinement, annoncé la veille par Emmanuel Macron, entre en vigueur. 11 MAI. Huit semaines après avoir démarré, le premier confinement est levé progressivement. 30 OCTOBRE. Un reconfinement national est décrété et mis en œuvre pour au moins un mois. 28 NOVEMBRE. Les commerces et les librairies sont autorisés à rouvrir, mais les règles d’isolement sont prolongées. 15 DÉCEMBRE. Le deuxième confinement est arrêté, remplacé par un couvre-feu de 20h à 6h. Les lieux culturels restent fermés. 20 JANVIER 2021. Les restaurants et bars pourraient rouvrir, si la situation sanitaire le permet. pays de Galles, les autorités envisagent une loi pour obliger de limiter le repas de Noël aux membres de deux foyers et une personne isolée maximum. Même la Norvège, où le taux contamination est un des plus faibles d’Europe, a demandé à sa population un confinement volontaire jusqu’à mi-janvier. Histoire de ne pas revivre en 2021 le cauchemar de 2020. n L’INFO EN PLUS Pour rassurer les enfants, l’OMS a expliqué cette semaine que le Père Noël était immunisé contre le Covid-19 et pourrait distribuer les cadeaux. EMMANUEL MACRON POSITIF AU COVID-19 L’Elysée a annoncé hier matin qu’Emmanuel Macron avait attrapé le Covid-19. Si les conditions de sa contamination ne sont pas connues, les conséquences qui en découlent le sont. Le président va s’isoler pendant sept jours, en continuant à travailler. Si son état de santé venait à se dégrader, le président du Sénat, Gérard Larcher, le remplacerait. Plusieurs de ses cas contacts ont déjà été identifiés, tel que Jean Castex ou de nombreux ministres. Plus original, il a côtoyé en début de semaine des joueurs de l’équipe de France de rugby, tel Antoine Dupont ou Romain Ntamack.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :