CNews n°2556 23 sep 2020
CNews n°2556 23 sep 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2556 de 23 sep 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 25

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : une immigration plus solidaire entre les états en Europe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 FRANCE E. TSCHAEN/SIPA N. MESSYASZ/SIPA N°2556 MERCREDI 23 SEPTEMBRE 2020 CNEWS.FR LE PARTI DE LA MAJORITÉ CHANGE SON ORGANIGRAMME POUR REBONDIR LA CRISE SE POURSUIT CHEZ LREM Le mouvement présidentiel à deux doigts de la dépression nerveuse. Au lendemain du premier tour de six élections législatives partielles à l’issue desquelles La République en marche (LREM) n’a encaissé que des défaites, le parti majoritaire a, lundi soir, acté, lors d’un bureau exécutif électrique, le départ de son numéro 2, Pierre Person, démissionnaire de ses fonctions de direction au sein du parti. Dans une interview au Monde, publiée lundi après-midi, ce jeune député de Paris avait assuré que LREM « ne produit plus d’idées nouvelles », ou du moins, « le travail dans ce domaine est insuffisant ». Cofondateur avec Pierre Person des Jeunes avec Macron en 2015, Sacha Houlié a par ailleurs lui aussi lâché lundi soir les instances du mouvement. De même que la députée des Yvelines, Aurore Bergé, tenante de l’aile droite de la macronie. « Cette réunion, c’est l’horreur, la déprime totale », a résumé, sous couvert de l’anonymat, un témoin présent au Le non-paiement des pensions alimentaires par les pères assigne les mères et leurs enfants à la précarité. C’est une prise en otage financière. Elisabeth Moreno, ministre déléguée à l’Égalité femmes-hommes, hier sur Twitter. UNE FEMME PORTE PLAINTE À STRASBOURG AGRESSÉE POUR UNE JUPE Les trois suspects sont recherchés. Un climat malsain. Elisabeth, une jeune femme de 22 ans, affirme avoir été insultée et frappée par trois hommes d’environ le même âge qu’elle, vendredi dernier à Strasbourg. Alors qu’elle marchait près de la médiathèque Malraux, un des trois agresseurs lui a lancé « regardez-moi cette pu** en jupe », a-t-elle raconté à France Bleu. « Je me permets bureau exécutif. Puis, au terme d’une réunion de quatre heures particulièrement âpre, les membres du bureau ont finalement approuvé la nomination d’un binôme pour numéro deux composé de la députée de l’Essonne Marie Guévenoux, ancienne juppéiste, et du président du groupe d’entrepreneuriat social SOS, Jean-Marc Borello. Reste à savoir si ce nouvel organigramme saura redonner de l’unité au parti dirigé par Stanislas Guerini, qui doit affronter les échéances électorales de la fin du quinquennat, en l’occurrence la présidentielle 2022 mais aussi, avant cela, les régionales de l’an prochain. n L’INFO EN PLUS Depuis 2017, trente-huit députés ont quitté le groupe LREM à l’Assemblée nationale, faisant perdre la majorité absolue au parti. de leur répondre « pardon », et là ils me répondent « tu te tais salo** et tu baisses les yeux » ». Dans la foulée, deux lui attrapent les bras, tandis que le troisième lui assène un coup de poing au visage. « Et après, les trois s’enfuient », poursuit la victime. Mais ce qui révolte le plus Elisabeth est qu’aucun témoin n’a pris la peine de venir à son aide, d’appeler les secours ou de lui demander comment elle allait. Une quinzaine de personnes étaient présentes et ont vu les faits, rappelle-t-elle. Arborant un œil au beurre noir, l’étudiante en langues étrangères refuse cependant de se laisser intimider par ce genre d’individus  : « Il ne faut pas se laisser abattre et avoir maintenant peur de sortir, avoir peur de mettre une jupe. » Elle a porté plainte, ce que moins de 10% des victimes de harcèlement de rue et d’agressions sexistes font, regrette la mairie de Strasbourg. n Le délégué général du parti, Stanislas Guerini, essaye de préserver l’unité. En bref GRAND ÂGE  : UN PROJET DE LOI POUR DÉBUT 2021 Emmanuel Macron a indiqué hier, lors d’une visite dans un Ehpad du Loir-et-Cher, que son objectif était de « présenter dès le début de l’année prochaine » un projet de loi sur le grand âge et l’autonomie. Il a rappelé le lancement prochainement d’une vaste concertation. AFFAIRE LEGAY  : L’IGPN POINTE DU DOIGT LA CHARGE POLICIÈRE La charge de police durant laquelle Geneviève Legay, 73 ans et militante d’Attac, a été grièvement blessée le 23 mars 2019 à Nice lors d’une manifestation de gilets jaunes, a été disproportionnée, selon un rapport de l’IGPN dévoilé hier. 6,3% DE L’ÉLECTRICITÉ française a été produite par l’éolien en 2019, selon l’Observatoire publié hier par France énergie éolienne. Soit une hausse de 21% en un an. LOCATIONS AIRBNB DES RÈGLES VALIDÉES Une décision clé. La justice européenne a validé hier la loi française qui régule les locations de courte durée. Cette décision, à propos d’un différend entre Paris et deux propriétaires de studios parisiens utilisant Airbnb, était très attendue. En effet, nombre de métropoles européennes, confrontées comme la capitale française à une pénurie de logements, ont tenté de légiférer pour encadrer les locations touristiques sur les plates-formes comme Airbnb ou Abritel/Homeaway. Dans son arrêt, la Cour de justice de l’UE estime qu’« une réglementation nationale soumettant à autorisation la location, de manière répétée, d’un local destiné à l’habitation pour de courtes durées à une clientèle de passage qui n’y élit pas domicile, est conforme au droit de l’Union ». n J. WITT/SIPA
CNEWS.FR FRANCE N°2556 MERCREDI 23 SEPTEMBRE 2020 11 CONTENU SPONSORISÉ PAR UN QUART DES JEUNES ÉPROUVE PLUS DE DIFFICULTÉS FINANCIÈRES LA PAROLE AUX ÉTUDIANTS L’épidémie a fait naître de nouvelles inquiétudes chez les 18-30 ans. Une étude SMENO réalisée par OpinionWay soulève les problèmes auxquels ils font face. La crise sanitaire mondiale a provoqué une mutation profonde de la société et particulièrement changé les habitudes des jeunes. Ainsi, lors du confinement, les difficultés financières ont été renforcées pour 26% des Français âgés de 18 à 30 ans, indique le premier baromètre SMENO « Parole d’Etu- EN diants ». Un document que vient de publier la SMENO, la mutuelle à destination des étudiants et des jeunes actifs. Parmi les sondés, 16% ont même confié devoir faire attention à leurs dépenses alimentaires, pour mieux gérer leur budget, ils n’étaient que 11% à le faire avant le confinement. Le délicat problème de la santé Surtout, le document met en avant que 14% avouent avoir eu des difficultés pour accéder aux soins médicaux durant le confinement. Un triste constat d’autant plus inquiétant que ce chiffre était de seulement 8% avant le mois de mars. Tandis que 43% déclarent « avoir renoncé à des soins par peur du coronavirus ». L’étude ajoute d’ailleurs que deux jeunes sur cinq ont choisi de réduire leurs sorties pour éviter les contacts sensibles. Autant de données qui interpellent les professionnels de la santé ou encore les mutuelles, puisque beaucoup d’étudiants notamment se démutualisent. Depuis mai, 30% des jeunes disent avoir renoncé à des soins médicaux, 28% invoquant leur coût quand 32% ont préféré se soigner par eux-mêmes. Plus de quatre sondés sur dix ont renoncé à des soins par peur du virus. Un avenir professionnel incertain Parallèlement, l’étude souligne que depuis la fin du confinement, sept jeunes sur dix estiment qu’il est difficile de trouver du travail, que ce soit pour un emploi étudiant, par alternance (ou non) ou tout simplement un stage. A tel point que quatre personnes interrogées sur dix songent à étendre leur recherche de travail, de stage ou d’alternance à un autre secteur. Dans ce contexte épidémique et économique complexe, la majorité des 18-30 ans déclare d’ailleurs avoir revu leurs projets. Pour plus de huit sondés sur dix (86%), le confinement a eu ainsi un impact sur la recherche d’un emploi, 81% expliquent qu’ils ont dû écarter une reconversion professionnelle et 80% se sont interrogés sur l’intérêt de commencer une formation professionnelle, 56% estimant que les événements ont joué sur la poursuite de leurs 3 QUESTIONS À... Pierre-Edouard Magnan, secrétaire général de la SMENO DR Les jeunes souscrivent de moins en moins à une mutuelle santé, comment analysez-vous cela ? Je vois trois causes majeures. D’abord, un ressenti d’un bon sens apparent  : quand on est jeune, on n’est pas malade et on ne pense pas avoir besoin de garantir sa santé. Ensuite, un man - que d’éducation à la protection sociale  : la mutuelle, ce sont les parents qui gèrent. Enfin, un problème de moyen financier et de priorisation des dépenses, qui implique que l’accès à la complémentaire santé n’est ni toujours facile ni toujours recherché. Pourquoi est-il important d’être mutualisé ? Ne pas se mutualiser, c’est courir le risque de devoir assumer seul les dépenses qu’entraînent nécessairement les problèmes de santé. Se mutualiser, c’est s’assurer qu’on sera, le moment venu et si c’est nécessaire, pris en charge. C’est ainsi la concrétisation d’une solidarité dont notre société a bien besoin  : nous cotisons tous pour assurer chacun – et donc soi-même – de ne pas devoir choisir entre sa santé et son portemonnaie. SHUTTERSTOSK/SMENO EN CHIFFRES 33% DES ACTIFS français âgés de 18 à 30 ans déclarent avoir l’intention de changer de travail dans les prochains mois, et 15% des étudiants se disent prêts à changer d’orientation scolaire. 89% DES PERSONNES interrogées (étudiants et actifs) déclarent que le confinement a eu un impact sur des projets de voyage à l’étranger. 6 ÉTUDIANTS sur dix ont suivi des formations à distance et des cours de e-learning durant le confinement, et trois sur dix en suivent encore depuis la fin du confinement. 43% DES SONDÉS disent avoir renoncé à des soins médicaux par manque de disponibilité du professionnel de santé. Source  : OpinionWay. études. L’impact de la crise sanitaire mondiale a donc des conséquences importantes sur la vie quotidienne. Pour autant, tout n’est pas sombre pour l’avenir des étudiants, puisque 87% s’estiment satisfaits, voire très satisfaits de leur cursus actuel. Un sentiment encourageant que l’on retrouve chez trois quarts des actifs qui se disent satisfaits de leur emploi actuel. n smeno.com « SE MUTUALISER, C’EST SE PROTÉGER » La crise sanitaire actuelle a-t-elle aidé à une véritable prise de conscience à ce sujet ? Elle a eu, paradoxalement, le mérite de remettre la santé au centre des préoccupations du grand public, et de rappeler l’importance fondamentale d’un système de santé qui fonctionne au profit de tous. Et les mutuelles sont des acteurs essentiels de ce système de santé et qui, à leur place, jouent, comme la Sécu, un rôle crucial dans la mise en œuvre de la solidarité sanitaire. Espérons que ce mérite dure plus longtemps que le coronavirus !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :